Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGaza › No Absolutes In Human Suffering

Gaza › No Absolutes In Human Suffering

cd • 11 titres

  • 1Mostly Hair And Bones Now
  • 2This We Celebrate
  • 3The Truth Weighs Nothing
  • 4Not With All The Hope In The World
  • 5The Vipers
  • 6No Absolutes In Human Suffering
  • 7The Crown
  • 8When They Beg
  • 9Winter In Her Blood
  • 10Skull Trophy
  • 11Routine And Then Death

line up

Casey Hansen (drums), Anthony Lucero (bass), Michael Mason (guitar), Jon Parkin (vocals)

remarques

chronique

Gaza, vous en avez sûrement entendu parler. Parce qu'à la sortie de leur premier album en 2006, on avait eu l'impression d'avoir enfin un concurrent actuel à tout les groupes de hardcore moderne de la planète. On était gavé du style, faut pas mentir. Mais, sans qu'on puisse vraiment mettre le doigt dessus, Gaza, malgré son classicisme, avait une chose en plus, une folie, une authenticité qui contrastait avec le surjoué de ses petits camarades. Leur second album sera à la hauteur de la déconvenue, tout les espoirs déchus dans le disque qu'il ne fallait pas sortir, un loukoum sans sucre, un disque fade, un disque normal. Gaza, j'avais lâché. Ce troisième disque ? Je vais vous le dire honnêtement, je l'ai écouté comme ça parce qu'il était gratuit. Depuis, il tourne tout les jours. Bon sang, ils sont de retour avec un véritable second album ! L'entame est absolument magnifique, aussi rapide que bourrin, aussi puissant que furieux. A croire qu'ils ont retenu la leçon du neocrust, tout en restant, comment dire, en restant intégralement The End. J'ai aussi pensé à la destruction totale du dernier Clinging to the trees of a forest fire. Et c'est ce qui est difficile avec Gaza : mettre des mots sur ce qui les différencient des autres, ce qui se joue à des détails : une production ultra béton mais claire et nette comme une plaie au bras par un bistouri, les passages au ralenti - plus rare ici - qui ont le bon goût de ne pas se la jouer sludge mes couilles, l'abandon persque total - enfin ! Si on zappe le dernier titre, comme d'habitude - des plans post-hardcore pour lesquels Neurosis leurs avaient piqué la pochette du premier opus. Alors, même s'il faut tempérer mes élans d'enthousiasme, puisqu'on est quand même loin d'un disque « de malade », ce qui aurait été souhaitable, reste que le retour d'un groupe de cette trempe dans ce style qu'on pensait ne plus pouvoir écouter, pas que ça nous rajeunisse, mais on se sent déjà un petit peu plus vivant. Ca sert bien à ça, le hardcore, non ?

note       Publiée le vendredi 3 août 2012

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "No Absolutes In Human Suffering" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "No Absolutes In Human Suffering".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "No Absolutes In Human Suffering".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "No Absolutes In Human Suffering".

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

Gaza? non.

merci pour le fusil... Envoyez un message privé àmerci pour le fusil...

Le band Gaza qui split...plutôt ironique.

sourdicus Envoyez un message privé àsourdicus

Le groupe vient de se séparer.

saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Oh putée j'aurais pas dû le ressortir

Note donnée au disque :       
ericbaisons Envoyez un message privé àericbaisons

je suis d'accord sur bourrin et prod qui tue, mais alors qu'est ce que ça devient vite chiant.