Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSingapore Sling › Perversity, desperation and death

Singapore Sling › Perversity, desperation and death

cd • 11 titres

  • 1I belive
  • 2Demoniac
  • 3Godman
  • 4Call me trash
  • 5Song for the spirit
  • 6Ahead
  • 7Make us a fire
  • 8Soul piece
  • 9Last man on earth
  • 10Girl powder
  • 11Martian arts

line up

Henrik Björnsson, Hákon Aðalsteinsson, Iggy Sniff, Einar Kristjansson, Björn Viktorsson, Ester Bibi Ásgeirsdottir

remarques

chronique

Immuables comme le marbre, Singapore Sling nous reviennent avec un quatrième opus qui n'a visiblement pas la vocation de modifier d'un iota la formule à la base de leur musique depuis les débuts. Tout au plus le définira-t-on comme un brin moins saturé, la faute aux influences garage prenant le pas sur le noise rock, pour le reste: voix grave, sensuelle, de Henrik Björsson, tambourin métallique dans le lointain, guitares tranchantes, basse nocturne...Les compositions du groupe dégagent quelque chose de cinématographique; on imagine parfaitement des chansons comme 'Song for the spirit', 'I believe' en bande-originale de polar en noir et blanc avec motels miteux, cadillacs, bars à néon et autoroutes interminables...Si David Lynch avait tourné 'Lost Highway' au ralenti, il aurait pu se servir de ce disque à moins que Tarentino ne lui rafle la palme...La formule lasse un peu, c'est vrai, mais on réalise néanmoins avec surprise qu'elle a toujours quelque chose de nouveau à proposer, une nouvelle nuance de noir brume à décliner (le superbe 'Ahead', ou 'Make us a fire' meilleur encore avec son petit piano glacé en arrière-plan) et cette atmosphère glauque, enfumée, un peu poisseuse, a un aspect sécurisant, comme si derrière les tentures des sex-shops cheap le temps ou le monde s'arrêtait un instant. Pour être franc, le déclic ne s'est pas fait dès la première écoute, il a fallu laisser tourner la galette dans la platine, et là, les images ont fini par se former, le film à tourner de manière peut-être plus précise encore qu'auparavant...La nuit, toujours la nuit, et les romances trash qu'elle draine dans son sillage...4,5/6

note       Publiée le mardi 26 octobre 2010

Dans le même esprit, Shelleyan aka Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Perversity, desperation and death".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Perversity, desperation and death".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Perversity, desperation and death".

Shelleyan aka Twilight › jeudi 3 octobre 2013 - 20:15  message privé !
avatar

Enfin vu en concert hier soir...Velvet Underground meets Jesus and Mary Chain avec une bouteille de vodka islandaise. Super ! ET la 1ère partie, Sonic Jesus, géniale aussi. Chronique bientôt sans doute...