Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSubhumans › The day the country died

Subhumans › The day the country died

cd • 16 titres

  • 1All gone dead
  • 2Ashtray dirt
  • 3Killing
  • 4Minority
  • 5Mickey Mouse is dead
  • 6Nothing I can do
  • 7Dying world
  • 8Subvert city
  • 9Big brother
  • 10New age
  • 11I don't wanna die
  • 12No
  • 13Zyklon-B-Movie
  • 14Til the pigs come round
  • 15No more gigs
  • 16Black and white

enregistrement

Pickwick Studios, 22-26 juin 1982

line up

Dick (chant), Grant (basse), Bruce (guitare), Trotsky (batterie)

remarques

le cd contient un mini poster

chronique

Styles
punk
Styles personnels
anarcho-punk

Si je débute avec cet album, ce n'est pas entièrement pas souci chronologique, trois minis ayant été enregistrés précédemment. Outre le fait que j'aime beaucoup son éloquent titre (lequel inspira Ian Glasper pour son remarquable ouvrage consacré à la scène anarcho-punk britannique que je ne saurais trop chaleureusement recommander), il me semble parfait pour pénétrer de plein pied dans l'univers des Subhumans. Ce combo crée en 1980 reste, avec Conflict, l'un des rares survivants de cette époque à avoir perduré et il continue aujourd'hui encore à produire des disques de qualité. 'The day the country died' n'est certes pas son oeuvre la plus originale mais c'est toute la philosophie et l'énergie du groupe qui bouillonne en ces seize compositions, soit un punk radical, direct, aux textes engagés, servi par des arrangements soignés et des mélodies en béton. Pour ceux qui trouvent Conflict trop violents, les Subhumans pourraient s'avérer la parfaite alternative, ce d'autant que dans le genre, ils se profilent un cran légèrement au dessus de Flux of Pink Indians niveau mélodique. Sans prolonger inutilement les comparaisons avec Conflict, j'ajouterais néanmoins qu'on y retrouve semblable fluidité dans l'adéquation chant/musique. Dick Lucas, non content de pondre des textes vraiment bien tournés, vitriolés à l'extrême, s'avère un bon chanteur punk; sa voix se place toujours impeccablement et semble moduler à chaque fois le bon feeling au moment adéquat. Pour le reste, il suffit d'écouter...'Dying world', 'Black and white', 'Til the pigs come round', 'No', 'Subvert city'...Pas une seule chanson ratée. Subhumans, il n'y a pas photo, c'est du punk de première classe !

note       Publiée le mardi 11 mai 2010

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The day the country died" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The day the country died".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "The day the country died".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The day the country died".

nicola Envoyez un message privé ànicola

On peut le dire comme ça :

  • Tu as trois accords ?
  • Tu as deux potes ?
  • Tu as un truc à dire ?

Vas-y monte un groupe.

robingoodfellow Envoyez un message privé àrobingoodfellow

le vrai punk musical, c'est: "que tu sois bon ou pas, joue!". Perso j'écoute en boucle des groupes assez mauvais sur le plan technique qui me font vibrer par la sincérité qui en ressort. f0k les Pro!.... Mais bon eux C vraiment la classe dans tous les domaines!!

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

ça va venir ^^

Gesarkhan Envoyez un message privé àGesarkhan

Zyklon-B-Movie et Mickey Mouse Is Dead m'avaient aussi assez marqué... Sinon d'accord avec J.C. sur l'EP-LP.

Jacques Capelovici Envoyez un message privé àJacques Capelovici

“The day the country died” contient 2 perles : “Subvert city” et “Black and white”. Le reste est chouette aussi : du "punk de première classe" comme le dit Twilight. Groupe découvert via le catalogue de Jungle hop Int, référence HC de la fin des 80’s et en temps normal très avare de commentaires, qui n’hésitait pas à qualifier tout leur discographie d’indispensable. J’aime surtout leurs débuts et je suis furieusement croqu’love de leur EP-LP.

Note donnée au disque :