Vous êtes ici › Les groupes / artistesCConflict › Rebellion sucks !

Conflict › Rebellion sucks !

cd • 21 titres

  • 1There's no power without control (alternative version)
  • 2Climbing the stairs
  • 3Tough shit mickey
  • 4Now you've put your foot in it (single version)
  • 5The day before
  • 6The serenade is dead (single version)
  • 7Let the battle commence
  • 8I heard a rumour
  • 9No more excuses
  • 10Mighty and superior (single version)
  • 11No island of dreams
  • 12Exploitation
  • 13Great what
  • 14Someday soon
  • 15This is not enough (single version)
  • 16Berkshire cunt (single)
  • 17As others see us
  • 18Custom rock
  • 19The ungovernable force
  • 20From St Paul's to Seattle
  • 21Just defy

dvd • 14 titres

  • 1Carlo Guiliani
  • 2There's no power without control
  • 3I'm starving
  • 4Just defy
  • 5The positive junk
  • 6The system maintains
  • 7The serenade is dead
  • 8Cruise
  • 9Now you've put your foot in it
  • 10No more excuses
  • 11Mighty and superior
  • 12The ungovernable force
  • 13An option
  • 14From St Paul's to Seattle

enregistrement

DVD enregistré live, Londres, Angleterre, 2004

line up

Francico Carreno, Paul Hoddy, Colin Jerwood, Marshall Pen, Marshall Pen, Kevin Webb, Ference Collins, Sarah Taylor, John Clifford, Chris Perish, Jaki Hanna

remarques

chronique

Styles
punk
Styles personnels
anarcho-punk

Lorsque l'on parle d'anarcho-punk, le second nom après Crass est généralement Conflict. Alors que les premiers incarnent l'aspect arty, expérimental du genre, les seconds représentent son aspect le plus militant, le plus cru et le plus radical. Son leader Colin Jerwood n'a jamais caché son incapacité à accepter les choses sans réagir, ce qui l'a souvent conduit à se battre physiquement ou adopter des lignes sans compromis. Honnête, l'homme, très ami de Crass (Steve Ignorant chantera même un moment avec eux après la dissolution de son propre groupe), estime qu'il a parfois trouvé ses collègues trop libéraux. Qu'est-ce qui fait un bon groupe punk ? Eternelle question, sans réelle réponse. Dans le cas de Conflict, ce n'est pas l'originalité, leur musique consiste en un punk torturé et sombre, certes agressif mais aux mélodies soignées. Certaines formations pourtant ont LE truc, ce quelque chose qui ne s'explique, ne se théorise pas mais se vit. Conflict a LE truc. Il y a quelque chose d'incroyablement fluide et cohérent dans leurs compositions. Le chant par exemple se coule avec une aisance totale dans la musique, Colin jongle avec ses mots qui sonnent toujours en parfaite adéquation avec les mélodies. Le mixage est également un élément cohérent, les instruments formant un bloc homogène sur lequel se pose la voix. Pour appréhender l'univers de Conflict, cette compilation me semble un bon départ pour la simple raison qu'elle couvre l'ensemble de leur carrière, des débuts à nos jours. Bien entendu, beaucoup de bonnes chansons manquent à l'appel mais la cohésion de celles présentées ici mérite d'être signalée. Nous réalisons alors que le Conflict d'aujourd'hui n'a pas mis la moindre goutte d'eau dans son vin, ni dans l'écriture ni dans le message. Les thèmes ? La cause végétarienne, le refus de la guerre, le combat contre toute forme de fascisme...des classiques du genre. Les atouts ? Comme mentionné précédemment, une fluidité de composition débouchant sur des pièces pêchues, voir violentes mais toujours marquées d'une mélodie forte (évitant ainsi la bouillie sonore que l'on déplore parfois chez certains groupes de crust); c'est simple aucune des pièces rassemblées ici n'est mauvaise, elles ont toute l'attaque de basse (The day before'), l'intro mélancolique de service ('Tough shit Mickey', 'Mighty and superior') ou le riff de guitare qui tue, parfois tout à la fois. Ajoutez à cela l'ajout de vocaux ou de choeurs féminins bienvenus et souvent fort à propos ('No more excuses', 'Custom rock'). Petite surprise au milieu de tout ça, 'Climbing the stairs', plus orienté dub, style plutôt inhabituel pour Conflict, mais la réussite est là. L'autre avantage de cette compilation est qu'elle vient accompagnée d'un DVD bonus, soit un concert donné en 2004 à Londres. Pas question de diluer le message puisque ça débute avec 'Carlo Guiliani', hommage à un jeune anarchiste italien tué par les forces de l'ordre lors des émeutes de Gênes en 2001. La manière de filmer elle-même, pas vraiment caméra au poing, pas vraiment pro, coïncide avec l'ambiance violente du gig. Le son par contre y est épouvantable, les guitares couvrant facilement les vocaux, surtout ceux de Sarah Taylor. Il n'empêche, Colin Jerwood, le cheveux toujours hirsute quoique plus court se démène comme un diable et la musique sonne plus lourde que jamais. Visiblement, les années n'ont pas adouci la rage du chanteur même si ce dernier confesse la difficulté aujourd'hui de garder une ligne radicale et la sagesse prônant un minimum de concessions pour s'assurer une diffusion correcte; le message doit être entendu mais pas à n'importe quel prix. L'ironie suprême viendra d'une offre (bien entendue déclinée) de EMI, visiblement peu rancunière après le live 'Only stupid bastards help EMI'...

note       Publiée le vendredi 19 mars 2010

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Rebellion sucks !" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Rebellion sucks !".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Rebellion sucks !".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Rebellion sucks !".

mangetout Envoyez un message privé àmangetout

Oh putain ça fait un choc de voir une photo de Méfret ici, sinon pour coller avec votre débat, je ne sais pas si vous aviez vu ceci :

Rotten is not dead

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

(et: excellent à-propos du titre de Jean Pax mefait, dio)

Klarinetthor Envoyez un message privé àKlarinetthor

apreès un godet, je vous dirai bien que finalement les qui aiment les animaux ou les sapins plus que les humains comme V.V., A.H. ou B.B., c'est louche... bon le truc c'est qu'ils passent a la cremerie anarcho punk depuis 30 ans, et qu'a un moment il ne faut pas prendre les gens trop pour des cons. Appremment ils ont jamais été connu pour des convictions totalement pacifistes Crass-like; ni pour se pointer a chacun des concerts ou ils étaient programmés, par ailleurs.

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Le monde de guts n'est pas prêt... (Et j'ai pas trop envie de me coltiner un album entier, je t'avouerais, aussi).

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Des gauchistes qui basculent à droite ? Naaaaaan... (ça à l'air sympa cet album avec le commissaire Moulin. Une ch-tite chro ? Allez quoi !)