Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMammatus › S/t

Mammatus › S/t

4 titres - 45:07 min

  • 1/ The Righteous Path Through The Forest of Old (9:23)
  • 2/ The Outer Rime (5:09)
  • 3/ Dragon of The Deep Part One (8:23)
  • 4/ Dragon of The Deep Part Two (22:12)

enregistrement

Santa Cruz, San Francisco, Californie, USA, 2005

line up

Nicholas (guitare, chant), Chris (basse), Mike (guitare), Aaron (batterie)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
stoner > psychédélique

J'ai encore quelques disques promos qui trainent. Ils attendront. Là, tout de suite, j'ai envie de vous parler de Mammatus. Ouais, man, ça se passe comme ça chez Proggy. Mais attends ; faisons les choses convenablement. D'abord, tu t'installes, bien à l'aise dans ce qui te sert de divan d'où dépassent un ou deux ressorts. Voilà. Tu t'enfonces. C'est d'enfer. Et pour être sûr que tout se passe dans les meilleures conditions, je vais pousser le volume à fond, histoire que la déflagration qui sortira des enceintes crée un petit courant d'air agréable à même d'alimenter les effluves parfumées des bâtons d'encens disposés sur la table basse. Tu y es, man ? Ok. On est go. (le disque commence) Merde... Quand j'écoute du stoner, ça me fait toujours le même effet. Est-ce que je suis définitivement un vieux réac' (la réponse est dans la question) ou est-ce que, finalement, on est bien plus nombreux que je le crois à ne trouver que dans les sons et l'approche seventies tout ce sel, toute cette aura qui donne à la musique cette dimension unique que beaucoup de nos contemporains n'ont pas ? Mammatus n'est pas rétrograde. Je veux dire ; le groupe ne se contente pas de regarder dans le rétroviseur. Si Earthless fût pour moi la révélation tardive mais ô combien jouissive de 2005, Mammatus s'impose comme celle de 2006. Sleep, c'était ta came ? Ne va pas plus loin, tu vas adorer. D'ailleurs, le hasard (?) fait bien les choses ; ils sont signés sur leur label, Holy Mountain ; tout s'explique... (le disque se poursuit) Ouah... je divague. Mes propos deviennent confus, nan ? Enfin, je me comprends. Je veux dire... Ah ah, c'est trop bon. Non, mais attends ; j'hallucine ? Ouais mais non, l'aspect drone n'est pas aussi prépondérant ici c'est clair ; c'est plus abstrait, ça voyage quoi, c'est plus musical aussi, dans le sens où la guitare très acide préfère s'agiter dans tous les sens comme une anguille plutôt que de maintenir ad lib un riff bien lourd. Ouaip. Mais si le final de "Dragon of The Deep" te fait pas penser au Sabb, c'est que t'es devenu sourd, mec. Hun... Nan... J'ai des fleurs dans la tête. Ce disque tourne en vrille. Ce disque... (le disque tourne. Indéfiniment)

note       Publiée le dimanche 14 janvier 2007

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

empreznor › jeudi 14 août 2008 - 23:22  message privé !
je comprends pas trop les comparaisons avec Sleep, c'est beaucoup plus léger et flower power quand meme.
Note donnée au disque :       
empreznor › dimanche 16 décembre 2007 - 00:11  message privé !
Quel beau livret...vierge, avec seulement de beaux cumulus mamma.
Note donnée au disque :       
Intheseblackdays › vendredi 18 mai 2007 - 19:58  message privé !
avis aux amateurs, le nouvel album est sorti en début de mois (ainsi que le nouveau Earthless) et il surpasse largement celui-ci. Plus progressif, plus chaleureux, plus barré, plus psyché, plus !
Note donnée au disque :       
gab › lundi 15 janvier 2007 - 13:35  message privé !
"ca pue le Sleep." ça doit être bien sale et dégueux alors!
absinthe_frelatée › lundi 15 janvier 2007 - 01:32  message privé !
Le début fait très space-rock (histoire de se mettre bien dans l'ambiance 70's), la plage indianisante est trippante et le reste... :)
Note donnée au disque :