Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMammatus › The coast explodes

Mammatus › The coast explodes

4 titres - 40:11 min

  • 1/ Dragon of The Deep Part Three [Excellent Swordfight] (12:17)
  • 2/ Pierce The Darkness (9:37)
  • 3/ The Changing Winds (5:53)
  • 4/ The Coast Explodes (12:24)

enregistrement

Santa Cruz, San Francisco, Californie, USA, 2006

line up

Nicholas (guitare, chant), Chris (basse), Mike (guitare), Aaron (batterie), Zach (chant)

chronique

Styles
rock
stoner
Styles personnels
psychédélique

Le trip retro des californiens de Mammatus n'est pas prêt de s'arrêter. C'est en tout cas ce que semble confirmer "The Coast Explodes", leur seconde livraison en un peu plus d'un an, de l'imagerie explicite utilisée à la musique ici gravée. Le groupe déboule d'emblée avec une troisième partie dantesque au "Dragon of The Deep" qui avait fini par emporter l'adhésion des quelques difficiles qui faisaient encore la moue. Tout est dans l'intention. Mais tout est - peut-être plus encore - dans la manière aussi ; les Mammatus reproduisent avec une fidélité confondante la rondeur des productions seventies, charme désuet pour les uns mais vraisemblablement pas pour nos quatre américains qui, de toute évidence, alimentent un véritable culte aux vibrations authentiques qui se dégagent de cette musique d'un autre temps mais qui n'a jamais paru aussi actuelle, voire nécessaire, qu'aujourd'hui. Sur ce disque, Mammatus délaissent quelque peu leurs contemporains, Earthless et Sleep pour ne pas les nommer, à leurs terrains de jeux habituels en se concentrant davantage sur la mise en abîme de leurs compositions, pour autant toujours aussi aventureuses, renforçant le côté psychédélique qui les rapproche plus désormais de Hawkwind, voire de Acid Mothers Temple (d'ailleurs, ils tournent actuellement en leur compagnie et je ne donne pas cher de la peau de nos amis japonais). Plus surprenant encore, on pourrait penser à Soundgarden dans la manière d'appréhender cette musique, non seulement dans leur passage stoner mais aussi, là où c'est le plus flagrant, dans leurs écarts de conduite (le rituel acoustique de "The Changing Winds" évoquant à sa façon "Half", tous deux partageant le mysticisme des chansons psyché folk de l'école anglaise). La conclusion s'impose rapidement par elle-même, "The Coast Explodes" asseyant avec force et conviction une vision et une culture de la musique qui ne s'adresse pas seulement à celles et ceux qui écoutent avec leurs oreilles, mais aussi à celles et ceux, peut-être moins nombreux, qui ont besoin de la ressentir jusqu'au fond de leurs tripes.

note       Publiée le dimanche 1 juillet 2007

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'The coast explodes' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The coast explodes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The coast explodes".

ajoutez une note sur : "The coast explodes"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The coast explodes".

ajoutez un commentaire sur : "The coast explodes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The coast explodes".

Sgt.Patton › jeudi 4 août 2011 - 17:14  message privé !

"The Coast Explodes", la piste titre, quel trip! Le stoner-psyché', ça a du bon.

Note donnée au disque :       
Sirius › samedi 21 juin 2008 - 16:17  message privé !
Au début je l'aimais bien mais maintenant il commence à m'emmerder, y'a des passages qui tuent genre l'intro de "Pierce the darkness", mais à part ça c'est souvent too much et chiant.
michel rocard › samedi 21 juin 2008 - 05:22  message privé !
Ouais je pense un peu la même chose en étant plus indulgent mais des fois j'ai trop l'impression d'être dans Mario Kart ou un mauvais heroic fantasy (enfin perso je n'ai jamais vu de bon jeu dans cette mélasse).
Note donnée au disque :       
cyprine › jeudi 19 juin 2008 - 23:15  message privé !
Je ne suis pas encore arrivée à la fin mais l'otarie qui n'arrête pas de braire sur The changing winds m'a convaincue. Une vraie otarie heinG. Ca et la mouette de Jarre, purée...
Note donnée au disque :       
boumbastik › mercredi 13 février 2008 - 10:53  message privé !
Vachement bien, ce skeud. Tu le mets, tu te couches, t'écoutes et tu pars. Comme si t'embarquais à bord d'un vaisseau spatialoïde coni-cylindro-pyramidal spiralé et circonvolutoire. En gros.