Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSleep › Dopesmoker

Sleep › Dopesmoker

2 titres - 72:41 min

  • 1/ Dopesmoker (63:29)
  • 2/ Sonic Titan (9:12)

enregistrement

USA

line up

Al Cisneros (basse, chant), Chris Hakius (batterie), Matt Pike (guitare)

chronique

La voici enfin cette relecture du monumental "Jerusalem", ou plus exactement, la restauration de "Dopesmoker" tel que Sleep l'avait envisagé dès le départ, première version au goût d'ultime. Si je vous dit que c'est monstrueux, je ne vous apprendrais rien. Si je vous dit que c'est lourd, je ne vous apprendrais rien non plus. Les onze petites minutes et demies qui prolongent cette orgie métal pour do majeur qui en comptait déjà plus de cinquante deux à son compteur vous submergent telle une marée noire dans laquelle, inexorablement, on s'enlise, on s'empêtre, on s'étouffe jusqu'à en crever la gueule ouverte. Le râle est profond, les flots lents et poisseux s'infiltrent dans votre conduit auditif, finissant par rendre vos mouvements de plus en plus sourds pour ne plus devenir qu'un vrombissement inhumain, un bourdonnement infernal, une vibration infinie, seule trace encore perceptible d'un résidu de vie en voie d'extinction. Quand doom et stoner se téléscopent pour donner leur vision du drone, c'est à cela que l'on doit s'attendre. Et si c'est le genre qui veut ça, un peu à la manière de Earth, il n'est pas question ici de se risquer à prendre part à l'expérience de manière détachée sous peine de trouver tout ce bruit tout simplement abominable et abscons. Comme j'aime à la dire bien souvent pour un tas d'autres genres musicaux et un tas d'autres artistes aussi, faut pas chercher bien loin ; "Dopesmoker", c'est un trip et c'est tout. Et c'est énorme. Inutile d'espérer se laisser pénétrer par ces ondes malfaisantes si on ne fait pas l'effort minimum de s'y abandonner avec confiance et sérénité. Pour les réfractaires au genre, il est vrai que le style abordé est d'une rare pauvreté musicale, mais l'essentiel ici est dans l'intention et dans l'atmosphère ainsi créée. Si vous voulez que vos yeux et vos oreilles pissent le sang pour avoir osé contempler les colonnes de feu s'abattant depuis le ciel sur les corps calcinés des merdes humaines que nous sommes tous après que les sept trompettes de l'Apocalypse aient annoncé son avènement, ce testament de Sleep vous en fournira un aperçu à la fois fidèle et stupéfiant.

note       Publiée le mercredi 14 juin 2006

partagez 'Dopesmoker' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dopesmoker"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dopesmoker".

ajoutez une note sur : "Dopesmoker"

Note moyenne :        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dopesmoker".

ajoutez un commentaire sur : "Dopesmoker"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dopesmoker".

vincenzo › samedi 19 mai 2018 - 10:28  message privé !

En effet, sur scène Sleep c'est encore meilleur. Pour les avoir vu aussi au Desertfest London en 2015 où tous les "nouveaux" titres ont été joués : une prestation démente et il est bien difficile de se taper ensuite les seconds couteaux de la scène doom/stoner...

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › samedi 19 mai 2018 - 01:52  message privé !

trop cher mon frère; l'album est goutu, ça clairement.

Fryer › vendredi 18 mai 2018 - 22:22  message privé !

Personne n'était au concert mardi soir ? Incroyable l'énergie transmise. Et ce sens du rythme... même les nouveaux morceaux sont terribles.

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 28 mai 2013 - 13:09  message privé !
avatar

Il ressort souvent celui là, sans aucune raison - sauf celle de sa supériorité indiscutable

Note donnée au disque :       
kama › mardi 25 août 2009 - 15:50  message privé !

YEAH!

Note donnée au disque :