Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSIvan Smagghe › How to kill the DJ [part one]

Ivan Smagghe › How to kill the DJ [part one]

15 titres - 69:41 min

  • 01 Roger 'Helsinki Blondes'
  • 02 Captain Comatose 'Wonderkidd'
  • 03 In Flagranti 'Just Gazing'
  • 04 Crowdpleaser & St. Plomb 'Rather Be Featuring' Selfish In Bed
  • 05 Laminim & Cottonhead 'Turn My Head'
  • 06 Digital Tongue 'No Way You Can Sleep' (Krikor Remix)
  • 07 Ministry 'I Wanted To Tell Her' (Naom Gabo edit)
  • 08 Chelonis R. Jones 'Black Out'
  • 09 Suck 'Freak'
  • 10 Woody 'Fumakilla Funk'
  • 11 Daniel Diamond 'Champu' (Tommi Sunshine Remix)
  • 12 Ferenc 'Yes Sir I Can Hardcore' (Michael Mayer Remix)
  • 13 Soft Cell 'Memorabilia' (Kill The DJ Edit)
  • 14 Interlude 'Ta Gueule Connasse'
  • 15 Queen Of Japan 'Cool Cat'

line up

Mix par Ivan Smagghe

Musiciens additionnels : Ministry, Soft Cell

remarques

chronique

Ivan Smagghe, ex-vendeur de disques et DJ au Pulp, a fondé le duo Black Strobe avec Arnaud Rebotini au début des années 2000, et lancé les soirées « Kill The DJ » au Pulp. Derrière cette appellation s’est vite regroupé un collectif assez ombrageux, à l’esthétique noir et blanc rappelant parfois Underground Resistance. Ce premier album mix sorti en 2002 fait étalage des capacités du DJ Star de la bande, Ivan Smagghe. Un gaillard somme toute assez érudit qui balance ici un disque du genre à foutre la honte à Bob Sinclar. Des raretés pour la plupart, agencées en rang serrés, qui achèvent de pervertir la House en lui injectant de bons shoots d’electro-pop dark soigneusement dosée. Cette electro-là se veut opportuniste et hédoniste, et ne s’embarrasse pas de boniments pour enflammer le dancefloor. La plupart des titres assènent des lignes de basses décomplexées, ouvertement eighties tout en datant pour la majeure partie de 2002-2003. Sauf quand le DJ décide de faire une petite incursion vers les vraies années 80, celles qui ont inspiré la déferlante electro des années 2000… Et qui choisit-il ? Ministry ! En voilà une bonne nouvelle !! Le pire, c’est que ça ne dépareille pas avec les claques electroclash telles que « Black Out » de Chelonis R. Jones ou encore « Freak » de Suck - joli patronyme. Ce dernier (une reprise des fabuleux Sexual Harrassement) réalise la collision entre les voix vocodées de Parliament et les grooves roboratifs de DJ Hell… On pense aussi à Prince période « Black Album ». Il y a pire comme référence. « No Way You Can Sleep » de Digital Tongue est une perle noire rappelant le « Crispy Bacon » de Laurent Garnier, une sorte de brûlot techno pour plantes carnivores, sur lequel Smagghe toaste allègrement. A ceux qui lui demanderaient d’envoyer les BPM , Ivan Smagghe répond « Yes Sir I Can Hardcore » - toutes proportions gardées quand même – et enchaîne sur « Memorabilia » de Soft Cell, la face b de Tainted Love ! Bref, un mix plutôt homogène, sacrément compact, et clairement orienté vers les sons des années 80… Ne pas y voir une quelconque parenté avec le revival eighties de Daft Punk, par exemple. La mode du retour des années 80 est vaste, et plusieurs tendances s’y définissent. Ici, c’est l’option furie robotique, mais le mix se termine tout de même par une charmante petite chansonnette reggae histoire de calmer le jeu, qui derrière ses aspects innocents est quand même une reprise de Queen période disco par un groupe d’électro-pop allemand… Le côté partisan de la moindre bizarrerie n’est jamais loin.

note       Publiée le mercredi 12 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "How to kill the DJ [part one]".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "How to kill the DJ [part one]".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "How to kill the DJ [part one]".

Tomas Chatterton › mercredi 19 avril 2006 - 22:56  message privé !
MDR! Ivan Smagghe sur GOD!