Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSpirit Caravan › The Last Embrace

Spirit Caravan › The Last Embrace

cd | 29 titres | 119:54 min

  • CD 1
  • 1 The Last Embrace [04:18]
  • 2 Brainwashed [04:44]
  • 3 Healing Tongue [02:29]
  • 4 Cosmic Artifact [05:51]
  • 5 Fear's Machine [03:28]
  • 6 Dead Love / Jug Fulla Sun [08:00]
  • 7 Fang [04:57]
  • 8 Chaw [02:13]
  • 9 Melancholy Grey [05:19]
  • 10 Sea Legs [04:22]
  • 11 Kill Ugly Naked [02:19]
  • 12 No Hope Goat Farm [03:46]
  • 13 Courage [03:56]
  • 14 Powertime [02:49]
  • 15 Lost Sun Dance [04:20]
  • CD 2
  • 16 Dove-Tongued Aggressor [04:25]
  • 17 So Mortal Be [03:38]
  • 18 Undone Mind [04:15]
  • 19 Spirit Caravan [03:06]
  • 20 Black Flower [05:29]
  • 21 Retroman [05:33]
  • 22 Find It [03:52]
  • 23 Futility's Reasons [05:13]
  • 24 Cloudy Mirror [03:27]
  • 25 Elusive Truth [04:29]
  • 26 Lifer City [02:22]
  • 27 Outlaw Wizard [01:31]
  • 28 Darkness & Longing [04:02]
  • 29 The Departure (of Quetzalcoatl) [05:41]

enregistrement

Compilation d'inédits et d'extraits de divers albums, ep, et singles - enfin, de quasiment tout (voire tout?) ce qu'a publié le groupe durant son existence.

line up

Gary Isom (batterie), Wino (guitare, voix), Dave Sherman (basse, voix).

remarques

Sorti par Meteor City aux Etats-Unis, sous forme CD, puis par le label "I used to fuck people like you in prison" en Allemagne, sous forme vinyle et CD.

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
rock
psychédélique
stoner
Styles personnels
it's the third eye, stupid!

Il y a des fois où vraiment tout ce que je ressens me lasse, et je me gorge d'insatisfaction. Les Grands Maitres meurent les uns après les autres et j'ai comme la sale impression de ne pas voir de disciples qui auraient envie de lever le nez de jeux freemiums pour créer "parmi les ruines" comme dirait les droitiers, laissant ce vide aux pires des pinailleurs, aux Léon Daudet de ce siècle déjà tout retourné, humant fort la saveur javellisée du flicage, de la pub et de la baston permanente. Je les vois tomber là, les héros de ma jeunesse, et pas que dans la sphère musicale, oooooooook, que la mort se fait pénible parfois, jamais où l'on veut vraiment, jamais au bon moment... Il faut, en ces temps d’indigence relative, de pauvreté intérieure pour ma part, d'ascèse chiante pour mon ventre me tourner vers le Grand Soleil, vers le sang versé de Ra sur ma tronche d'alligator qui ronfle sous l'eau et d'enlever le haut, de piocher dans le pochon, de me laisser pousser les cheveux, et de ne pas oublier que les tycoons et les religions et tout les restes de ce monde ne sont que baudruches, billevesées, flans, fonds de sauce. Il me faut ressentir la putain de vibe, écouter Wino. Écouter la voix et la guitare de Wino c'est comme me réfugier dans un culte qui n'est toujours pas mort malgré les coups de butoir de toute la charogne de mon triste monde, c'est accepter la beauté de la vibration de l'air comme la clé du coffre fort bien scellé, celui qui cache ce machin qui brille là, à l'intérieur, qu'il parait. Ici, dans cette chronique je veux dire, voici deux disques qui retracent la discographie de Spirit Caravan, un des projets parenthèses du Scott, calé entre la mort de The Obsessed, la participation au halleluia big doom band Place of Skulls, et avant Hidden Hand, une reformation du Vitus, des disques acoustiques, des collaborations diverses et variées, j'en passe. Entouré d'une rythmique mammouthesque et grassouillette au possible, Wino nous contera ses cogites spirituelles au sens large : méfiance de l'évidence, rébellion contre ce qui est normal, intuition que ce qui prime se cache sous un ampli de guitare, le piston d'une Norton, le fond d'un caillou, le bout d'une hallu. La compilation de ces morceaux m'a sauvé, car, dans certaines scènes, il devient impossible d'écouter légalement et sans craquer son livret A des disques importants, cf. donc Spirit Caravan, et c'est le même topo pour un paquet de groupes de doom et de death non réédités, par exemple, je pensais m'acheter un Pungent Stench dernièrement, ben au bout de trois minutes j'ai ouvert un nouvel onglet et tapé "youtube". Quelle misère... comme dirait Fenriz, "j'enregistre de la musique que je pourrai pas acheter, ahah...". Mais de temps en temps, des mecs prennent les devants, ici c'est MeteorCity aux USA qui fera l'effort de tout mettre ça dans un même objet, avec les paroles et tout, dans un livret sobre et beau. Alors, elle est pas si moche que ça la vie, quand le vide s'installe, et qu'on peine à le remplir avec un peu de beauté et de vérité, un peu de transcendance, je sais pas moi, et qu'il y a Spirit Caravan qui passe dans l'air ? Quand il existe deux cds de pure beauté stoner doom et un guitariste descendant d'une grande lignée de riffeurs magiques, remontant bien loin, jusqu'à, chépas, le bruit de bave du premier homo sapiens tapant dans ses mains en souriant sous le soleil, tout défoncé par de l'iboga bouffée par erreur ? Cette compilation, si elle ne vaut pas un bras saura, c'est sûr, j'vous l'dis, vous envelopper des muscles tendus de cette gorge et de ces cordes irradiant enfin le pourtour de mes yeux fatigués de voir tant de gâchis, dans ma rue, partout - alors même que le Maitre d’œuvre de ces chansons n'ose même pas dire qu'elles sont bonnes, en introduction du livret... arf. Et bien, messieurs, dames, voici mon premier 6 boules, paf ; en hommage à Wino, et aussi en souvenir des poètes du monde, de tous ceux qui barbouillèrent de noir, de couleurs et de camembert le morne ennui de cette époque de merde. Et pour ceux encore qui mijotent ici, maintenant.

note       Publiée le samedi 14 mars 2015

partagez 'The Last Embrace' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The Last Embrace"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The Last Embrace".

ajoutez une note sur : "The Last Embrace"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Last Embrace".

ajoutez un commentaire sur : "The Last Embrace"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Last Embrace".

necromoonutopia666 › mercredi 2 décembre 2015 - 10:40  message privé !

Bon je vais pas parler du Sabb' parce c'est implicite dans le domaine. Mais pour des réferences plus "contemporaines". ça groove comme celestial hi-fi de sheavy, les soli sont proches de ceux des Spiritual Beggars, et la touche doomy grasse classieuse de Cathedral. Bon voilà j'ai fait mon quota de namedroping poussif. Alors je vais utiliser un dernier superlatif: Poutriclamant ultime à s'en tartiner le fion de beurre de marakesh !

Mäx › dimanche 15 mars 2015 - 09:42  message privé !

Super souvenir du concert au hellfest 2014!!!

Twilight › samedi 14 mars 2015 - 12:00  message privé !
avatar

Ah ouiiii, excellent ce disque. je vais m'y replonger.

Note donnée au disque :