Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLoss (Tennessee) › Life without hope, death without reason

Loss (Tennessee) › Life without hope, death without reason

5 titres - 35:00 min

  • 1/ Coffin nails (intromancy)
  • 2/ Conceptual funeralism unto the final act (of being)
  • 3/ Cut-up, depressed and alone
  • 4/ Brave (live)
  • 5/ The barebacked burial of a torn angel (live)

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé au Woodcutt studion en Septembre 2004

line up

Mike Meacham (Guitare, Chant), John Anderson (Basse), Tim Lewis (Guitare), Jay LeMaire (Batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
Styles personnels
funeral doom

Voilà une réédition intelligente ! Initiallement parue en 2004 sur le cultissime label Japonais Weird truth, au format tape 3 titres, cette première démo des américains de Loss (à ne pas confondre avec le groupe suédois du même nom) ressort finalement en ce début d’année sur Deathgasm Records, label américain traditionnellement un peu plus porté sur le gros qui tâche et qui fait des grumeaux. Agrémentée de 2 bonus pas forcément indispensables, cette réédition mérite surtout l’écoute pour les 3 titres originaux. Une intro à base de larsens, qui pose tout de suite l’ambiance : cet enregistrement est MALSAIN ! Les 2 titres qui suivent sont des perles de Funeral Doom, morne, dépouillé, reposant essentiellement sur des riffs longs et mélodiques, alternés avec des parties en son clair, dans la veine de ce qu’ont pu produire des groupes comme Mournful congregation ou la 1ère incarnation de Worship. Le son est très clair, mettant en valeur chacun des instruments et ce chant mi-grogné / mi-murmuré qui a fait les plus belles heures du style. Venons en maintenant aux 2 bonus tracks. Le premier est une reprise live du classique Brave de Katatonia, avec la présence d’Imperial (Krieg) aux vocaux. L’interprétation est correcte, avec un chant bien hargneux, mais curieusement la sauce ne prend pas vraiment sur ce morceau, et il est toujours un peu déconcertant d’entendre le public acclamer « joyeusement » un des plus grands titres de Metal dépressif jamais composé. Le dernier titre provient du même enregistrement en concert. Il s’agit de l’inédit que l’on retrouvait sur le split avec Necros Christos (je suppose que la version sur le split était un enregistrement studio). Alternativement rapide et écrasant, il renvoie directement aux influences plus Death Metal du groupe, avec de bons gros passages bourrins et une approche plus massive par rapport au son mélodique traditionnel du groupe.
En résumé, Life without hope… est un premier enregistrement prometteur pour ce groupe qui ne devrait pas tarder à se faire une place honorable au milieu de ses aînés. L’album est prévu pour cette année (encore sur Weird truth).

note       Publiée le jeudi 30 mars 2006

Dans le même esprit, yog sothoth vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Life without hope, death without reason" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Life without hope, death without reason".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Life without hope, death without reason".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Life without hope, death without reason".

willow Envoyez un message privé àwillow
bonne cronique pour un ce premier enregistrement de loss
Note donnée au disque :       
torquemada Envoyez un message privé àtorquemada
et bien, il y a eu un sacré ménage parmis les chroniqueurs ! Donc salut aux anciens et bienvenue aux nouveaux.