Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSkepticism › Stormcrowfleet

Skepticism › Stormcrowfleet

6 titres - 57:21 min

  • 1/ Sign of a storm
  • 2/ Pouring
  • 3/ By silent wings
  • 4/ The rising of the flames
  • 5/ The gallant crow
  • 6/ The everdarkgreen

enregistrement

Synergy studios.

line up

line-up inconnu

remarques

chronique

Styles
ambient
metal extrême
doom metal
Styles personnels
funeral doom

Un précurseur, un géniteur, "Stormcrowfleet" est du calibre des plus grands, ceux qui savent porter loin des futilités urbaines et influencer tout un petit monde. Voici donc un disque qui contribua à apporter au mouvement funeral doom ses lettres de noblesse. Il y a tout d'abord ce son, étouffé et etouffant au possible. Guitares grésillantes, batterie monolithique, chant "soufflé", la production de "Stormcrowfleet" représente son principal vecteur d'émotions. Enorme, impressionant sanas jamais paraître écrasant, Skepticism dégage ici une espèce de sentiment de plénitude, de bien-être mélancolique. On plane... Quel paradoxe ! L'ambiance dégagée ici relève d'une autre civilisation. Les images hallucinées qu'il nous transmet fait immédiatement penser à des processions funéraires, mais pas sous la forme que l'on connaît. Une sorte de marche conquérante vers l'infini, comme une armée heureuse fonçant vers une mort certaine et souhaitée. Cette ambiance, cet aspect étouffé, poisseux, implicitement mais puissament mélancolique, ce sont les claviers qui la dirige. Véritables chefs d'orchestre de la musique de Skepticism, ceux-ci, derrière leur aspect cheap, cachent une perfection harmonique et un toucher réellement troublant. Alors oui, les fans de doom extrême actuel risquent peut-être d'être heurté par ces sonorités vieillissantes, et pourtant, il suffit de s'allonger, de se laisser porter, et on pourra alors prendre pleinement conscience de la portée de ces nappes d'orgues ou autres cordes parfaitement inspirées. Vous l'avez compris je l'espère, il n'est ici pas réellement question de funeral doom comme il s'entend actuellement. La noirceur y est différente, et si le disque se montre étouffant, il n'asphyxie pas pour autant l'auditeur. Skepticism utilise la beauté de ses harmonies pour assombrir le ciel. Le résultat est splendide. A une époque où le death metal faisait des ravages, je serai curieux de lire des réactions suite à la sortie de ce disque. Un des premiers à aller aussi loin dans l'extrême, dans le traitement du son comme instrument de l'ombre, dans l'ambiance mortuaire, dans l'utilisation du clavier dans le style... un précurseur je disai... D'une beauté toute particulière alors qu'il fait tout pour paraître repoussant, Skepticism semble avoir trouvé la recette du charme et en use ici avec brio. Grandiose, planant, étouffant, voici bien un disque qui malgré quelques fautes de goûts (son aspect cheap par moment) ne pourra qu'obtenir la note maximale. Porteur de rêves, d'ambiances inédites, "Stormcrowfleet" ou le mysticisme funéraire incarné.

note       Publiée le mercredi 23 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Stormcrowfleet".

notes

Note moyenne        24 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Stormcrowfleet".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Stormcrowfleet".

Langouste-mayonnaise › samedi 9 février 2019 - 19:22  message privé !

Je crois que le premier titre est un des premiers trucs doom auquel j'ai accroché, ça m'avait fait un effet boeuf, mais le reste par contre...

born to gulo › samedi 9 février 2019 - 15:54  message privé !

Leur seul que je supporte, il est douillet. Donne envie de boire un chocolat chaud sous la couette.

Note donnée au disque :       
Langouste-mayonnaise › samedi 9 février 2019 - 14:52  message privé !

Oualalah, y a même un tag lovecraft, j'imagine que ça doit être un sacré skeud qui sent bien sa crypte et sa basse-cour.

yog sothoth › vendredi 8 février 2019 - 15:49  message privé !
avatar

Tu peux pas dire ça... il transcende ton âme et l'accompagne vers les tréfonds de la subconscience, simplement.

taliesin › vendredi 8 février 2019 - 15:45  message privé !

Je vais être honnête : ce truc m'endort...

Note donnée au disque :