Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPelican › The fire in our throats will beckon the thaw

Pelican › The fire in our throats will beckon the thaw

cd • 7 titres • 58:46 min

  • 1Last day of winter
  • 2Autumn into summer
  • 3March to the sea
  • 4-
  • 5Red ran amber
  • 6Aurora borealis
  • 7Sirius

enregistrement

Par Greg Norman, Electrical Audio, Chicago, février 2005.

line up

Laurent Lebec (guitare), Trevor de Brauw (guitare), Bryan Herweg (basse), Larry Herweg (batterie)

remarques

L'album est entièrement écoutable en streaming sur le site du label Hydrahead.

chronique

Styles
metal
rock
Styles personnels
post hardcore instrumental

Pelican débarque avec son deuxième album, "The fire in our throats will beckon the thaw", de nouveau signé sur Hydrahead le label de Aaron Turner qui en profite pour nous pondre un visuel de toute beauté sur la pochette du cd. Musicalement, on constate que la recette de Pelican ne change pas au long des sept titres de ce nouvel album sur lequel on retrouve même une version raccourcie du "March into the sea" paru en mai dernier sur le EP du même nom. Le groupe continue donc de distiller ses longs et tortueux morceaux entièrement instrumentaux, mêlant intelligement des éléments post rock planants et progressif à des passages plus lourds orientés post hardcore / rock atmosphérique. L'ensemble sonne très propre grâce à une production des plus soignée mais malgré tout je trouve que le groupe a du mal à décoller et ce "The fire in our throats will beckon the thaw" semble par moments tourner un peu en rond. En effet, à aucun moment je ne me suis dis au cours de mes écoutes "ah ouais là il ont fait fort !" ou encore "ouh la la la la, le riff de dingue !", ce qui est en général assez symptomatique du disque qui ne passera pas l'année sur ma platine... Peut-être est-ce dû à ces structures alambiquées et difficilement digérables, peut-être à la présence de quelques longueurs sur certains titres, enfin je ne sais pas, mais pour faire une petite comparaison avec les productions du même style parues récemment je trouve ce nouveau Pelican nettement en dessous de "Panopticon", le dernier album des maîtres Isis, ou encore du "At the soundless dawn" des "Red Sparowes". C'est vraiment dommage, d'autant plus que l'album ne manque pas de qualités et s'écoute même plutôt bien. Enfin, le mieux est que vous vous fassiez un avis par vous même puisque la totalité de "The fire in our throats will beckon the thaw" est entièrement disponible à l'écoute en streaming sur le site de Hydrahead records, et ça c'est une intitiative à encourager !

note       Publiée le lundi 22 août 2005

Dans le même esprit, Chris vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The fire in our throats will beckon the thaw".

notes

Note moyenne        31 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The fire in our throats will beckon the thaw".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The fire in our throats will beckon the thaw".

(N°6) › jeudi 5 décembre 2019 - 02:41  message privé !
avatar

Etant en grosse phase "post" (à plein d'égard), voilà que je me replonge dans un truc qui à l'époque m'avait laissé sur une impression très mitigée. Au final, même si ça manque singulièrement de singularité (ah !) et une fois acquis que le batteur est un grosbill de première, y a clairement de la matière là-dedans en terme de gros riffs et de compos qui fouettent les sangs. Plutôt qu'un succédané instrumental de Isis (beaucoup plus subtil, texturé, plein de contrastes et de longues plages hypnotiques), j'y vois plutôt un bon truc de bourrinage, avec de vrais beaux passages cependant (Aurora Borealis, c'est chouette). Plus que post-metal c'est post-hardos. Comme un bon groupe de suiveurs stoner, mais version froide (où les paysages à la Thalassa font office de caisses tunées dans le désert ou l'espace) et, ben, post quoi.

Note donnée au disque :       
Hallu › lundi 16 juillet 2018 - 14:57  message privé !

Je lui enlève deux étoiles avec le temps, car c'est quand même assez niais, mais je trouve que ça a mieux vieilli qu'Isis. Pelican c'est cucul mais assumé on dirait, là où Isis se la raconte intello, métal profond pour hipsters tout ça. GYBE c'est des connards avec leurs opinions tranchées "si t'es pas d'accord tu dégages", mais ils sont tellement barges que ça passe. En marge de tout ça Pelican sont inoffensifs, c'est des bons bougres qui font de la bonne musique.

Note donnée au disque :       
saïmone › dimanche 11 juin 2017 - 12:22  message privé !
avatar

Faut croire que je vieillis, mais j'aime bien ce truc maintenant (enfin celui d'avant, pas celui là)

Powaviolenza › dimanche 24 février 2008 - 14:53  message privé !
avatar
Ecoutez Tusk au lieu de dire des insanités :o)
Note donnée au disque :       
merci pour le fusil... › dimanche 24 février 2008 - 14:49  message privé !
a ce point là ?!! encore un qui joue pas de la double (c'est mal).