Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRed Sparowes › At the soundless dawn

Red Sparowes › At the soundless dawn

cd | 8 titres | 62:46 min

  • 1 Alone and unaware, the landscape was transformed in front of our eyes
  • 2 Buildings began to stretch wide across the sky, and the air filled with a reddish glow
  • 3 The soundless dawn came alive as cities began to mark the horizon
  • 4 Mechanical sounds cascaded through the city walls and everyone reveled in their ignorance
  • 5 A brief moment of clarity broke through the deafening hum, but it was too late
  • 6 Our happiest days slowly began to turn into dust
  • 7 The sixth extinction crept up slowly, like sunlight through the shutters, as we looked back in regret
  • 8 (untitled) [BONUS FANTOME]

enregistrement

Par Desmond Shea, The Studio That Time Forgot, San Francisco, du 22 au 25 mai 2004.

line up

Jeff Caxide (basse, guitares), Josh Graham (guitare, claviers), Bryant Clifford Meyer (guitare, claviers), Dana Berkowitz (batterie), Greg Burns (basse, pedal steel)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
post rock instrumental

A mi chemin entre le rock cinematographique de Tarantula Hawk et le post rock de Grails, les Red Sparowes nous proposent un premier album rock / post rock entièrement instrumental. Tout en atmosphères et subtilités, la musique distillée sur "At the soundless dawn" se veut très progressive, à l'image des titres de la tracklist, avec de longues tirades basses / guitares parfaitement maîtrisées qui prennent le temps de laisser monter la tension. Il faut dire que s'il s'agit effectivement du premier album du groupe, nous n'avons pas pour autant affaire à des débutants puisque deux membres actifs d'Isis (Bryant Meyer et Jeff Caxide) officient ici au premier plan. Plus étrange on retrouve également au line up de l'album Josh Graham, plus connu pour son travail (video)graphique au sein de Neurosis. Très inspirée et sans jamais tomber dans la facilité, la musique de Red Sparowes met assez largement la basse en avant comme sur l'excellent "Buildings began..." qui démarre en trombe sur un riff de basse imparable avant d'enchaîner adroitement sur une ambiance raffinée où la guitare prend le dessus. L'album est constant en qualité, aucun déchet à signaler, les Red Sparowes nous on pondu une heure de musique inventive et délicate, où la surprise est contamment au rendez-vous. Résultat : "At the soundless dawn" s'impose tout simplement parmi les meilleures productions Neurot Recordings à ce jour. Et pour les nostalgiques du sillon, notons également qu'une version double vinyl de l'album est paru chez sur le label Robotic Empire.

note       Publiée le jeudi 14 juillet 2005

partagez 'At the soundless dawn' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "At the soundless dawn"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "At the soundless dawn".

ajoutez une note sur : "At the soundless dawn"

Note moyenne :        24 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "At the soundless dawn".

ajoutez un commentaire sur : "At the soundless dawn"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "At the soundless dawn".

NevrOp4th › dimanche 24 janvier 2010 - 20:07  message privé !

Franchement le meilleur disque post rock que j'ai écouté. C'est très impressionnant comme musique.

Note donnée au disque :       
punksportif › mercredi 1 avril 2009 - 21:47  message privé !

Clairement au dessus du lot de certaines productions poussives de Post rock. je trouve ce disque excellent, encore du bon matos neurot il faut l'avouer...

Note donnée au disque :       
SB › vendredi 4 avril 2008 - 20:17  message privé !
Certainement l'un des albums les plus "visuels" que j'ai écouté, qui me fait le plus voyager avec son successeur, le dernier Godspeed et "The Eye Of Every Storm" de Neurosis. Le jeu guitare-basse est tout bonnement sublime (j'aime particulièrement le son de la basse) et l'inspiration jamais en manque. Chef-d'oeuvre ? Pour moi assurément !
Note donnée au disque :       
zbr › vendredi 10 août 2007 - 20:45  message privé !
Bon album, ça va pas bien loin mais c'est honnête. Quelques riffs un peu 'tirés par les cheveux' / pas inspirés, mais ça reste largement au dessus de l'album suivant qui cumule le nian nian et les progressions bancales. Sensible à l'usage du pedal steel, 4 boules pour celui ci.
Note donnée au disque :       
Eliphas › mardi 1 mai 2007 - 20:50  message privé !
Il passe vendredi au Bikini Test à La Chaux-de-Fonds, avis aux amateurs.