Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAsura › Lost Eden

Asura › Lost Eden

cd • 10 titres

  • 1Prologue 2:14
  • 2Lost Eden 5:53
  • 3From The Abyss 4:16
  • 4Raindust 4:25
  • 5Land & Freedom 5:16
  • 6Fahrenheit 3:55
  • 7Requiem From Nowhere 9:53
  • 8Incoming 3:38
  • 9The Battle Of Devas 10:13
  • 10Le Vol D'Icare 7:32

line up

Alex Ackerman, Christophe Maze, Charles Farewell

remarques

Bonus track après le dernier titre

chronique

Styles
ambient
electro
trip hop
world music
Styles personnels
lost edam

Parti se concentrer sur son projet Aes Dana, Vincent Villuis laisse sa place dans Asura à Alex Ackerman et semble avoir pris dans ses bagages ce qui faisait encore la dignité du groupe. Laissé à lui-même, le projet libère toutes ses ambitions world-ethno-trip-hop et réussit avec Lost Eden l'exploit de faire du Enigma période The Cross of Changes en plus mauvais (en plus Deep Forest, quoi). Donc au menu ce sera soupe de rythmiques downtempo et vaguement exotiques saupoudrées de samples de vocalises "primitives" - reprenons l'album pré-cité de Enigma, donc, et remettez 'Return to Innocence' et 'Silent Warrior' avec ces thèmes du bon sauvage qui en connaîssait un rayon sur la bonté et l'amour divin et les plantes, tu vois, mais plus depuis que le méchant blanc l'a corrompu ou just exterminé, et que c'est mal. Ce qui est mal, ici, c'est que si Enigma avait au moins le mérite de savoir rendre sa soupe buvable dans son propre domaine à défaut d'être mémorable, ici c'est tout le contraire, et Asura ne semble se concentrer que sur la forme alors que c'est précisément là où il vaudrait mieux en faire le moins possible. Peine perdue, les vocalises mollement traitées sous effets infestent l'ensemble de l'album ('Incoming' ou l'apothéose du mauvais goût) et l'on souffre tout autant d'une langueur lascive qui confine parfois au porno cheap ('From The Abyss'). À mi-chemin, on retrouve heureusement l'ambient progressive que Charles Farewell maîtrise bien, mais à nouveau gâchée par des voix vraiment ridicules comme sur 'Land & Freedom' qui se passe très bien jusqu'à l'arrivée d'un douloureux "zis iz ze land of fouidom". Et quand cela marche vraiment comme sur 'Fahrenheit' ou les longues plages finales, las ! Cette fois c'est le mastering qui cafouille et qui réduit de très belles envolées à un éreintant mur d'aigüs et de clipping. Quel dommage car ce sont bien sur ces longs titres tels 'Requiem From Nowhere' qu'Asura est au top. Lost Eden est un gâchis et cela m'en coûte de le dire étant donné mon intérêt pour les protagonistes concernés et mon indulgence pour ce type de musique dont l'obsolescence ne me dérange pas (j'ai les quatre premiers Enigma si vous voulez tout savoir). Par ailleurs le groupe a disparu de la circulation depuis cet album avant que Charles Farewell n'en reprenne les rennes, chevauchant cette fois en solitaire pour refaire surface avec un nouvel album en 2007. Retour grandiose ou Enigma-bis ? À suivre dans le prochain épisode...

note       Publiée le vendredi 6 avril 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lost Eden".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lost Eden".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lost Eden".