Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRed Sparowes › Every red heart shines toward the red sun

Red Sparowes › Every red heart shines toward the red sun

cd • 8 titres • 61:39 min

  • 1The Great Leap Forward Poured Down Upon Us One Day Like a Mighty Storm, Suddenly and Furiously Blinding Our Senses.7:00
  • 2We Stood Transfixed in Blank Devotion as Our Leader Spoke to Us, Looking Down On Our Mute Faces With a Great, Raging, and Unseeing Eye.8:55
  • 3Like the Howling Glory of the Darkest Winds, This Voice Was Thunderous and the Words Holy, Tangling Their Way Around Our Hearts and Clutching Our Innocent Awe.10:08
  • 4A Message of Avarice Rained Down Upon Us and Carried Us Away Into False Dreams of Endless Riches.7:11
  • 5Annihilate the Sparrow, That Stealer of Seed, and Our Harvests Will Abound; We Will Watch Our Wealth Flood In.8:43
  • 6And by Our Own Hand Did Every Last Bird Lie Silent in Their Puddles, the Air Barren of Song as the Clouds Drifted Away. For Killing Their Greatest Enemy, the Locusts Noisily Thanked Us and Turned Their Jaws Toward Our Crops, Swallowing Our Greed Whole.1:42
  • 7Millions Starved and Became Skinnier and Skinnier, While Our Leaders Became Fatter and Fatter.9:55
  • 8Finally, as That Blazing Sun Shone Down Upon Us, Did We Know That True Enemy Was the Voice of Blind Idolatry; and Only Then Did We Begin to Think for Ourselves.8:03

enregistrement

Par Tim Green, Prairie Sun and Louder studios, du 30 janvier au 13 février 2006.

line up

Josh Graham (guitares, claviers), Bryant Clifford Meyer (guitares, claviers), David Clifford (batterie), Greg Burns (basse, pedal steel), Andy Arahood (guitare)

remarques

chronique

Styles
rock
post rock
Styles personnels
instrumental racé

Bon j'ai bien pris mon temps pour cette chronique qui déboule enfin, un an après la sortie de l'album. Comme quoi il ne faut jamais désespérer ! Certains d'entre vous se souviennent peut-être que Red Sparowes avait déjà frappé un grand coup en février 2005 avec "At the soundless dawn" puis sorti dans la foulée un split cd honnête en compagnie du groupe post rock Gregor Samsa. Depuis, on doit signaler quelques changements au niveau du line up avec les départs cumulés de Jeff Caxide et de Dana Berkowitz, remplacés par deux nouvelles recrues : Andy Arahood et David Clifford en provenance des groupes Angel Hair et Pleasure Forever. "Every red heart shines toward the red sun", deuxième album du groupe, s'inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur avec toutefois un ton légèrement plus rock et rentre dedans. Le groupe nous rappelle sur chaque morceau qu'il possède un incroyable talent de composition et sa musique est tout simplement ébouriffante et géniale : elle vous agrippe dès les premières notes et ne vous lâche plus ! Quelques écoutes suffisent pour être dans le bain et ensuite c'est un nouveau voyage à chaque fois, un voyage subtil et racé comme on en voit rarement, un voyage aux atmosphères riches et envoûtantes. Depuis "At the soundless dawn" les américains ont a mon avis encore gagné en cohérence et en efficacité (sauf au niveau des titres des morceaux... je vous laisse en juger par vous même !), ignorant les temps morts, ils sont parvenus à hisser leur musique vers des sommets émotionnels de haute altitude. Explosant le genre post rock, Red Sparowes parait bien parti pour devenir un groupe que les éternels suiveurs auront bien du mal à suivre... Excellent.

note       Publiée le dimanche 28 octobre 2007

Dans le même esprit, Chris vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Every red heart shines toward the red sun" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Every red heart shines toward the red sun".

notes

Note moyenne        21 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Every red heart shines toward the red sun".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Every red heart shines toward the red sun".

Rastignac › dimanche 28 janvier 2018 - 10:19 Envoyez un message privé àRastignac
avatar

ah ben le premier red sparowes il passe toujours bien. C'est tous les jours ringard-day chez moi !

saïmone › dimanche 28 janvier 2018 - 10:00 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

C'était déjà ringard à l'époque, en fait

Hallu › vendredi 26 janvier 2018 - 23:48 Envoyez un message privé àHallu

Beaucoup de groupes de post-rock vieillissent assez mal oui. Seul GYBE tient le choc, mais tous ceux qui sont venus après souffrent le poids des années. Red Sparowes, Isis, Mogwai, Jesu, Pelican, tous ces trucs sonnent déjà un peu ringard. Certains passages fleurent bon la nostalgie, mais d'autres font vraiment guimauve.

Wotzenknecht › dimanche 26 septembre 2010 - 10:22 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Ca vieillit tellement vite, on dirait la pub de l'an passé avec tous les machins qui tombaient en poussière dans les mains des gens

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › dimanche 6 juin 2010 - 20:44 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

bon, le post-machin-core n'est pas mort avec la décennie : ya un nouvel album de Red Sparows qu'est dehors

Note donnée au disque :