Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDon Caballero › American Don

Don Caballero › American Don

9 titres - 55:45 min

  • 01/ Fire Back about Your New Baby's Sex (04:43)
  • 02/ The Peter Criss Jazz (10:36)
  • 03/ Haven't Lived Afro Pop (07:35)
  • 04/ You Drink a Lot of Coffee for a Teenager (02:41)
  • 05/ Ones All Over the Place (09:01)
  • 06/ I Never Liked You (04:59)
  • 07/ Details on How to Get Iceman on Your License Plate (05:36)
  • 08/ A Lot of People Tell Me I Have a Fake British Accent (05:24)
  • 09/ Let's Face It Pal, You Didn't Need that Eye Surgery (05:10)

enregistrement

Enregistré à l'Electrical audio B room, Chicago. Produit par Don caballero.

line up

Damon Che (batterie), Ian Williams (guitare), Ian Willams (guitare)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
alternatif > math rock

Pour son quatrième album studio, le groupe voit un changement important s'opérer ; la perte de son second guitariste. Avec le départ de Mike Banfield, Ian Williams va se sentir obligé de trouver une solution alternative. C'est ainsi qu'il en profite pour ramener le bassiste Eric Emm, celui avec qui il joue déjà au sein du plus abstrait Storm and Stress. En confiance, car encadré par une section rythmique qu'il connaît par cœur, il va se voir contraint d'adapter son jeu. Pour perpétuer l'univers obsédant des répétitions haletantes et survoltées qui ont fait la renommée de Don Caballero, l'étape obligatoire passe par un dialogue de guitare en perpétuel contrepoint. Et en l'absence d'un autre agitateur de manche, le dédoublement des guitares s'impose donc. Un choix périlleux et à double tranchant car la volonté de reproduire ces schémas peut s'avérer être un piège. Quelle alchimie peut découler d'un artiste qui répond à son propre écho ? Et si donc cette technique ne fonctionnait pas ? En isolant une première ligne d'accords répétées à l'infini, Ian Williams peut se lancer dans son rôle tête baissée en dialoguant avec sa propre ombre. Cela reste une illusion. Par la force des choses, le propos du dernier Don Caballero ne peut que se concentrer sur un autre aspect. Ainsi, sans pour autant mettre au placard leur énergie d'antan, le parti pris de "American Don" sera d'être plus posé, plus carré. Même le batteur semble s'être quelque peu assagi. Loin d'être inintéressant, cet album apporte un aspect plus introverti et expérimental que ses prédécesseurs où le groupe semble explorer plus en profondeur les spirales qu'ils créent là où avant ils en faisaient le terrain privilégié de toutes leurs outrances. Un album plus sérieux et moins échevelé. Plus cérébral et moins passionnel. Et la créature de nous tourner le dos une fois pour toutes.

note       Publiée le samedi 6 octobre 2001

partagez 'American Don' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "American Don"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "American Don".

ajoutez une note sur : "American Don"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "American Don".

ajoutez un commentaire sur : "American Don"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "American Don".

juj › vendredi 28 avril 2006 - 18:40  message privé !
(et merde) pros de la com, donc ... quant à don cab, jamais vus en live, mais le nouvel album me donne pas envie d'aller les voir à st ouen le 26 mai (je crois) surtout que c'est avec heliopadlaballe, à qui je garde un chien de ma chienne pour certain entôlage l'année dernière - et pour leur musique enquiquineuse
juj › vendredi 28 avril 2006 - 18:38  message privé !
@nevro (même si tu ne permets pas) : euh ... je parlais de battles, hein ? ils SONT passés à paris, vendredi dernier, c'était orgasmique, eux ont pas pipé mot mais avaient qd même l'air vaguement estomaquéss de la chaleur fanatique de l'accueil, je sais pas si ça leur fera comme unsane, qui a promis qu'ils passeraient plus souvent (ces ricains, quels pros de l
Progmonster › vendredi 28 avril 2006 - 10:41  message privé !
avatar
les ai vu au Belgïe à l'époque de "What Burns Never Returns" : un show de plus d'une heure NON STOP tous les titres enchaînés. Damon Che avait même fixé sa pédale de charley avec des clous dans le sol pour être sûr qu'elle ne bouge pas. incroyable souvenir, surpuissant... mais j'ai peur que ce ne soit plus pareil aujourd'hui.
Note donnée au disque :       
NevrOp4th › vendredi 28 avril 2006 - 10:35  message privé !
@ Juj: ouai apparement en live c'est imparable, apparement il passe prochainement sur Paris. Merci pour ces infos progmonster & juj
juj › jeudi 27 avril 2006 - 17:57  message privé !
c'est à ne manquer sous aucun prétexte en live, ça tabasse ! le son de stanier et la frénésie délirante des 3 guitaristes, impossible de cesser de frétiller du début à la fin (et de haut en bas)!