Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDon Caballero › Punkgasm

Don Caballero › Punkgasm

14 titres - 48:53 min

  • 1/ Loudest shop vac in the world (8:56)
  • 2/ The irrespective dick area (1:31)
  • 3/ Bulk eye (4:57)
  • 4/ Shit kids galore (1:03)
  • 5/ Celestial dusty groove (2:34)
  • 6/ Pour you into the rug (3:23)
  • 7/ Challenge jets (2:37)
  • 8/ Lord krepelka (4:23)
  • 9/ Why is the couch always wet ? (3:28)
  • 10/ Slaughbaugh’s ought not own dog data (4:43)
  • 11/ Dirty looks (1:44)
  • 12/ Who’s a puppy cat (1:42)
  • 13/ Awe man that’s jive skip (4:01)
  • 14/ Punkgasm (3:51)

enregistrement

États-Unis, 2008

line up

Damon Che (batterie, chant), Eugene Doyle (guitare), Jason Jouver (basse)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
math rock

En entretien, le batteur Damon Che défendra auprès de qui veulent bien l’entendre l’idée selon laquelle Don Caballero a longtemps existé sans Ian Williams. À qui la faute si le guitariste fougueux et tortueux s’en est allé pour s’essayer à des exercices de style audacieux, comme les impénétrables Storm and Stress, certains ayant même fini par devenir payants, à l’image de Battles ? Il n’en demeure pas moins que c’est bel et bien en sa compagnie que les plus belles pages de Don Caballero ont été écrites ; "2" et "What Burns Never Returns" resteront à jamais gravés dans l’histoire comme deux monuments math rock indéboulonnables. Il aura fallu six longues années pour que le groupe ressorte de son silence avec la publication de "World Class Listening Problem" en 2006. Retour aussi inattendu qu’improbable puisque avec seul Che aux commandes, c’est une toute nouvelle équipe qui tente alors de renouer avec l’énergie et la folle créativité de leurs premières réalisations. Peine perdue, l’album sonnant comme une pâle copie tentant de singer le modèle. "Punkgasm" ne parvient pas à faire mieux. Et réduit déjà son line up à trois. Ambiance. Le "nouveau" nouveau Don Caballero n'a rien pour lui : ça tourne en rond. C’est vide. Le premier titre, le plus long, et le plus complexe, en est un parfait exemple. Les titres courts, quoi que plus efficaces, ne sont guère plus convaincants. Mais les choses finissent par se gâter irrémédiablement quand un chant incongru vient s’essayer sur deux ou trois titres. Qu'a-t-il donc pu bien se passer ? La pieuvre humaine est-elle tombée sur la tête ? Malgré tout le mal qu’il se donne pour continuer de briller, Damon Che ne semble toujours pas avoir compris la différence fondamentale qu’il y a entre essayer autre chose et passer à autre chose. Un groupe à oublier.

note       Publiée le samedi 25 octobre 2008

partagez 'Punkgasm' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Punkgasm"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Punkgasm".

ajoutez une note sur : "Punkgasm"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Punkgasm".

ajoutez un commentaire sur : "Punkgasm"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Punkgasm".

NevrOp4th › lundi 23 novembre 2009 - 10:56  message privé !

Dur la chronique et les commentaires. °-° Pour l'instant j'aime beaucoup. Les changement de rythmes et les riffs qui foisonnent dans tous les sens sans perdre le nord c'est assez puissant je dois dire, me rappel Lethargy dans un autre style.

dariev stands › lundi 27 octobre 2008 - 14:10  message privé !
avatar

jdevrais être content : j'sélectionne un promo, et avant meme qu'il soit envoyé, paf , c'est chroniqué par un autre gutsien ! jvous dirai à reception si j'en ai pensé le meme chose (en comm si ya rien à ajouter...)

torquemada › dimanche 26 octobre 2008 - 18:50  message privé !

J'avais bien aimé le précédent mais ce que j'ai écouté de celui-ci ne m'a pas convaincu du tout.

empreznor › dimanche 26 octobre 2008 - 00:27  message privé !

clairement le moins bon. Le chant du cygne, esperons. Pourtant, c'etait encore bon en live en 2006

saïmone › samedi 25 octobre 2008 - 23:46  message privé !
avatar

ah mais oui, chiantissime, mollusquissime, détumescencissime, mortissime. Deux boulissime - pour le son

Note donnée au disque :