Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorphine › Cure for pain

Morphine › Cure for pain

cd | 13 titres | 37:17 min

  • 1 Dawna [0:44]
  • 2 Buena [3:19]
  • 3 I’m Free Now [3:24]
  • 4 All Wrong [3:40]
  • 5 Candy [3:14]
  • 6 A Head With Wings [3:39]
  • 7 In Spite of Me [2:34]
  • 8 Thursday [3:26]
  • 9 Cure for Pain [3:13]
  • 10 Mary Won’t You Call My Name ? [2:29]
  • 11 Let’s Take a Trip Together [2:59]
  • 12 Sheila [2:49]
  • 13 Miles Davis Funeral [1:41]

enregistrement

Produit par Paul Q. Kolderie. Enregistré et mixé à Fort Apache par Paul Q. Kolderie.

line up

Mark Sandman (basse slide 2 cordes, chant) ; Dana Colley (sax baryton) ; Jerome Deupree, Billy Conway (batterie) / Jimmy Ryan (mandoline sur 7) ; Ken Winokur (percussion sur 13)

chronique

Le groupe Morphine est un regret… une frustration, un curieux parcours interrompu par la séparation, définitivement scellée par la mort. Le groupe tient tout entier sur son style, sa formation curieuse : une basse slide 2 cordes, une batterie et un saxophone. Rock, blues et jazzy, fumeuse, habitée par la voix grave et sensible de Mark Sandman, la musique du trio est ondulée de mélodies à la fois sombres et nonchalantes, à la souplesse reptile, et toujours sous-tendue par le ‘tit groove qui tue, lent, langoureux ou plus énergique d’une courte pièce à l’autre. Cette musique aux multiples promesses, à la séduction immédiate et à la personnalité si particulière ne trouvera malheureusement jamais meilleure incarnation que dans ce «Cure for Pain», seul véritable coup d’excellence de la formation, le reste en sont les essais ou les resucées. Hypnotisante à force de rythme souple et de saxophone plaintif, la musique de Morphine sent le club underground et les mauvais trips en coulisses. Balanciers mélancoliques, les compositions de Sandman trouvent en sa voix la meilleure interprète et chez Dana Colley un alter-ego inattendu. La basse de l’un épouse le sax de l’autre, de manière sensuelle et presque suggestive par instants, la musique du trio est à la fois minimale et basée sur le seul feeling. Riffs de saxo sérieux, chant vécu et voix triste, rythme pile-poil, «Buena», «Candy», «A head with wings», «Thursday», «Cure for pain»…, on trouve ici le meilleur de Morphine, le plus sincère comme le plus tonique (Mary won’t you call…), toute la musique d’une formation un peu hors norme qui semblait avoir trouvé une sorte de formule magique, dont on ne vit hélas que trop peu les effets. Difficile d’évoquer cette atmosphère à la fois jazz, rock, sombre et pesante, mais qui vous fait pourtant onduler sur vous même dans une transe un peu triste. «Cure for pain» est donc un album rare, de ces œuvres marginales à la croisée des routes qui valent pour leur curieux mélange d’évidence et de nouveauté. Du feeling dans tous les sens, du mal de vivre combattu en musique, un saxo élastique et la basse vaut pas mieux, une musique qui baille comme à 4 heures du mat’ après des verres en trop et beaucoup, beaucoup d’autres choses… morphine, cure for pain.

note       Publiée le dimanche 6 juillet 2003

partagez 'Cure for pain' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Cure for pain"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Cure for pain".

ajoutez une note sur : "Cure for pain"

Note moyenne :        13 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cure for pain".

ajoutez un commentaire sur : "Cure for pain"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cure for pain".

Raven › samedi 18 janvier 2014 - 05:04  message privé !
avatar

Le baron de Cathedral (groupe-étron dans toute sa grandeur) et surtout du Cassoulet, qui fustige les subtilités du dégazage... on aura tout vu. N'as-tu jamais entendu, ami Turquoise, le prout du cormoran le soir, au-dessus des jonques ? Oserais-tu nier la subtilité - la grâce même - du pet paternel qui, lâché comme un clandestin à travers le maquis, vient mourir en silence dans la mollesse immaculée des draps, tandis que l'occupant permanenté plongé dans sa lecture du dernier Beigbeder en subodore soudain les méphitiques prémices ? Morphine c'est un peu tout ça, même si on peut légitimement leur reprocher d'avoir des airs à bien sonner dans un ascenseur... Une affaire d'élégance et de mâle délicatesse.

Dioneo › vendredi 17 janvier 2014 - 16:24  message privé !
avatar

"No More Fine (let's drink Suze and Bavaria)"

Rocky Turquoise › vendredi 17 janvier 2014 - 16:19  message privé !

Excellente idée, justement y'avait de la choucroute à la cantine à midi. Plus qu'à trouver le moyen de me fixer une anche de saxo sur le pourtour anal et on peut faire un groupe de reprises de Morphine qui s’appellera Morbac !

Note donnée au disque :       
Dioneo › vendredi 17 janvier 2014 - 15:50  message privé !
avatar

(M'semblait me rappeler qu'il jouait au moins AUSSI du ténor, tiens... Mais bon. faut admettre qu'il a pas une grande variété de jeu quoi qu'il en soit, le gars... Après perso ça me dérange pas sur ce disque, en fait).

Montons un groupe inter-communes d'instrumentistes dégazeurs ?

Rocky Turquoise › vendredi 17 janvier 2014 - 15:47  message privé !

Des subtilités dans les instruments à anches ? Allons allons... En plus on parle de saxo baryton, l'instru au timbre le plus pourri de l'univers. Total dégazage diarrhéique sauvage. Faudrait aller en jouer devant le tas de fumier de l'assemblée, tiens.

Note donnée au disque :