Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorphine › Good

Morphine › Good

13 titres - 38:11 min

  • 1/ Good (2:36)
  • 2/ The Saddest Song (2:50)
  • 3/ Claire (3:07)
  • 4/ Have A Lucky Day (3:24)
  • 5/ You Speak My Language (3:25)
  • 6/ You Look Like Rain (3:42)
  • 7/ Do Not Go Quietly Unto Your Grave (3:21)
  • 8/ Lisa (0:43)
  • 9/ The Only One (2:42)
  • 10/ Test-Tube Baby/Shoot'm Down (3:11)
  • 11/ The Other Side (3:50)
  • 12/ I Know You (Part I) (2:17)
  • 13/ I Know You (Part II) (2:45)

enregistrement

Produit par Mark Sandman Paul Q. Kolderie au Outpost, Stoughton, MA, sauf pistes 3, 8, 11, et 12, co-produites par Tom Dubé à Q Division, Boston et Fort Apache, Cambridge, MA, et piste 6, produite à High-N-Dry, Cambridge, MA. - Masterisé à NDR par Toby Mountain

line up

Dana Colley (saxophone baryton, triangle, backing vocals sur la 6),Mark Sandman (basse slide une corde, "tritar", orgue, guitare, chant), Jerome Deupree (batterie), Billy Conway (batterie sur la 5 et la 6), Jim Fitting (harmonica sur la 12)

remarques

paru à l'origine sur le label Accurate Distortion en 92 et à l'époque rejeté par tous les autres labels.

chronique

Styles
black music
blues
jazz
rock
indie rock
Styles personnels
blues du blanc

Si je vous dis "un sax, une batterie et une basse", vous me dites ? "oh non, encore un de ces combos math-post-jazz à lunettes pourvu de chansons de 8 minutes qui empilent roulements de batterie emphatiques sur coulées de cordes lymphatiques"… Et bien vous auriez tort. En 92, et en dépit des ébats d’une certaine scène post-rock américaine, encore bourgeonnante (Gastr Del Sol, Slint ? à venir dans ces pages…), Morphine était un groupe vierge de toute hybridation, perdu qu’il était dans son Massachusetts natal. Des compteurs d’histoires comme il n’y en avait déjà plus à l’époque, jouant le blues, LEUR blues, et utilisant basse et saxophone d’une manière encore jamais entendue. "Good" est un disque de blues torve perdu au début des années 90, coincé entre un Tom Waits, seule référence possible (plus évidente sur "You look like rain") pour ces marginaux du paysage musical, et des Doors qu’ils ressuscitent lors des cérémonies vaudou que sont "The Other Side" et la chanson-titre. C’est un Jim Morrison à moitié bouffé par les opossums et les asticots, une veuve noire logée dans son œil droit, qui vient nous bercer lors de cette comptine malsaine dont la contrebasse, sur la corde raide, semble avoir parcouru le chemin depuis le Manchester rouillé de Joy Division. Peter Hook meets Dr John ? Possible, ouais. "You Speak My Language", un des tubes les plus emblématiques de ce groupe qui s’exprime justement dans un langage primitif tombé en désuétude depuis les années 60… Une impression de soleil levant sur un monde en sursis, parachevée par cette atmosphère ultra-étouffante, aux relents presque no-wave, et ce refrain éructé, encanaillé, qui finit par déraper en free-jazz strident. Un hit indé qui ne dit pas son nom, incontestablement, planqué sous une pierre tel un cloporte sur cet album humide et terreux. Il faut dire que le son est ici matinal, large, béant, alors que le reste de l’album est un recueil de sueur et de fumée prélevé en milieu naturel : sans doute dans un vieux bauge mal famé de Louisiane. Sur le délavé "The Saddest Song", c’est le fantôme de Jeffrey Lee Pierce (à qui il restait en fait 4 ans à vivre en 92), qui vient trainer sa canne et sa cape en haillons dans les rues crasses d’une ville fantôme, hululant sa poésie lunaire et répétant jusqu’à l’obsession : "My biggest fear is if I let you go, you come and get me in my sleep". Après les sueurs froides du tueur flippant seul dans son lit, vient la fièvre du chanceux tombé dans l’étreinte des jambes de "Claire"… L’atmosphère se réchauffe sérieusement. Si dans Morphine, la basse – à une corde à l’époque, tenue par le chanteur et chaman Mark Sandman - devient paradoxalement froide et asexuée (ce salaud de post-punk ricain qui a essaimé partout), c’est le saxo qui se charge des phéromones. Et ici, il en a à raconter, tout comme ce chanteur qui semble passer un chaud moment sur ce refrain langoureux… Des filles appelées Claire, on en a tous connu, reste à connaître la bonne... Si vous tombez sur celle-ci, à priori, prenez garde à vous. "You use me up like gasoline" est l’une de ces phrases balancées au détour de la chanson, pour laquelle un Pete Doherty serait prêt à revendre sa pipe à crack favorite. Et le disque en regorge, comme de cette sève américaine, cette vibration quasiment mystique tant elle est ancestrale, pour laquelle c’est Louise Attaque cette fois qui revendrait volontiers ses violons… "Lisa" n’est qu’un solo de saxophone, mais parfois, pour certaines filles, il n’est pas besoin de mots. Le disque par contre, perd un peu de sa ferveur sur la fin, après 5 premiers morceaux d’anthologie, surtout sur un "I Know You" un brin fatigué. Ça reste pas de la bibine, mais disons que l’happy hour est passée. Sombre et expérimental ? Pour sûr, mes amis, mais pas que.

note       Publiée le lundi 4 février 2008

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Good' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Good"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Good".

ajoutez une note sur : "Good"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Good".

ajoutez un commentaire sur : "Good"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Good".

NevrOp4th › vendredi 13 décembre 2013 - 10:37  message privé !

Je connais pas ce disque. Mais leur album "Yes" est fabuleux.

gregdu62 › dimanche 5 février 2012 - 14:37  message privé !

Très bon ! The other side, the saddest song, I know you...que de bonnes pépites

Note donnée au disque :       
born to gulo › samedi 25 décembre 2010 - 17:41  message privé !

bon (ahem), et ceux entre Cure et The Night, ils valent quoi ; sinon, c'est un beau mot bauge, mais il est féminin, et celui que tu cherches est bouge

Note donnée au disque :       
patovitch › jeudi 14 janvier 2010 - 22:25  message privé !

Ahh ! Saddest song Quel batteur!!!!! Très bon album ! Très bonne critique !

empreznor › lundi 22 juin 2009 - 22:41  message privé !

Cossu

Note donnée au disque :