Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAstrofaes › The eyes of the beast

Astrofaes › The eyes of the beast

cd | 7 titres

  • 1 The eyes of the beast
  • 2 And winter will rise…
  • 3 Secret of eternal forests
  • 4 The solstice
  • 5 The light and pain
  • 6 Days of darkness
  • 7 Damnation of silence

enregistrement

Enregistré en Février Mars 7508 par Thurios, Khorus et R. Zmievskiy

line up

Thurios, Khorus

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Gombrowitz disait : «Ecrire c’est très facile, c’est pour cela que c’est si difficile». Et bien on pourrait en dire de même du true black metal. Pas bien compliqué d’avoir un son pourri, une technique inférieure à ses besoins, de hurler sa haine dans son micro et de rouler du riff comme un désespéré en enchaînant les harmonies un peu maléfiques. Mais le nombre de groupes qui arrivent à dégager d’une telle musique et d’un tel son cette dimension fascinante et malsaine, purement sensitive, presque inexplicable, se compte sur les doigts des deux mains. «Astrofaes», dont c’est ici le 3ème album ( le deuxième édité en format CD, après "Dying emotion domains"), a bel et bien ce mérite du "quelquechose en plus". Cinq album à l'heure actuelle au cours desquelles Astrofaes garde sa qualité tout en variant son style dans different registre du black. Ici, entre brutal et true black metal, le groupe ukrainien maintient sa musique dans une ambiance occulte et mystérieuse plutôt réjouissante. Les vocaux sont vraiment bons, evil à souhait, les riffs dégagent le froid et la nuit, et malgré d’incontestables flottements techniques l’oreille et l’esprit restent dévoués à «Astrofaes». Pas mal, franchement pas mal, car le style est risqué, et que le groupe parvient en plus à dégager une sorte de personnalité, disons de patte, dans ce penchant pour le vent glacé et la noirceur, cette voix, cette capacité à ralentir pour de longs riffs lancinants, qui tournent et plombent comme la résignation. Bruits d’orages, de blizzard, guitare acoustique, cymbale ride à l’harmonique perçante. Certes, il manque au groupe une aura… ce n’est pas Darkthrone, Judas Iscariot ou «Battles in the north», mais ça n’est pas rien ni personne non plus, loin de la. Certains passages où s’ajoutent acoustique et saturée, certains riffs pur jus, des coups d’ambiance jouissifs (acoustique, synthé, chœurs ou bruits divers…), l’intégrité globale de ce disque en font un objet à ne surtout pas déconsidérer. Pour les amateurs de black underground, de montagnes et de givre, et de haine avant tout, «The eyes of the beast» est une acquisition à sérieusement envisager.

note       Publiée le dimanche 23 mars 2003

partagez 'The eyes of the beast' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The eyes of the beast"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The eyes of the beast".

ajoutez une note sur : "The eyes of the beast"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The eyes of the beast".

ajoutez un commentaire sur : "The eyes of the beast"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The eyes of the beast".

ericbaisons › vendredi 8 octobre 2010 - 19:27  message privé !

edit : oui la maitrise instrumentale est proche de zero, au debut de la 2 je crois qu'il y a une série de break qui a fait date dans l'histoire de la batterie.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › vendredi 8 octobre 2010 - 19:26  message privé !

Repassé hier, il est bien bon, astrofesse ont un son, un grain qui fait qu'on reconnait la patte ukrainienne. Il a juste la bonne longueur assez pour se prendre la tornade et pas trop pour ne pas decrocher. Bien trop méconnu

Note donnée au disque :       
empreznor › vendredi 30 mars 2007 - 20:54  message privé !
Ce qui est marquant, c'est combien cet album est grave, surtout dans la première partie, tres typique. La deuxième moitié est plus classique, à des moments ça fait penser à du Nokturnal, à d'autres à du Drudkh.
Emperor Gestahl › dimanche 23 mars 2003 - 17:03  message privé !
fichtre, 4 ème album... si j'avais su... (points de suspension lourd de sous-entendus)... bref... j'ai bien aimé cet album je dois dire, même si effectivement, le gros point noir vient surtout de la maîtrise instrumentale catastrophique... Mais sinon l'atmosphère y est, c'est assez proche d'Aeternus sur And So The Night Became, je trouve, avec une voix très différente... Bref un album bien sympathique plein de bonnes idées et de réussites, mais d'une "imprécision" détestable...