Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPProjekct Four › The roar of P4 : live in San Francisco 1998

Projekct Four › The roar of P4 : live in San Francisco 1998

7 titres - 71:39 min

  • 1/ Ghost (8:50)
  • 2/ Heavy ConstruKction (9:14)
  • 3/ Light ConstruKction (8:32)
  • 4/ The Deception of the Thrush (9:04)
  • 5/ Seizure (13:36)
  • 6/ Ghost 3 (12:13)
  • 7/ ProjeKction (10:10)

enregistrement

The 7th Note, San Francisco, USA, 1er novembre 1998

line up

Robert Fripp (guitare), Trey Gunn (touch guitar, talker), Tony Levin (basse, chapman stick), Pat Mastelotto (batterie, percussions électroniques)

chronique

ProjeKct Four fût une des plus belles perspectives d'avenir que le démantèlement du groupe en quatre unités indépendantes ait produite. Un Crimson électro en quoi le groupe aurait idéalement dû se muter. On connait la suite de l'histoire dans laquelle détracteurs et défenseurs iront se rejoindre pour se jetter à la tête divers noms d'oiseaux. Il est néanmoins amusant de constater que ce projet est le premier à jouir d'un coup de projecteur supplémentaire, en dehors du disque officiel paru alors dans le coffret quatre cds "The ProjeKcts". Contrairement au montage audio auquel nous eûmes droit sur leur disque ainsi que sur celui du ProjeKct Three mené par le jeune batteur Pat Mastelotto, cette publication dans la série du Collector's Club nous offre la possibilité d'écouter le quartette dans ses oeuvres, en concert à San Francisco. Pas de trucages studio donc, tout se fait sur scène. Fripp s'amusant plus que jamais à pervertir le son de sa guitare dans des sonorités préprogrammées sur système midi alors que Pat Mastelotto est en charge de tout ce qui est percussions, électroniques cela va sans dire, avec là aussi des patterns préprogrammés qui sentent bon la drum'n'bass. Au milieu de ce champ de bataille, il y a Tony Levin et Trey Gunn. Ce sont sur leurs épaules que repose toute l'intensité de leur prestation, dénominateur commun avec la bête dont ils se sont extraits de la cuisse. Le titre le plus emblématique à ce propos est l'inédit "Seizure", un festival de treize minutes, un duel permanent entre les deux bassistes, non pas comme faire valoir technique, mais plutôt guidé par une soif jamais inassouvie d'aller explorer les recoins occultes d'une musique qui ne demande qu'à être déflorée. Dans un déploiement naturel, le répertoire débute avec les titres les plus énergiques pour peu à peu se fondre dans des titres plus posés mais aux ambiances toujours aussi travaillées. En ce qui concerne la qualité de l'enregistrement, elle est aussi impeccable que le contenu du disque lui-même.

note       Publiée le jeudi 19 décembre 2002

partagez 'The roar of P4 : live in San Francisco 1998' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The roar of P4 : live in San Francisco 1998"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The roar of P4 : live in San Francisco 1998".

ajoutez une note sur : "The roar of P4 : live in San Francisco 1998"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The roar of P4 : live in San Francisco 1998".

ajoutez un commentaire sur : "The roar of P4 : live in San Francisco 1998"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The roar of P4 : live in San Francisco 1998".