Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGryphon › Treason

Gryphon › Treason

  • 1977 • Harvest SHSP 4063 • 1 CD

7 titres - 37:16 min

  • 1/ Spring Song (10:00)
  • 2/ Round and Round (4:31)
  • 3/ Flash in the Pantry (4:58)
  • 4/ Falero Lady (4:10)
  • 5/ Snakes and Ladders (5:18)
  • 6/ Fall of the Leaf (4:25)
  • 7/ Major Disaster (4:04)

enregistrement

Abbey Road Studio, Londres, Angleterre, 1977

line up

Brian Gulland (basson, cor anglais, chant), Alex Baird (batterie), Jonathan Davie (basse), Bob Foster (guitare, chant), Richard Harvey (flûte à bec, claviers, saxophone), David Oberle (percussions, chant)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
symphonique

On l'a vu, avec "Raindance", Gryphon était devenu méconnaissable. Un changement profond de personnel va sceller définitivement le sort du groupe de Brian Gulland et Richard Harvey qui assument sans vergogne la nouvelle direction qu'ils ont été les seuls à s'imposer, à savoir devenir le Yes du pauvre, à défaut d'être khalife à la place du khalife. Alors, certes, "Treason" est bien loin d'être le plus représentatif des albums de Gryphon. Il n'en demeure pas moins son essai - le dernier - le plus progressif. L'utilisation intensive du krumhorn qui donnait cette couleur médiévale si caractéristique au groupe n'est plus désormais qu'un vulgaire souvenir, Gryphon s'engageant côute que coûte dans ce revirement à 180°, pourtant amorcé avec brio dès "Red Queen to Gryphon Three", et qui les a transformé purement et simplement en ersatz de Yes. Dommage pour eux car à ce jeu là, les américains de Starcastle ont une fameuse longueur d'avance niveau mauvais goût. En soi, "Spring Song", la chanson qui ouvre ce disque a de quoi figurer parmi les plus belles réussites du rock symphponique, mais on ne peut s'empêcher de songer que rien ne prédestinait le groupe à devenir ce qu'il est aujourd'hui, en fait pendant un peu moins de quarante minutes. Les autres titres de l'album sont des pièces rock enlevées ou des ritournelles pop plutôt mielleuses avec un certain degré de sophistication (le pont polyrythmique en plein milieu de "Flash in the Pantry", les divagations jazzoteuses de "Snakes and Ladders"), mais l'un dans l'autre rien de transcendant. La discographie de Gryphon aura au moins permi de mesurer à quel point un groupe peut apprendre à ses dépends que se pervertir et se trahir dans le but inavouable d'accéder à une toujours plus grande notoriété peut lui être fatal.

note       Publiée le jeudi 14 novembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Treason".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Treason".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Treason".