Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGryphon › Raindance

Gryphon › Raindance

9 titres - 41:43 min

  • 1/ Down the Dog (2:44)
  • 2/ Raindance (5:37)
  • 3/ Mother Nature's Son (3:08)
  • 4/ Le Cambrioleur est dans le Mouchoir (2:14)
  • 5/ Ormolu (1:00)
  • 6/ Fontinental Version (5:36)
  • 7/ Wallbanger (3:33)
  • 8/ Don't Say Go (1:48)
  • 9/ (Ein Klein) Heldenleben (16:03)

enregistrement

Sawmills Studio, Londres, Angleterre, 1975

line up

Brian Gulland (basson, chœurs), Malcom Bennett (basse, flûte), Richard Harvey (flûte à bec, krumhorn, mini-moog, mellotron, clavinet), David Oberle (batterie, percussions, chant), Graeme Taylor (claviers, guitare, chant)

remarques

Une réédition cd américaine couple cet album à leur troisième, "Red Queen to Gryphon Three".

chronique

A la première écoute de ce nouvel album de Gryphon, on a bien du mal à reconnaître le groupe qui autrefois nous transportait dans les décors pittoresques du pays Hobbit. En lieu et place, "Raindance" débute de manière bien curieuse sur une rythmique quasi funk avec "Down the Dog", piano électrique compris, avant de laisser place à la plage titulaire, reposant toute entière sur le travail hypnotique du synthétiseur qui donne à Gryphon des airs tout simplement new age ! La reprise des Beatles, "Mother Nature's Son" est bien le seul élément encore présent apte à nous rappeler les origines folk et acoustiques du groupe. Une bien maigre récolte que ni le parodique "Le Cambrioleur est dans le Mouchoir", ni l'horlogerie mécanique du plaisant mais bref instrumental "Ormolu", et encore moins les deux piteux essais pop, "Fontinental Version" et "Don't Say Go", pourront compenser. Restent alors "Wallbanger" et la longue suite "(Ein Klein) Heldenleben". Si le premier opère en quelque sorte une synthèse de tout le travail qu'avait si bien accompli Gryphon sur "Red Queen to Gryphon Three", avec une basse électrique étonnement proéminente, le titre ne parvient jamais à égaler la magie et le parfait équilibre qui cimentait leur précédent disque. Quant à "(Ein Klein) Heldenleben", c'est le titre ouvertement le plus ambitieux du lot. De grands moments l'illustrent (on songe surtout à son sublime final), mais pas assez que pour occulter ses nombreuses parties de basse, ses quelques phrasés de guitare et ses petits ponts aux claviers qui trahissent un mimétisme outrancier qui lorgne du côté de Yes (et ce n'est qu'un début, c'est à dire bientôt la fin). En trahissant sa personnalité profonde, Gryphon a, plus que tout et avant tout, perdu son âme.

note       Publiée le jeudi 14 novembre 2002

partagez 'Raindance' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Raindance"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Raindance".

ajoutez une note sur : "Raindance"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Raindance".

ajoutez un commentaire sur : "Raindance"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Raindance".

samno › mercredi 19 novembre 2008 - 23:09  message privé !

La longue suite de 16 mn est indispensable ! On n'est jamais allé aussi loin dans le hard-folk ! Même le basson a des intonations de saxophone... La face 1 est facile et effectivement présente un profil peu sympathique...Mais ne passez pas à côté du symphonisme de la face 2 !