Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGryphon › Midnight mushrumps

Gryphon › Midnight mushrumps

6 titres - 42:10 min

  • 1/ Midnight Mushrumps (18:58)
  • 2/ The Ploughboy's Dream (3:02)
  • 3/ The Last Flash of Gaberdine Tailor (3:58)
  • 4/ Gulland Rock (5:21)
  • 5/ Dubbel Dutch (5:36)
  • 6/ Ethelion (5:15)

enregistrement

Chipping Norton Studio, Londres, Angleterre, 1973-1974

line up

Brian Gulland (basson, krumhorn, flûte à bec, claviers, chant), Richard Harvey (flûte à bec, krumhorn, harmonium, orgue de barbarie, clavecin, guitare, mandoline, glockenspiel, chant), Philip Nestor (basse, chant), David Oberle (batterie, percussions, chant), Graeme Taylor (guitares, chant)

remarques

Une réédition cd américaine couple cet album à leur premier, "Gryphon".

chronique

Styles
folk
progressif
Styles personnels
médiéval

Déjà sur ce second "Midnight Mushrumps", on sent une insensible mais profonde mutation dans le jeu des Gryphon. Assimilés à la scène progressive, nos quatre compères, devenus cinq avec l'enrôlement du bassiste Philip Nestor, vont se lancer, eux aussi, et avec leurs modestes moyens, dans l'écriture de piécettes rocambolesques, aux mille et uns rebondissements. La plage titulaire, qui ouvre aussi cet album, en est le cinglant manifeste ; pendant près de vingt minutes vont se succéder des thèmes aussi mélodieux que précieux et qui, bien que d'inspirations médiévales, laissent une plus grande part de liberté aux silences qui donnent sa dynamique essentielle à la musique. La pièce s'anime et raconte indubitablement une histoire. Elle pourrait ainsi, pourquoi pas, incarner l'illustration sonore de la tapisserie de Bayeux (et non pas Bailleux ; faut être belge ou amateur, voire les deux, pour écrire des conneries pareilles), avec ses moments d'accalmies, ses instants de festoiements, sans oublier ses vaillantes batailles. La présence du clavier, bien que presqu'imperceptible, laisse entrevoir la direction que le groupe va s'empresser d'emprunter dans un futur proche ; on peut le noter dans ses moments les plus grandiloquents à l'orgue, faisants écho à Rick Wakeman. Mis à part ce tour de force audacieux, "Midnight Mushrumps", l'album, conserve dans les cinq autres titres qui le constitue, la même pureté de l'approche historique qui éclata au grand jour sur leur album éponyme. Mais déjà, les arrangements se veulent plus fouillés, et c'est à l'aide de quelques interventions diffuses et calculées au clavier, pour souligner une atmosphère par exemple, que va se matérialiser la nuance, et bientôt toute la différence, pour ainsi précipiter, lentement mais sûrement, toute l'esthétique du groupe vers une grammaire répondant aux canons de cette musique pop que l'on n'appelait pas encore progressive...

note       Publiée le jeudi 14 novembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Midnight mushrumps".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Midnight mushrumps".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Midnight mushrumps".

DesignToKill › mercredi 4 juin 2014 - 14:05  message privé !

Boudé par les commentaires cet album !

Note donnée au disque :