Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGryphon › Red queen to gryphon three

Gryphon › Red queen to gryphon three

4 titres - 38:32 min

  • 1/ Opening Move (8:15)
  • 2/ Second Spasm (9:42)
  • 3/ Lament (10:45)
  • 4/ Checkmate (9:50)

enregistrement

The Chipping Norton Studio, Londres, Angleterre, 1974

line up

Brian Gulland (basson, krumhorn), Richard Harvey (flûte à bec, claviers), Philip Nestor (basse), David Oberle (batterie, percussions), Graeme Taylor (guitare)

remarques

Une réédition cd américaine couple cet album à leur quatrième, "Raindance".

chronique

Styles
progressif
folk
Styles personnels
médiéval

Si cette façon de concevoir la musique n'est pas du goût de tout le monde, force est de reconnaître qu'avec leur troisième album, "Red Queen to Gryphon Three", Gryphon est arrivé au sommet de son art, alliant complexité d'écriture et richesse de l'instrumentation. Il y a des éléments dans cette longue pièce musicale en quatre actes qui séduira aussi bien les amateurs de Gentle Giant (le raffinement extrême des mélodies et leurs arrangements, les racines médiévales) que ceux, plus nombreux, de Yes (les longues explorations thématiques mais aussi l'ampleur emphatique que se découvre peu à peu la musique de Gryphon). Le groupe finira bien d'ailleurs par accompagner le susdit Yes lors d'une de ses tournées transatlantiques, ce qui ne restera pas sans conséquences, nous le verrons par la suite. Chacune des pièces, tournant aux alentours des dix minutes, sont pleines de rebondissements et ne sont jamais ennuyantes un seul instant. On se plaît à se laisser guider au gré du désir des musiciens dans cette partie de jeu d'échec imaginaire, rééditant l'exploit de l'ambitieuse pièce "Midnight Mushrumps", tout en la démultipliant et la rendant encore plus captivante. Seuls éléments électriques du décor, basse et batterie s'allient pour la première fois dans des sections rythmiques rock dignes de ce nom et rivalisent sans peine avec les groupes précités dont ils suivent la trace. La très grande idée de l'album est d'avoir laissé la musique s'exprimer seule, laissant temporairement le chant de côté, ce qui lui permet d'adopter un profil atypique et intemporel, plutôt que vieux jeu, comme c'eut été le cas si l'un ou l'autre membre du groupe s'était essayé à quelques vocalises. "Red Queen to Gryphon Three" demeure, encore aujourd'hui, l'archétype de la réussite du croisement entre musique rock et médiévale.

note       Publiée le jeudi 14 novembre 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Red queen to gryphon three".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Red queen to gryphon three".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Red queen to gryphon three".

nohuman › vendredi 3 juin 2011 - 19:21  message privé !

"Opening Move" est superbe, mais j'ai vraiment du mal avec le reste. Dommage, le concept est vraiment sympa.

Note donnée au disque :       
samno › mercredi 19 novembre 2008 - 23:13  message privé !

Voilà un des plus beaux disques de progressive ! Gryphon se moque des étiquettes et "red queen.." se réécoutera avec plaisir encore dans un siècle...

Alucardsotn › mercredi 10 janvier 2007 - 21:04  message privé !
En un mot... MAGNIFIQUE
Note donnée au disque :       
nicliot › lundi 18 décembre 2006 - 22:25  message privé !
La rencontre (impeccable) entre musique ménestrelle et folk. De très bonnes choses. Un disque qui vaut le détour...
Note donnée au disque :