Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBob Vylan › The price of life

Bob Vylan › The price of life

détail des votes

Membre Note Date
Klozer      vendredi 16 septembre 2022 - 16:17
Shelleyan      vendredi 16 septembre 2022 - 14:12

cd • 14 titres

  • 1Walter speaks
  • 2Wicked and bad
  • 3Big man
  • 4Take that
  • 5Health is wealth
  • 6He sold guns
  • 7Must be more
  • 8Pretty songs
  • 9Turn off the radio
  • 10GDP
  • 11Bait the bear
  • 12Phone tap (Alexa)
  • 13Drug war
  • 14Whatchugonnado

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter.

line up

Bob Vylan (chant, musique), Bobb13 (percussions, batterie)

remarques

https://bobvylan.bandcamp.com/music

chronique

Le prix de la vie, oui, tiens, à quelle aune se mesure-t-il ? Intéressante notion, pas vrai ? Plutôt surprenante quand on voit à quel minimum vital le politique estime la vie d’un citoyen d’un pays occidental… Tout aussi surprenante à la lecture des chiffres d’affaire en hausse de grosses structures alors que ce même milieu de cesse de braire que nous sommes en ‘crise’… Se servir du pessimisme et de l’alarmisme pour justifier ponctions, augmentations, diminutions de prestations déjà squelettiques… Les furieux de Bob Vylan sont de retour pour nous éclairer sur le sujet. ‘Les crises économiques peuvent toujours êtres mesurées en termes d’indices statistiques. Mais plus important, les gens, dans leurs vies quotidiennes, savent ce que ça veut dire que de vivre dans un état de crise économique’, ce sont là les paroles d’un certain Walter Rodney militant guyanais assassiné en 1980 qui ouvrent le disque, on devine que la leçon ne va pas être jouasse. Le duo va surtout nous démontrer à quel point il excelle à multiplier les genres, à renouveler sa formule sans diluer d’une goutte sa contestation. Elargissant son mélange de grime et de hardcore, Bob Vlyan vont y adjoindre une pointe d’électronique (‘Wicked and bad’), y compris dans les beats (‘Take that’), de musique jamaïcaine (‘Health is wealth’) et même d’acoustique pour l’intro de ‘He sold guns’ et ‘Pretty songs’ qui vont ensuite éclater en électricité agressive. Au delà des décibels dans ta gueule, ce sont aussi le flow de Bobby Vylan et ses punchlines qui vont te marteler la cervelle. Non content d’écrire des trucs intelligents bourrés d’ironie acide et de vérités pas belles à entendre, l’homme confirme sa capacité à aligner les rimes avec une énergie mortelle. Le duo fustige le racisme, les inégalités sociales mais élargit le propos en comptant les ravages de la malbouffe (‘Health is wealth’), la censure, le pouvoir politique mais aussi médiatique, pharmaceutique… Avec ‘Bob Vylan presents the price of life’ et sa pochette ironique comme si l’espoir de l’existence se limitait à un ticket chanceux, nos Anglais démontrent par A + B que leur succès (entièrement indépendant) ne doit rien au hasard. Talent et travail. Comment fusionner punk hardcore et hip hop, tout en élargissant encore la formule pour rester passionnant de bout en bout ? Cet album nous l’explique aussi. Plus complet, varié, et tout aussi incisif que son prédécesseur, il pourrait de plus commettre l’exploit de rassembler à l’ombre de ses riffs et son verbe meurtriers des sous-culture pas forcément destinées à cohabiter… La qualité de la vie, c’est peut-être ça aussi, au delà du prix…

note       Publiée le vendredi 16 septembre 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The price of life" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The price of life".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The price of life".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The price of life".