Vous êtes ici › Les groupes / artistesBLô Borges › Lô Borges

Lô Borges › Lô Borges

  • 1972 • Odéon SMOFB 3742 • 1 LP 33 tours

lp 33 tours • 15 titres • 31:23 min

  • Face A
  • 1Você Fica Melhor Assim2:05 [composé avec Tavinho Moura]
  • 2Canção Postal2:12 [composé avec Ronaldo Bastos]
  • 3O Caçador1:59
  • 4Homem Da Rua1:58
  • 5Não Foi Nada1:47
  • 6Pensa Você1:26
  • 7Fio Da Navalha2:20
  • 8Pra Onde Vai Você?0:37
  • Face B
  • 9Calibre1:27
  • 10Faça Seu Jogo1:43
  • 11Não Se Apague Esta Noite2:34
  • 12Aos Barões2:33
  • 13Como O Machado1:46
  • 14Eu Sou Como Você É3:02
  • 15Toda Essa Água2:50

enregistrement

Enregistré en 1972 - Directeur de production : Milton Miranda - Directeur musical : Lindolpho Gaya - Assistants de production : Milton Nascimento et Márcio Borges - Directeur technique : Z. J. Merky - Ingés-son : Nivaldo et Toninho

line up

Lô Borges (chant lead, guitare, violão, piano), Beto Guedes (choeurs, guitare, guitare électrique, mandoline, orgue, percussions, piano électrique, batterie, alto), Toninho Horta (guitare électrique, choeurs, guitare, orgue, piano, clavecin, percussions), Sirlan Antônio de Jesus (batterie, voix, violão, guitare), Flávio Venturini (voix, clavecin, piano électrique), Vermelho (piano, choeurs), Tenório Jr. (piano, percussions, orgue), Nelson Angelo (violão, guitare), Novelli (violão, guitare électrique, piano), Danilo Caymmi (flûte), Rubinho Moreira (batterie, percussions), Robertinho Silva (batterie), Dori Caymmi (orquestration, arrangements)

remarques

A l'instar de très nombreux albums brésiliens, "Lô Borges" n'a pas de titre officiel. Il a par contre un titre officieux qui ne correspond à aucun morceau de sa tracklist : "l'album aux tennis", en référence à sa pochette.

chronique

L'année de sortie du divin LP collectif Clube da Esquina, Lô Borges (à n'en pas douter le deuxième père de ce chef d'oeuvre après le plus connu Milton Nascimento) sort ce court LP, en apparence plus modeste. Et comment penser autrement après avoir écouté son premier morceau, le rock plutôt convenu de « Você fica bem melhor assim » ? Il s'agit pourtant de l'appendice le plus crédible à Clube da Esquina, un disque que j'aime voir comme ses officieuses faces E et F. J'irais même plus loin, en faisant de Lô Borges le réel gardien du temple des exhalations nostalgiques de Clube da Esquina, Milton Nascimento allant rapidement s'affirmer comme un musicien plus jazz et versatile.
« L'album aux tennis », comme ses fans l'appellent, est un projet solo, ou plutôt familial, composé et écrit exclusivement par Lô et son frère Marcio, figure de l'ombre du collectif. Il s'agissait initialement d'un travail de commande, rapide et spontané, dont les morceaux étaient parfois écrits le jour et enregistrés la nuit-même, avec l'aide de musiciens du collectif. C'est dire si Lô Borges marchait sur l'eau en 1972 : si ce disque est constitué de courtes compositions, il se montre faussement simple, en réalité presque progressif, et d'une variété incroyable, le musicien réussissant ici tout ce qu'il entreprend. Bien sûr, il s'agit souvent de pop rock céleste, parfois poignant, évoquant les mêmes mânes pastorales et nostalgiques que Clube da Esquina : Pensa você rappelle l’éphémère et élégiaque Estrelas ; Canção postal, Calibre et Homem da Rua portent la même saveur douce-amère et angoissée que Paisagem na Janela, qui était d'ailleurs chantée par Lô ; et Como o Machado est composé du même mélange de classe et de pudeur devant le malheur, qui rattachent les deux oeuvres à la façon brésilienne traditionnelle d'exprimer sa mélancolie. Mais les frères Borges montrent également ici une sensibilité jazz loin du cliché leur collant à la peau (qui voudrait qu'ils soient de simples idolâtres des Beatles), de Não foi nada à Não se apague esta noite. Et quid de Faça seu jogo, sa structure imprévisible et jouissive et ses cordes sublimes ?

Mettons les choses au clair avant de poursuivre une trop facile énumération des quinze morceaux : « l'album des tennis » est un disque indispensable, d'une classe comparable aux plus grands monuments pop anglais et américains de ces années-là. Il est bien plus ambitieux que sa courte durée pourrait laisser penser, et ciselé dans ses moindres détails, ce qui en fait un grower absolu, ses chansons ne cessent de prendre de la profondeur à mesure que les écoutes s'accumulent. Quinze fractales de pop rock progressif, vignettes plus vastes que leur durée, évidemment incontournables pour les drogués de Clube da Esquina incapables de trouver un produit de substitution acceptable, mais qui mériteraient d'être connues par tout amateur de pop à la fois joyeuse et triste, légère et déchirante.

note       Publiée le samedi 25 juillet 2020

Dans le même esprit, Copacab vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Lô Borges".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lô Borges".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lô Borges".

dariev stands › mercredi 24 novembre 2021 - 14:16 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

"Eu Sou Como Você É" une bonne chanson à avoir dans la tête au réveil

Note donnée au disque :       
Copacab › mercredi 29 juillet 2020 - 13:59 Envoyez un message privé àCopacab

Merci pour votre accueil ! Je me dois d'assumer mon objectivité sur ce disque... Je ne vois pas de problème avec la durée des morceaux, j'aime le côté kaléidoscopique du résultat, mais je comprends tout à fait la frustration qui peut en découler. Je vais corriger cette coquille sur la tracklist Procrastin

Note donnée au disque :       
Tallis › lundi 27 juillet 2020 - 20:52 Envoyez un message privé àTallis

Tout pareil, pour le coup : la durée trop courte des morceaux empêche réellement l'immersion dans cet album. Dommage... mais découverte intéressante tout de même. Et bienvenue itou !

Procrastin › lundi 27 juillet 2020 - 02:51 Envoyez un message privé àProcrastin

Chronique tout à fait alléchante! Ce que j'y découvre donc est tout à fait charmant ; par contre c'est terrible de ne jamais laisser le temps à l'ambiance d'un morceau de s'épanouir... Je me retrouve coupé en plein envol à chaque morceau qui m'embarque, alors que ya tout ce qui faut pour perdre pied (Canção Postal, Não Foi Nada...). C'est comme si ils avaient eu de quoi faire 3 albums excellents et qu'ils avaient décider de tout concentrer sur un seul en jouant de la machette... Hyper frustrant, c'est encore plus exacerbé ici que sur le Clube da Esquina. Screugneugneu mis à part, il me semble que tu as oublié un morceau dans la tracklist (Aos Barões).

Merci pour cette découverte et vivement la suite! (Et puis bienvenue!)

Note donnée au disque :       
Scissor Man › dimanche 26 juillet 2020 - 09:28 Envoyez un message privé àScissor Man

Bien loin de tenir toutes ses promesses, un album certes hétéroclite qui contient quelques pépites rock psyché (Fio Da Navalha) noyées par des chansons “do brasil” qui lorgnent un peu vers le prog et tombent dans les mêmes travers que le prog italien, un kitch assumé, gentiment suranné et trop dégoulinant à mon goût.

Note donnée au disque :