Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAborted › The Purity Of Perversion

Aborted › The Purity Of Perversion

cd 1 • 9 titres • 31:27 min

  • 1Intro00:57
  • 2Act of Supremacy02:43
  • 3The Lament Configuration04:49
  • 4The Sanctification of Fornication03:22
  • 5Organic Puzzle03:19
  • 6Necro-Eroticism03:58
  • 7Highway 1-3503:54
  • 8Gurgling Rotten Feces03:43
  • 9Wrenched Carnal Ornaments04:42

enregistrement

Enregistré, mixé et masterisé en février 1999 au CCR Studios à Zulte, Belgique.

line up

Sven (Chant), Koen (Basse), Niek (Guitares), Christophe (Guitares), Frank (Batterie)

Musiciens additionnels : Henne (Chant sur "The sanctification of Fornication" et "Organic Puzzle"), Kurt Monie (Chant sur "Wrenched Carnal Ornaments")

remarques

L'édition vinyl existe en noir et en orange.

chronique

Styles
death metal
Styles personnels
death/grind

Ca date un peu, et on aurait plein de raisons de l'oublier, mais à ses débuts, Aborted était un groupe (les temps changent) de brutal death metal (ça nous rajeunit pas) des plus prometteurs (comme quoi...) au sein de l'underground européen (si si je vous jure), à tel point qu'après une unique démo, le quintet belge s'est bien vite retrouvé à enregistrer ce premier album, paru dans un premier temps de manière confidentielle sur le label du batteur d'Agathocles à l'époque, Uxicon records. Et ce premier Aborted, malgré sa pochette affreuse, c'est déjà la bonne grosse baffe, un déferlement maitrisé de brutal death gore, absolument pas fin mais d'une brutalité extrême (cf. le tubesque "The Sanctification of Fornication") parfois à la limite du grind par son intensité et son feeling cauchemardesque qui nous renvoie pas mal du coté de la scène new-yorkaise. En effet, et c'est d'ailleurs le seul reproche que je pourrais adresser aux deux premier albums des flamands, Aborted puise parfois dans des recettes bien éprouvées pour faire monter la tension. Les samples dégueu sont évidemment de la partie ("i want these people to know the meaning of horror... horror !"), sans surdose, et surtout, on retrouve parfois des petits breaks destructeurs comme peut si bien les faire Suffocation; ou les harmoniques crispées qu'affectionne tant Deranged. Sorti de ces points pas si gênants si on considère que ce sont un peu des archétypes pour le genre, il faut bien admettre qu'Aborted a pondu ici un sacré pavé de violence, et une introduction idéale à son univers pervers; où les déviances les plus sordides croisent des passions obsessionnelles pour des activités aussi diverses que les travaux pratiques de biologie sur sujet vivant ou... l’équarrissage artisanal, probablement avec une petite tension sexuelle (et des zombies). A ce niveau, je note la prestation vocale extra-hallucinée de Sven de Caluwé, seul membre permanent du groupe à présent, et déjà déconcertant dans sa manière d'éructer aussi bien des grunts irréels que des hurlements sadiques, pendant que derrière, ça riffe, ça mosh-part, et ça blaste sans temps mort... Je garde pour ma part une vraie préférence pour cette période d'Aborted, foncièrement brutale, mais surtout avec une cohérence... et une cohésion qui leur fera défaut plus tard dans leur carrière. Un premier effort très recommandable donc, en attendant le chef-d’œuvre qui suivra.

note       Publiée le lundi 11 mai 2020

Dans le même esprit, yog sothoth vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Purity Of Perversion".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Purity Of Perversion".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Purity Of Perversion".

yog sothoth › mardi 12 mai 2020 - 11:30  message privé !
avatar

Ah oui, ce n'est pas du meilleur gout ! C'est amusant de constater que pour la suite, en passant sur des labels plus gros, ils ont laissé tomber les artworks "dégueu / low-cost".

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › lundi 11 mai 2020 - 23:31  message privé !
avatar

J'ai toujours adoré la voix et le son de guitare chez Aborted. Mais putain cet artwork, sous le CD...