Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCynic › Focus

Cynic › Focus

8 titres - 36:09 min

  • 1/ Veil of Maya (5:23)
  • 2/ Celestial Voyage (3:40)
  • 3/ The Eagle Nature (3:30)
  • 4/ Sentiment (4:23)
  • 5/ I'm but a Wave to... (5:30)
  • 6/ Uroboric Forms (3:32)
  • 7/ Textures (4:42)
  • 8/ How Could I (5:29)

enregistrement

Morrisound Recording, Tampa, Floride, USA, 1993

line up

Paul Masvidal (chant, guitare, guitare-synthétiseur), Sean Reinert (batterie, batterie électronique, synthétiseur), Jason Gobel (guitare, guitare synthétiseur), Sean Malone (basse, Chapman stick), Steve Gruden (chant), Sonya Otey (choeurs), Tony Teegarden (chant)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
progressif
Styles personnels
death metal > metal prog

Il y a des albums, comme ça, qui ont une réputation monstre. Ou qui l'acquièrent a posteriori quand l'une ou l'autre oreille distraite se rend compte qu'elle est passée à côté d'un truc fameux que de nombreux groupes ont vampirisé pour asseoir les canons d'un genre nouveau dont ils incarnent, au final, les usurpateurs. Tel est le cas de Cynic, et de son unique album, le redoutable "Focus" qu'on ne présente plus. Je dois bien avouer, à ma décharge, que je ne suis pas un adepte des musiques dites death ou black metal, et si Cynic a éveillé ma curiosité, c'est parce qu'il fût le précursseur d'une fusion jusqu'ici pas encore envisagée : intégrer des éléments de progressif (les constructions complexes surtout) et de jazz (sa technicité en étant malheureusement le seul aspect exploité). Nul doute qu'à sa sortie, "Focus" devait étonner : outre ses digressions dans les genres précités (le bassiste Sean Malone se révélant être l'artisan principal de cette tendance), il y a aussi le chant, doublé et transformé en espèce de cyber langage (repris à son compte plus tard par Fear Factory) et l'utilisation intensive et intelligente des claviers, une première, qui, on le sait, aujourd'hui a été adopté par un nombre incalculable de formations qui, elles, sont dépourvues de l'écoute nécessaire permettant une mise en pratique aussi décente que mesurée de l'instrument. Paradoxalement, des titres comme "Veil of Maya " ou "I'm but a Wave to..." qui sont ceux qui opèrent le plus ouvertement cette hybridation de sons me semblent un peu datés. Si les membres de Cynic ont le grand mérite d'avoir essayé quelque chose d'unique, je ne peux pas m'avancer pour affirmer mordicus que ce croisement contre nature est une réussite totale. Finalement, "Uroboric Forms" et sa rythmique implaccable, de loin le plus pêchu des titres de l'album, ou "Textures", carrément jazz fusion, s'en sortent bien mieux en séparant les genres, et en les juxtaposant, plutôt qu'en les liant au sein d'un même titre. "How Could I", qui clôt le disque, se veut comme un condensé du voyage entrepris et revient donc à la formule précitée. C'est peut-être conscient de ne pas avoir encore trouvé la formule adéquate que le groupe va mettre un terme à sa jeune carrière, Reinert et Malone poursuivant l'expérience avec le bien plus satisfaisant - mais ça n'engage que moi - et tout aussi éphémère Aghora.

note       Publiée le dimanche 11 août 2002

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Focus".

notes

Note moyenne        44 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Focus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Focus".

Azzathor666 › mardi 21 septembre 2010 - 00:34  message privé !

Chef d'œuvre, l'album que j'écoute depuis 94 et qui me fait toujours le même effet. Les compos sont tout simplement des merveille de créativité, le sont des guitars, la basse qui tue et sean reinert qui démontre pourquoi ils est un des top drummers. Si j,aurait un seul CD à posséder, ce serait cette album. Le son était pas si pourri pour l'époque, faut dire que j'avais l'album en cassette donc deja le son est pas trop au top. 7/6

torquemada › samedi 5 juillet 2008 - 11:30  message privé !
A Paris, ce mois-ci.
Note donnée au disque :       
Schtroumpf Grognon › samedi 1 septembre 2007 - 18:37  message privé !
J'ai la version remaster de 2004, et le son y est exceptionnel. C'est simple, on entend tous les détails. Pour le disque lui-même, rien à dire qui n'est déjà été dit. Il marche en dépit de ses transitions quelquefois abruptes entre passages clairs et éclairs saturés. Quand on est dans l'humeur, c'est un vrai régal.
Note donnée au disque :       
gab › samedi 21 juillet 2007 - 21:02  message privé !
'tain, trop old skool le cédé!!! ahah
Atice › jeudi 19 juillet 2007 - 00:00  message privé !
Classssssique. Seul bemol, la prod sans relief, un peu honteux car on a du mal à distinguer les parties instrumental , le son fait un peu brouillon voir demo, c est dommage vu le style du groupe. Mais ca reste un chef d oeuvre de composition.
Note donnée au disque :