Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBraconidae › Magnetic reel

Braconidae › Magnetic reel

cd | 4 titres

  • 1 Braconidae - Atanycolus Cappaerti
  • 2 Deathwatch Beetle - Xestobium Rufovillosum
  • 3 Bullet Ant
  • 4 Scrapes

line up

Emiliana Voltarel (voix, musique)

Musiciens additionnels : Dario Neri 'SKR Project' (musique), Maurizio Pustianaz 'Gerstein' (voix, musique), Marco Milanesio 'DsorDNE' (musique)

remarques

Swiss Dark Nights Exp est une sous-division du label Swiss Dark Nights. La sortie K7 s'est effectuée en collaboration avec le label Luce Sia. https://swissdarknightsexp.bandcamp.com/album/magnetic-reel

chronique

La Suisse ne compte qu’un seul canton de langue italienne, le Tessin, et c’est là pourtant que se situent les deux labels helvétiques les plus intéressants pour les amateurs de musique sombre. Etait-il logique qu’ils finissent par collaborer ? C’est en tout cas chose faite avec la sortie de ce premier EP de Emiliana Voltarel, clavier de Yabanci et Bazalt (sortis chez Swiss Dark Nights), qui s’aventure en des contrées plus expérimentales, d’où l’intervention de Luce Sia pour l’édition K7 et Swiss Dark Nights Exp pour celle en cd. ‘I’m braconidae’, un insecte entomophage, prédateur qui se développe aux détriments d’autres…Symbolisme un peu morbide qui n’a rien à voir avec le fait qu’Emiliana s’est entourée de grands noms de la scène industrielle underground transalpine tels que Gerstein, DsorDNE ou SKR Project, pour collaborer et non pour les dévorer. ‘I'm braconidae’, phrase obsessionnelle, revendiquant, la première pièce est entièrement de sa plume, l'artiste affirme sa place; sa voix légèrement en retrait dont on ne sait encore si elle est une menace ou une alliée, des séquences en boucles, des petits bruits pour tisser la trame…Une B.O. parfaite pour symboliser les derniers instants d’une proie hypnotisée qui voit arriver sur elle le prédateur, à moins qu’on ne le ressente comme un kaléidoscope d’idées qui se bouscule après une prise de drogue. Très prometteur, ce que confirme la suite. La collaboration avec Gerstein se profile dans des sonorités plus sèches, plus froides, avec une propension dark ambient très efficace; on navigue dans les parages des pièces les plus expérimentales de Kirlian Camera et le travail sur les vocaux masculins désincarnés en arrière-fond paraissant trembler comme des bruissements d’insectes donne le frisson. Avec DsorDNE, l’ambiance se fait rampante, toujours dans une veine dark ambient version expérimentale. Cette musique a pour qualité principale de poser une atmosphère de base qui capte l’attention de manière hypnotique, permettant ensuite à l’auditeur de se concentrer sur la foule de petites trouvailles sonores, un crissement par-ci, une fugace montée percussive par-là, une note de synthé spéciale, un effet. Avec ‘Scrapes’ en guise de conclusion, on rejoint la dernière marche du sous-terrain, avec cette impression d’évoluer dans une grotte qui répercute le moindre son, le plus petit soupir. Angoissant ? Pas forcément. La musique de Braconidae n’est pas agressive; pas complètement apaisante pour autant, réflexive plutôt mais avec une propension à laisser les idées se diluer et s’unir au cosmos plutôt que de s’entre-dévorer. L’album vient de sortir, c’est dire si je l’attends avec impatience car ce mini n’était qu’un antipasto. 4,5/6

note       Publiée le dimanche 29 juillet 2018

partagez 'Magnetic reel' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Magnetic reel"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Magnetic reel".

ajoutez une note sur : "Magnetic reel"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Magnetic reel".

ajoutez un commentaire sur : "Magnetic reel"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Magnetic reel".