Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCJulian Cope › Fried

Julian Cope › Fried

cd | 10 titres

  • 1 Reynard the Fox
  • 2 Bill Drummond said
  • 3 Laughing boy
  • 4 Me singing
  • 5 Sunspots
  • 6 The bloody assizes
  • 7 Search party
  • 8 O king of chaos
  • 9 Holy love
  • 10 Torpedo

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Julian Cope (chant, guitares, basse, orgue, piano)

Musiciens additionnels : Donald Ross Skinner (guitares), Steven Lovell (guitares), Brother Johnno (guitare), Chris Whitten (batterie), Kate St John (cor anglais)

chronique

Grillé ? Cramé ? Pas vraiment. Si le titre ainsi que les photos de pochette présentant Julian Cope en homme-tortue rampant devant son mignon petit camion le laissent à croire, artistiquement, ce second essai affiche plutôt une santé olympique (dégorgeant d’acide sans doute mais à la guerre comme à la guerre). Notre Anglais démarre très fort avec le très bon 'Reynard the Fox', assez représentatif du Julian des années 80 tel que je l’adore: des riffs tueurs, quelques claviers bien placés, une légère aura new wave rock et un chant gonflé à bloc; une espèce de zone entre deux époques, les 70’s, passion intarissable de l’artiste et les eighties d’où il a émergé musicalement. Cette impression baigne l’album mais Julian est un petit futé parsemant bien des indices prouvant à quel point il est une personnalité particulière. Ainsi ‘Laughing boy’, atmosphérique à la manière du post rock (d’après des infos glanées sur le net, notre ami aurait oublié d’écrire une ligne de basse pour le morceau), la belle balade ‘Me singing’, ‘O King Chaos’ uniquement rythmé par un piano secondé d’un orgue (coucou, Syd Barrett !), parfaite opportunité pour mettre en avant l’extraordinaire chanteur que Mr Cope peut être…Sans oublier un ‘Torpedo’ final interprété à l’orgue uniquement. Quelques titres plus rythmés sont également présents, ainsi le bon ‘The bloody assizes’, ‘Holy love’ marquée du sceau d’une new wave exigeante telle que la pratiquait XTC à la même époque. Ce mélange de fougue et d’atmosphères planantes, volontiers mélancoliques, recèle aussi les petites touches spéciales dont je suis friand, ainsi le cor anglais de Kate St John qu’on retrouvera sur l’album suivant.’Fried’ a cette capacité de se présenter comme facile d’accès sans l’être réellement (de ce point de vue ‘St Julian’ se dévoilera plus tubesque avec les mêmes ingrédients), un opus qui capte d’emblée mais vers lequel on reviendra à plusieurs reprises pour comprendre pourquoi. Une chose est certaine d’emblée, Julian Cope est un chanteur impressionnant avec un timbre identifiable d’emblée et peut-être le seul héritier spirituel sérieux de Syd Barrett mais à sa manière…

note       Publiée le lundi 2 avril 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Fried' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fried"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fried".

ajoutez une note sur : "Fried"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fried".

ajoutez un commentaire sur : "Fried"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fried".