Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMoss › Sinister History, Volume One: Chapter 1

Moss › Sinister History, Volume One: Chapter 1

vinyl 33t • 3 titres • 42:23 min

  • 1Of Flesh and Blood09:51
  • 2Aldebaran09:58
  • 3Beneathbelow22:34

enregistrement

Piste 1 : enregistré les 19 et 20 aout 2003 à St Denys Halls et au Shed Studio. Mixé par Olly Pearson. Piste 2 : enregistré en janvier 2002 au Shed Stduio. Piste 3 : enregistré en août 2004 au St Denys Halls et au Shed Studio. Mixé par Dom Finbow et Olly Pearson. Toutes les pistes ont été remasterisées par Jack Control à l'Enormous Door Mastering, 2015.

line up

Andy Semmens (batterie sur "Beneathbelow"), Dom Finbow (guitare, électronique), Olly Pearson (voix, électronique), Chris Chantler (batterie).

remarques

chronique

Sur cette compilation de deux splits avec Nadja et Torture Wheel, datant de 2003-2004, Moss joue trois morceaux. Sur le premier morceau, Moss joue deux accords, très très saturés, ça grésille, ça pétille, c’est comme une dague ou une hache, et entre ce ré et ce do, Moss, enfin son chanteur, va s’égosiller de manière diverse et variée. Ah ah ! Vous en vouliez du monolithe, ben voilà. Le deuxième morceau arrivera doucement à trois accords, sur fond de bruit qui tourne, genre comme une espèce d’onde radio en boucle un peu comme chez Merzbow, mais en moins bruyant... Cet « Aldebaran » chevalier d’or du taureau occulte sera donc plus noise et je me pince pour me dire que je voulais écouter du doom, mais finalement c’est une bonne surprise, car ça passe bien mais jusqu’à une certaine limite n’est-ce pas car en déflorant une citation de Desproges je peux affirmer à l’écoute de cette compilation que définitivement « on peut écouter de tout, mais pas forcément avec tout le monde ». C’est pas de la musique facile ce qu’il y a sur ce disque... le son est très très saturé comme j’ai dit, plein de larsens, de parasites, la répétitivité on lui a construit un autel, une cathédrale, une basilique, voire même une crypte… sur la face B, pas de surprise, quatre accords mineurs qui font grésiller les enceintes, le son est toujours bien cracra, ça doit être leur marque de fabrique, et c’est parti pour un morceau d'une longueur standard pour le genre. Vous y retrouverez plus de batterie jouée comme un tambour de guerre, et ce "Beneathbelow" sera finalement un peu plus proche de ce qu’on a l’habitude d’écouter quand on se lève le matin, enfin le midi, et qu’on se dit « nique tout, je m’écoute du doom » (enfin, du Burning Witch), ça s’égosille, ça joue lentement, les volutes de soufre se développent dans le bunker abandonné derrière la déchetterie, comme de la fumée jaune qui arrive aux chevilles, j’imagine maintenant m’acheter une ampoule rouge, de la lumière noire, une machine pour faire de la vapeur, une robe longue à la halle aux vêtements (faut que je me grouille avant qu’ils ferment), une ceinture de Goldorak. C’est bien ça que j’apprécie au fond dans ce groupe, sur ce joli objet encore une fois bien réédité par Fuck Yoga, le label que vous aimerez : tout ce qu’il y a de tordu et kitsch, de cochon et de cendre, tout ce qu’il y a de violet et que vous appréciez dans le genre vous le retrouverez ici sous sauce extrême, que ce soit dans le traitement du son, le jusqu’au boutisme vraiment bourrin de ces anglais, l’obsession pour la mort et l’occulte avec bougie sur le crâne trouvé dans un cimetière abandonnée au bout de la route « du pendu » un soir de lune rousse. Pour résumer, cet album est bon, aussi évocateur que la tronche de Marcolin sur un album de Memento Mori, très « noise », et aussi attachant qu’un insecte à trop de pattes qu’on laisse un peu vivre parce qu’il mange les mouches, mais qu’on finit par écraser tellement il nous fait peur, parce qu’un truc comme ça, si vous l’écoutez en boucle ou pire, si vous êtes un peu fatigué vous donnera l’impression de purger des choses jusqu’au moment où il deviendra un peu trop envahissant. Magie Noire ! Sur la note j'hésite... 4 ou 5 ?

note       Publiée le jeudi 14 janvier 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sinister History, Volume One: Chapter 1".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sinister History, Volume One: Chapter 1".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sinister History, Volume One: Chapter 1".