Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistes3300 basses › Sei Ritornelli

300 basses › Sei Ritornelli

cd | 6 titres

  • 1 Fuoco Fatuo
  • 2 Abbandonato
  • 3 Gira Bile
  • 4 Mala Carne
  • 5 Maledetto
  • 6 Fantasma

line up

Alfredo Costa Monteiro (accordéon, objets), Jonas Kocher (accordéon) et Luca Venitucci (accordéon, objets)

chronique

Styles
ambient
contemporain
noise
Styles personnels
accordéon des tréfonds 

Que pourrais-je bien vous dire d'intéressant sur ce disque qui occulterait la note en bas de ce paragraphe, là, et le petit sous-titre qui a certainement piqué votre curiosité, le « accordéon des tréfonds » ? L'accordéon, cet instrument si cher à notre patrimoine, la carte de visite avec le béret, le pinard et la baguette. Les compos du groupe 300 basses (mais pourquoi trois cent basses ? edit : rapport au clavier de la main gauche) ne pourrait pas s'éloigner plus de toute idée de tradition. Jamais je n'ai entendu un trio d'accordéon aussi... austère. Longs drone de chambre, souffleries obstruées comme une lame dans une gorge, objets crissants et criards, on jurerait parfois entendre les couinements lointains d'un saxophone (ceux de Stéphane Rives, par exemple, ou d'Ankersmit), ou d'un archet maltraitant des canettes de soda (?). Sans qu'on ne puisse tout à fait identifier l'origine de tout ces sons, il est hallucinant de voir dans les notes du livret (enfin, du digipack) que tout est « maison », entendre « analogique », tout provient de l'acoustique, pas d'embrouille. Car le sel de ce genre d'exercice – j'en ai déjà parlé longuement, de la frontière ténue dans la musique concrète / improvisée entre le génie et la supercherie – tiens dans la volonté de proposer quelque chose de « palpable », que ce soit de l'ordre de l'architecture ou du cauchemar éveillé. « Sei Ritornelli » se situe très clairement dans la seconde, avec des outils assez classique qui ne ratent jamais : les crissements de films d'horreur en slow motion, le sombre écho des souffles qui se répercutent sur les murs de la geôle, celle de la peinture qui caille, des traces d'humidité et des briques apparentes ; les fréquences suraiguës de l’hôpital et de la fin de vie ; les notes continues en chœurs polyphonique qui n'annoncent rien de bon. C'est absolument imparable. Au final, le manque d'information sur le pourquoi du comment de la création de cet album, qui cache peut-être une supercherie de plus, d'ailleurs, et bien au final on s'en fout, parce que « 300 basses » fait tout le taff qui justifie sa présence sur le site, à savoir un putain de disque étrangement malsain, oppressant et effrayant, et réalisé avec trois putains d'accordéons ! Je ne sais même pas si c'était le but, mais on croise pêle mêle les fantômes de David Lynch, de Stauckhausen ou de Zeitkratzer dont Luca Venitucci est par ailleurs un transfuge – Venitucci, collaborateur de pas moins que Otomo Yoshihide ou John Butcher, et transcripteur d'une version « orchestrale » du Metal Machine Music de qui vous savez... Un habitué des sueurs nocturnes, en gros. Ça vous situe donc assez facilement à quoi on a affaire ici : violence accordéon, noise diatonique, anche diabolique, branle-poumons de l'enfer, boite à bruit à frisson, langueur grinçante, archet sur le corps de l’accordéon = asthme sur tableau noir. Terrifiant. Il va falloir creuser la discographique de monsieur Jonas Kocher maintenant, qui semble savoir s'entourer...

note       Publiée le dimanche 12 juillet 2015

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

partagez 'Sei Ritornelli' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Sei Ritornelli"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Sei Ritornelli".

ajoutez une note sur : "Sei Ritornelli"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sei Ritornelli".

ajoutez un commentaire sur : "Sei Ritornelli"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sei Ritornelli".

merci pour le fusil... › dimanche 12 juillet 2015 - 21:46  message privé !

Chopé y'a 3 ans avec le Zero + Zero chroniqué ici bas, une belle oeuvre effectivement.

Sigur_Langföl › dimanche 12 juillet 2015 - 17:51  message privé !

Ouuuuh... Fait carrément envie çui-là.