Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSKarlheinz Stockhausen (1928-2007) › Helikopter-Quartett

Karlheinz Stockhausen (1928-2007) › Helikopter-Quartett

cd | 4 titres | 31:48 min

  • 1 Ignition of the turbines - Entry of the instruments - 1st Formula-cycle [9:54]
  • 2 2nd Formula-cycle [9:17]
  • 3 3rd Formula-cycle [7:37]
  • 4 Descent - Silence at the end [5:03]

enregistrement

Schulzentrum Kürten, Allemagne, les 7 et 8 décembre 1996.

line up

Quatuor Arditti : Irvine Arditti, Graeme Jennings (violons), Garth Knox (alto), Rohan de Saram (violoncelle).

chronique

Voici de la VRAIE musique expérimentale. Et avec un protocole aussi coûteux en temps de mise en place et en moyens humains et financiers, seule une "star" comme Stockhausen en fin de carrière pouvait se permettre pareil délire. (Cela lui prit tout de même beaucoup de temps et d'énergie.) À l'époque de sa sortie, ce disque partagea d'ailleurs les critiques, certains louant la faim d'expériences jamais rassasiée de l'Allemand, d'autres raillant un grand n'importe quoi. De quoi s'agit-il ? Prenez un prestigieux quatuor à cordes, le quatuor Arditti, mondialement reconnu comme le plus grand défenseur de la musique de chambre composée dans la seconde moitié du vingtième siècle ; mettez chaque membre de ce quatuor dans un hélicoptère. Outre quatre pilotes d'hélicoptère, il vous faudra aussi quatre ingénieurs du son qui gèreront la balance et la synchronisation en temps réel pendant la demi-heure d'exécution. Dans la cabine de chaque hélicoptère, les quatre musiciens avec leur instrument (amplifié pour l'occasion) auront également un micro pour le "chant", un casque pour avoir le retour des trois compères et le son du rotor, un clic lumineux, et une partition très étrange, qui fait correspondre le pitch des trémolos constants qu'ils vont interpréter en martyrisant leur instrument avec le pitch du rotor de l'hélicoptère dans lequel ils sont chacun embarqués. Imaginez donc les quatre hélicoptères au décollage : un simple vrombissement d'abord, puis les rotors s'ébranlent lentement, et les moteurs rythmiques se mettent en place, qui seront suivis par chaque musicien pour l'engin respectif dans lequel il a pris place. Des frissons nous parcourent déjà l'échine durant la longue montée introductive de plus de cinq minutes. Puis tout s'accélère dans une sorte de furia enivrante et jouissive, valse aérienne bourdonnante des quatre appareils et instruments, corsée par les cris des interprètes en délire qui comptent bruyamment les mesures en Allemand. Au dernier tiers, quelques notes tenues interrompent les trémolos et semblent faire émerger un "événement" phénoménal. Enfin, les cinq dernières minutes sont consacrées à la descente des quatre engins et à un progressif retour au calme, donnant finalement un vraie forme à cette oeuvre : une arche musicale. Notez que le tout fut réellement exécuté et entendu en live dans les conditions que j'ai décrites ! (Même si la version discographique a dû être remaniée en studio.) Je ne sais pas si cette pièce survivra longtemps à son compositeur, surtout avec de pareilles conditions d'exécution qui lui rendent une vie très difficile hors de l'écoute sur disque, mais il est tout simplement impossible de bouder son plaisir à pareille fête bruitiste et rythmique. Il est en outre amusant de constater que le résultat évoque fortement, par son mouvement et son rythme, la musique répétitive de Reich et du premier John Adams, influence qu'on aurait jugée plus qu'improbable pour Stockhausen. Le pied, à défaut d'une grande oeuvre.

note       Publiée le vendredi 1 janvier 2010

Dans le même esprit, Trimalcion vous recommande...

partagez 'Helikopter-Quartett' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Helikopter-Quartett"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Helikopter-Quartett".

ajoutez une note sur : "Helikopter-Quartett"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Helikopter-Quartett".

ajoutez un commentaire sur : "Helikopter-Quartett"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Helikopter-Quartett".

zugal21 › samedi 8 juin 2013 - 07:41  message privé !

Merci youtube. Achat évité.

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › samedi 8 juin 2013 - 01:04  message privé !

Tout ça pour ça.

Note donnée au disque :       
merci pour le fusil... › mardi 17 mai 2011 - 00:14  message privé !

Le seul problème c'est la pochette. Tu t'attends à Apocalypse Now dans ton salon mais au final, non. Ici c'est l'option vol stationnaire, puis escapade au-dessus de la jungle, piqués, remontées, re-piquées, re-remontées, et ce guignol qui n'arrête pas de sauter en parachute en gueulant en allemand.

Note donnée au disque :       
kranakov › vendredi 24 décembre 2010 - 16:36  message privé !

Remarquablement puissant ! On ne se le passe pas en boucle à plein niveau mais quelle claque...

Charles Pasqua › samedi 2 janvier 2010 - 15:06  message privé !

ah mince c'est chroniqué ça, putain que c'est géant ce truc à signaler que ça fait partie de son immense opéra intitulé Lumière (Licht dans la langue de Marx) qu'il mit presque 30 ans à composer entièrement il est inséré dans la partie Mercredi chacune portant le nom d'un jour de la semaine

Note donnée au disque :