Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAlice Donut › Donut Comes Alive

Alice Donut › Donut Comes Alive

lp | 14 titres | 42:37 min

  • A
  • 1 Green Pea Soup [2:43]
  • 2 World Profit [2:52]
  • 3 Mason Reese [2:28]
  • 4 Great Big Big Big Head [2:30]
  • 5 Diet Cola Syringe [2:01]
  • 6 New Jersey Exit [2:40]
  • 7 American Lips [3:40]
  • B
  • 8 Windshield Of Love [2:43]
  • 9 Mad Dogs On A Bone [3:17]
  • 10 Joan Of Arc [3:42]
  • 11 Bedpost [1:33]
  • 12 Sunshine Superman [Donovan] [4:18]
  • 13 Love Is A Fickle Thing [3:02]
  • 14 Tipper Gore [5:08]

line up

Tomas Antona (chant), Stephen Moses (batterie, trombone), Michael Jung (guitare, claviers, vocaux), David Giffen (guitare, vocaux), Ted Houghton (basse, vocaux)

remarques

Deux bonus tracks sur l'édition CD.

chronique

Styles
cowpunk
punk
hard rock
psychédélique
rock alternatif
Styles personnels
post-hardcore glamouze

Alice Donut, encore un groupe de ouf. Oh vous pouvez toujours m'arrêter là-dessus et me dire que je radote, que je les dégaine par brouette, moi j'en ai jamais marre. Et je vais même vous dire, des groupes de ouf, y'en a jamais trop. S'il le faut, on trouvera bien à faire de la place parmi tout ce qui nous est tombé dessus depuis, pour caser tous ces autrement plus joyeux drilles, qui ont au moins le bon ton de nous rappeler que le rock, c'est avant tout une musique de déconneur. Rien que sur mon étagère, moi je dois bien pouvoir gicler quelques vieilles reliques inutiles, genre les derniers Neurosis tiens, par exemple, je cherchais justement une bonne occasion de libérer cet espace, si je gère ça discrétos sans que chris me capte je devrais pouvoir acquérir et chroniquer tous les Alice Donut tranquille sans me faire virer, c'est tendu mais si j'en fais pas un foin je pense que je peux y arriver. Bon en tout cas Alice Donut, c'est bien le rock, comme je le disais. Celui qui est fait pour nous coller un rictus jusqu'aux oreilles, pour nous donner envie d'arrêter de payer l'eau courante et prendre ses douchesà la bière tiède, de faire des rangées de cul devant une sortie d'hôpital, de porter des t-shirts David Lee Roth pour rendre visite à grand-mamie et puis de faire des arpèges sous disto dans son appart à trois heures du mat' un lundi. Et le premier Alice Donut, là-dessus, il est pas seulement rock, il est ULTRA-rock'n'roll. Déjà si vous visez un peu sa pochette et sa liste de titres, ça sent l'humour bien gras 100% 'murica des bas-fonds, Killdozer sans les vaches et en pleine campagne électorale. Vous pourrez pas repousser la curiosité bien longtemps. Si ensuite l'envie finit par vous prendre, c'est ces riffs couinants super glamouzes, et c'est surtout Tomas Antona, avec son chant plumé de clébard à la déroute, qui devraient vous chopper tout pantois devant son charisme nouvellement découvert de cousin caché de Biafra viré cowpunk (d'ailleurs tout ça c'est édité sur Alternative Tentacles, on reste en famille). Donut Comes Alive, avec sa rythmique pataude de motel à motards cinq minutes avant le démarrage, ses solos turgescents totalement ostentatoires et déliremment grandioses (The Darkness avant l'heure, j'y pense sérieusement), ses compos loufoques, et sa basse qui vient claquer des funks comme on lâche un rot au milieu d'un concert sXe, ce qui j'y aime particulièrement, c'est son fou palais post-hardcore première génération : celle où le terme était encore synonyme de n'importe quoi, et non pas de n'importe quoi. Ce qui j'y aime aussi, c'est l'impression d'y entendre un Meat Puppets bien trop alcoolisé en weekend au centre ville, un Dead Kennedys version hardos cuiré, ou même parfois un Quicksand réadapté pour une sitcom. Il est à la fois complètement euphorique et crétin, et en même temps inventif comme c'est pas permis. C'est un de ces disques qui donne envie de se faire livreur de pizza à New York, de sous-louer un appart rongé par l'humidité et infesté de cafards pour y installer une distillerie clandestine, et de finir ivre mort sur le tapis avant même d'avoir commencer à briquer ses alambics.

note       Publiée le mercredi 28 mai 2014

Dans le même esprit, Consultant en informatique vous recommande...

partagez 'Donut Comes Alive' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Donut Comes Alive"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Donut Comes Alive".

ajoutez une note sur : "Donut Comes Alive"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Donut Comes Alive".

ajoutez un commentaire sur : "Donut Comes Alive"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Donut Comes Alive".

saïmone › mercredi 28 mai 2014 - 18:02  message privé !
avatar

La version ricaine des Cardiacs, c'est à dire obèse, crade, humide, une casquette vissée sur la tête de la salopette

necromoonutopia666 › mercredi 28 mai 2014 - 17:58  message privé !

Merci monsieur le consultant...ça fait rire les oiseaux et moi avec...

Note donnée au disque :