Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQuicksand › Slip

Quicksand › Slip

cd • 12 titres • 39:14 min

  • 1Fazer
  • 2Head To Wall
  • 3Dine Alone
  • 4Slip
  • 5Freezing Process
  • 6Lie And Wait
  • 7Unfulfilled
  • 8Can Opener
  • 9Omission
  • 10Baphomet
  • 11Too Official
  • 12Transparent

line up

Sergio Vega, Alan Cage, Tom Capone, Walter Schreifels

remarques

chronique

Aucun artifice. Pas de maquillage… ça n’est pas une question de production, le génie, c’est de faire de l’or avec des choses simples. Quicksand comme Fugazi, c’est le genre de groupe qui met bien dans l’embarras le chroniqueur avide de belles phrases chiadées, riches en métaphores et en racolage. Que dire ? Que c’est beau, déjà ; une beauté pure, brute, celle du début des années 90, toute l’énergie qu’on pouvait déployer à huit bras. Avant que le barbarisme emocore lui-même sujet à contoverse ne soit perverti par toute une flopée de branleurs qui n’ont d’emo que la mèche, et qui on fait confondre l’emocore originel avec les musiques de générique pour teen movie qu’on entend aujourd’hui, il y’avait au moins deux formations pour jouer aussi fougueusement, et sincèrement. Quicksand sonne un peu plus grunge que Fugazi (je ne sais pas si c’est le chant ou le son plus chaleureux des guitares qui me font dire ça), mais tout y est clair, limpide. Tout va droit au cœur, et au cou. Une tonne d’idées par morceaux, des changements de rythme, de mélodies, au fur et à mesure, sans perdre une once de fluidité, sans qu’une seule seconde cela sonne le moins du monde progressif, des structures géniales, jouissives, surprenantes, où tout se joue à l’instinct, au feeling. Pour sûr, cet album aurait de quoi en remontrer à Tool. Mais il y’a des nerfs ici – tout est dans les nerfs, la voix, les pupilles, tout se joue à l’impulsion, au break fatal, vas-y que je te balance un riff mortel Helmet, vas-y que je t’envoie du groovy Rollins – hop, que je dérive sur un bon gros solo des familles à la Soundgarden – et hop ! que je t’envoie un autre riff qui tue, et tout ça en moins de 3 minutes chrono. Tout est dans le regard, le geste, tout se joue au coup de main, nul besoin d'étoffe, de rajout, ces quatre petits gars travaillent avec ce qu’ils ont – et tout est naturellement scotchant. Doigté, précision, élégance, simplicité dans la complexité (ça ne veut rien dire comme ça, mais c’est ça), fougue, eheh, les mots ne manquent pas finalement, mais un seul me vient à l’esprit pour résumer ces 40 minutes de bonheur : efficacité. Une efficacité au service de la beauté, pas cette beauté fardée du post rock qui nous a détourné le regard du vrai post-truc, le post-hardcore, voilà le terme que je cherchais : la beauté nue, sincère, comme pour Fugazi – celle qui, limpidement, nous coule jusqu’aux oreilles et nous fait remercier le Seigneur pour ce merveilleux instrument que sont les cervicales.

note       Publiée le mardi 3 février 2009

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Slip".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slip".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slip".

boumbastik › jeudi 8 août 2019 - 22:02  message privé !

"Pour sûr, cet album aurait de quoi en remontrer à Tool." Bah voilà.

Note donnée au disque :       
boumbastik › vendredi 16 septembre 2016 - 21:14  message privé !

Etrange. J'avais acheté cet album à sa sortie totalement au pif. Il m'a troublé, mis mal à l'aise même, car je n'arrivais pas à le mettre dans une case (je ne connaissais pas le terme emocore). J'avais besoin de repères, d'étiquettes. Grunge ? Metal ? Rock ? Du coup, je n'arrivais pas à me décider si je l'aimais ou pas. Je l'ai vendu, puis oublié. Et puis je retombe dessus (par Fugazi) aujourd'hui et je constate que tous les morceaux me sont familiers. Des morceaux qui survivent dans la mémoire sans qu'on les écoute pendant 20 ans sont bons, non ? J'en conclus que c'est un bon album. Ben putain, tout ça pour dire ça !

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 20 février 2009 - 08:53  message privé !

conneries d'étiquettes ... ça m'a frappé ce matin, si on excepte un savoir-faire pop remplacé par une patte entombed, le dernier Hope Conspiracy est du très bon emocore metal ; quicksand boogaloo, quoi

Note donnée au disque :       
maarnaden › samedi 7 février 2009 - 13:27  message privé !

Acheté au hasard et en occaz', y a un paquet d'années, ça avait été une bonne découverte... Pas écouté depuis longtemps, je vais me le remettre entre les esgourdes, histoire de rajeunir, j'en ai besoin...

MightyTrustKrusher › vendredi 6 février 2009 - 16:50  message privé !

Enorme album, j'ai du l'écouter pendant près d'un mois tous les matins au réveil. Y a une espèce de spleen indéfinissable dans le chant là-dedans, les grattes jouent putain de lourd ... Du coup j'ai jamais voulu écouter "Manic compression" de peur d'être déçu. Et vu sur scène au Rex, c'était bien tendu aussi, avec une reprise de Gorilla Biscuits, dont Walter Schreifels a été le gratteux (il avait joué avec Youth Of Today aussi). Ca avait déclenché un pogo digne des matinées CBGBs avec moulinets, mosh pit et tout le folklore HXC. Grosse baffe pour le hardos que jétais à l'époque. Dans le même genre, y avait aussi le très bon HANDSOME, que Tom Capone avait monté avec des gars de Murphy's Law et Helmet.

Note donnée au disque :