Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMasayuki Takayanagi & Kaoru Abe › 漸次投射 (Mass Projection)

Masayuki Takayanagi & Kaoru Abe › 漸次投射 (Mass Projection)

cd • 2 titres

  • 1集団投射-1
  • 2集団投射-2

enregistrement

Recorded live at "Station '70", Shibuya, Tokyo, on 9th of July, 1970.

line up

Kaoru Abe (saxophone alto, shakuachi), Masayuki Takayanagi (guitare)

remarques

chronique

On pensait pas qu'on pouvait faire pire que le premier effort du duo Abe / Takayanagi. Effort, c'est le mot. Même l'auditeur transpire à la fin du disque. Et pourtant. Son nom est éloquence. Mass Projection. C'est tout pareil, en tout pire. Kaoru Abe, la comète, s'y montre absolument époustouflant. La seule comparaison que je lui ai jamais trouvé, c'est le Coltrane de la fin. Le Coltrane mourant. Un Coltrane uchronique, né à Remscheid, en Allemagne. Mort de toxicomanie à 29 ans. Le disque a été enregistré une semaine seulement après le premier ; encore que c'est une erreur, vu qu'il s'agit d'un enregistrement live, ce qui, au vu de la nature de la musique, est un pléonasme. C'est ici l'occasion pour Abe de faire plaisir aux vieux, en jouant du Shakuhachi. Un Shakuhachi avec une hanche, pour faire comme le sax. Le son de ce machin ? Je vous disais abrasif tout à l'heure. Je parlerais désormais d'incandescence. Il souffle tellement fort qu'il lui est arrivé, accidentellement, de marquer les spectateurs au fer rouge. Pour ne rien arranger, Takayanagi bourrine comme un malade avec pour seule finalité l'abandon du spectateur, sur les rotules. Si le son n'est pas au top (de la trilogie, c'est de loin le plus crade), il n'en évoque pas moins les futures frasques de toute la scène japanoise. Un mur de bruit en pleine gueule. Le seul problème de celui-là, c'est justement qu'il ne s'arrête à aucun moment. Je sais que cet argument pourra avoir l'effet inverse chez certains d'entre vous, mais le disque est vraiment trop jusqu'au boutiste. Il y a bien une petite pause de deux minutes à la fin du deuxième titre, m'enfin pour en arriver là il va déjà falloir serrer les dents, les gars. Disons qu'il offre une belle vision de ce que sera la carrière de Kaol Abe (oui, Kaoru c'est une romanisation), le roi de la performance solo qui rend hystérique de joie.

note       Publiée le mercredi 13 mars 2013

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "漸次投射 (Mass Projection)".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "漸次投射 (Mass Projection)".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "漸次投射 (Mass Projection)".

saïmone › vendredi 7 octobre 2016 - 12:44 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Vu les prix aberrants, on dit merci monsieur

WZX › vendredi 7 octobre 2016 - 09:42 Envoyez un message privé àWZX

Quasiment tous les albums de Kaoru sont sur le tube, grâce à ce monsieur et ce monsieur !

saïmone › vendredi 25 avril 2014 - 16:57 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Il parle aussi de Merzbow, Takemitsu, Derek Bailey et autres... malheureusement mon japonais n'est pas à niveau

Klarinetthor › vendredi 25 avril 2014 - 14:05 Envoyez un message privé àKlarinetthor

J'aime bien le moment ou il dit que les ricains se branlent sur Hendrix, alors que les japonais avaient Abe et Takayanagi qui a part pour remplir les festoches lui mettaient la misere quand ils voulaient. Pas compris le rapport avec les beatles par contre, il y a ptet un lien avec ono yoko...

Cyril_M › vendredi 25 avril 2014 - 13:32 Envoyez un message privé àCyril_M

A 9min, un moment assez comique où Otomo Yoshihide passe un extrait de ce disque à la télé japonaise : https://www.youtube.com/watch?v=s7FPONCWdPE