Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAgressor › Symposium of rebirth

Agressor › Symposium of rebirth

cd | 13 titres | 37:56 min

  • 1 Barabas [5:13]
  • 2 Rebirth [2:45]
  • 3 Negative zone [4:26]
  • 4 Apocalyptic prophecies [4:50]
  • 5 Erga meam salutem [0:54]
  • 6 Overloaded [2:55]
  • 7 Theology [1:17]
  • 8 Civilisation [1:11]
  • 9 Wheel of pain [2:56]
  • 10 Abhuman dreadnought [3:21]
  • 11 Torture [3:01]
  • 12 Dor firn-i-guinar [2:10]
  • 13 After world obliteration [3:22]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Alex Colin-Tocquaine (guitare et vocaux, basse), Manu Ragot (guitare, basse, chœurs), Steiphen Gwegwam (batterie, orchestrations), Joël Guigou (basse).

Musiciens additionnels : L'orchestre philharmonique de Lyon

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal inspiré

2 ans après "Towards beyond" Agressor persiste dans sa démarche et propose un album pour le moins varié. Sur ce "symposium of rebirth", les chansons brutales et rapides - mais toujours techniques - ont encore la part belle avec, à la proue, "rebirth", "negative zone", "overloaded" ou la reprise de Terrorizer "after world obliteration". Cette reprise est d'ailleurs assez symptomatique du fait que l’aspect death metal prédomine dans la musique du groupe sur cet album. A coté de ces morceaux brutaux, "Symposium..." propose également des compositions d'une extrême finesse. Hormis "apocalyptic prophecies", mid tempo et un poil atmosphérique, on peut citer dans ce registre des passages qui se veulent médiévaux ("erga meam salutem" et "dor firn-i-guinar"), le triptyque "theology", "civilisation" et "wheel of pain" (le troisième est le seul adapté par Agressor, les 2 autres sont les versions d’origines) emprunté à la bande originale du film Conan le barbare, mais il faut surtout citer le premier morceau, "barabas", mélangeant harmonieusement riffs death lourds, instruments acoustiques et chant en latin avant de laisser place, en seconde partie, à une très belle valse pour clavecins, hautbois, clarinettes et death metal, un trait de génie. Encore un album varié et bien composé, mais peut être un peu trop varié, presque écartelé entre deux aspects d'une même musique, entre les deux facettes du génie d'un même homme. Mais ce léger travers, très subjectif en fin de compte, ne nuit en rien à la qualité de "Symposium of rebirth"

note       Publiée le lundi 15 octobre 2012

partagez 'Symposium of rebirth' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Symposium of rebirth"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Symposium of rebirth".

ajoutez une note sur : "Symposium of rebirth"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Symposium of rebirth".

ajoutez un commentaire sur : "Symposium of rebirth"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Symposium of rebirth".

Karamazov › mardi 23 octobre 2012 - 02:48  message privé !

La preuve est donc faite que l'on peut être judoka tout en étant un bon dessinateur.

Deckard › mardi 16 octobre 2012 - 19:40  message privé !

Paye ton album culte !!! Il aura tourné celui-là...

Note donnée au disque :       
The Gloth › mardi 16 octobre 2012 - 14:38  message privé !

Le dessin est tiré d'"Yragael", mais a été modifié. Je crois que leur premier album avait une couv' de Druillet aussi. Classe !

VL › mardi 16 octobre 2012 - 11:57  message privé !
avatar

Aaah le symposium... j'avais 19 ans... un album que j'ai beaucoup écouté dans ma période death (avec Morgoth également) et du coup ça me donne envie de le réécouter, tiens.

Darkstar Seven › mardi 16 octobre 2012 - 09:28  message privé !
avatar

Lui : je ne sais pas. Un de ses dessins : c'est sûr.