Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEric B. & Rakim › Let The Rhythm Hit 'Em

Eric B. & Rakim › Let The Rhythm Hit 'Em

cd | 11 titres | 54:20 min

  • 1 Let the Rhythm Hit 'Em
  • 2 No Omega
  • 3 In the Ghetto
  • 4 Step Back
  • 5 Eric B. Made My Day
  • 6 Run for Cover
  • 7 Untouchables
  • 8 Mahogany
  • 9 Keep 'Em Eager to Listen
  • 10 Set 'Em Straight
  • 11 Let The Rhythm Hit 'Em (12" vocal version remix)

enregistrement

1989-1990

line up

Eric B. (DJ, production), Rakim (MC)

chronique

Styles
hip-hop

Toujours pas de featurings, vous avez remarqué ? Pas d'époque. Inutile. Rakim se suffit amplement à lui-même, c'est son côté Alain Delon, le fondement de sa personnalité. La notion même de concurrence n'existe pas chez un monothéiste persuadé d'être Dieu. L'egotrip, la glorification du verbe et du flow. Comme ce fût le cas sur le précédent skeud, un nombre conséquent de punchlines de Let The Rhythm Hit' Em s'inscrivent comme sentences définitives dans la matière grise. La matière grise, c'est le bulbe mais c'est aussi l'asphalte : une odeur charriée dès le premier morceau, qui s'évaporera progressivement en même temps qu'apparaîtront les cuivres chauds, pour laisser place à un fumet de squat sombre et douillet dans lequel les vieilles pochettes de classiques sol tapissent le soul. Le titre épo est en effet un peu à part tant sa puissance contraste avec la suite. Le défaut de l'album est clairement de balancer son plus gros missile dès l'intro. Les darons refont exactement le même genre d'ouverture nette et sans bavures que sur le précédent. Et ça fait tout aussi mal : paroles en fusion, rythmique sauvage, bribes de piano aériennes sur le refrain comme une colombe envoyée par le DJ au milieu de ses propres tirs de mortier, abattue, ressuscitée. Un de leurs tous meilleurs moments. Peut-être le plus puissant rap de Rakim. Assez monstrueux, en toute logique. Quant au reste... mmmh... sépia. Paid In Full et Follow The Leader avaient du grain à l'image - pardonnez la maladresse de la métaphore mais un grain épais, sale, celui des vieux classiques blaxploitation. Let the Rhythm Hit'em a une esthétique nettement moins agressive, et disons-le ouvertement : mellow. Et crépusculaire, même si ça ne sautera pas illico aux yeux les moins vifs. Le studio a été traversé par Large Professor et Paul C. (non crédités, le second sera pour l'anecdote buté avant la sortie de l'album, sa trombine est d'ailleurs dans le livret) Eric B. a en effet assoupli et lissé le son ultra-carré des années 80, se perdant hélas un peu, par exemple sur une espèce de remake faiblard et indigent de ses meilleurs instrumentaux passés ("Eric B. Made My Day"). Mais l'adoucissement ne lui a pas fait perdre son coup de patte, loin de là. Les basses bien gouleyantes et les samples sur "Run For Cover" soulignent aussi bien que le crayon de khôl pour le regard d'une bombe sexuelle le flow pur malt d'un Rakim qui lui n'a plus besoin de faire du forcing. Posté en hauteur façon Peter Parker, il contemple les lumières de la Grosse Pomme en contrebas, et déroule de la toile vocale pure soie comme la machine over-rôdée qu'il est, se permettant quelques étranges coquetteries, comme "Mahogany", histoire de séduction de femelle par le flow et d'astiquage de micro - d'une façon ou d'une autre on y revient - portée par un sample d'Al Green qui servira de base au "Five Man Army" de Massive Attack. L'egotrip, toujours. Le flow de Rakim se fait encore véloce ("No Omega", qui a encore de quoi mettre d'équerre tous les emcees) mais se permet désormais la marche tranquille, sûr de sa force, par exemple sur "Untouchables", sa basse cotonneuse et ses filets de cristal, ou sur "In The Ghetto". Sur ce titre, derrière une apparence plus bonhomme, trompeuse, une tension sourde, accompagnée par les crépitements chauds de la matière vinyle, prend pourtant la forme d'un fluide aux teintes charbon qui coule lentement à nos oreilles. Un envoûtement expert à l'image de l'album, plus délicat, plus soul, plus nuancé, aux angles plus arrondis, moins encensé que le harponnage des deux premiers, mais qui mérite autant d'attention. Après quelques écoutes un peu distraites et dubitatives, il n'est pas impossible que ce troisième album aux teintes délicieusement cuivrées et organiques, souvent dédaigné à l'avantage des deux premiers - à tort - se fraye un chemin jusqu'à votre palais mental. Et n'en sorte plus.

note       Publiée le lundi 12 mars 2012

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

partagez 'Let The Rhythm Hit 'Em' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Let The Rhythm Hit 'Em"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Let The Rhythm Hit 'Em".

ajoutez une note sur : "Let The Rhythm Hit 'Em"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Let The Rhythm Hit 'Em".

ajoutez un commentaire sur : "Let The Rhythm Hit 'Em"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Let The Rhythm Hit 'Em".