Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEric B. & Rakim › Follow The Leader

Eric B. & Rakim › Follow The Leader

  • 2005 - Geffen, B0004324-02 (1 cd)

cd | 11 titres | 48:27 min

  • 1 Follow The Leader
  • 2 Microphone Fiend
  • 3 Lyrics Of Fury
  • 4 Eric B. Never Scared
  • 5 Just A Beat
  • 6 Put Your Hands Together
  • 7 To The Listeners
  • 8 No Competition
  • 9 The R
  • 10 Musical Massacre
  • 11 Beats For The Listeners

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

1987-1988

line up

Eric B. (DJ, production), Rakim (MC, production)

remarques

La réédition CD 2005 contient - entre autres plus que recommandables - un remix de plus de 9 minutes de "The R", surpassant l'originale. Indispensable.

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
ghetto motherfuckin' blaster

La pochette résume assez bien l'idée : Eric B. & Rakim sont, à ce moment précis, à la seconde précise où le doigt fébrile d'un photographe payé en mauvaise cocaïne appuie sur le déclencheur, les Patrons. Rien ne semble les inquiéter, et pourtant vu le bouillonnement de tueurs du mic qui s'annonce alors, il y aurait de quoi. Mais rien à foutre. D'ailleurs, l'intitulé ne laisse pas de place à la moindre ambiguïté, pas plus que le regard porté vers l'horizon, et le dos tourné. Le meneur ne regarde jamais la meute. Les b-boys qui affronteront son son seront réduits en cendre. Paid in Full ? Un rôdage, un peu raide des articulations à dire vrai. La vraie mise à l'amende commence ici. Nous sommes en 1988, et rien, pas même le chaos provoqué par l'armada Public Enemy, les roquettes minimalistico-politiques de B.D.P., le déchaînement gangsta de N.W.A., la folie créatrice des Beastie Boys ou la force virile d'Ice-T, ne pourra stopper les deux hitmen fraîchements fringués à leurs blases. Aucun rappeur ni aucun conglommérat de rappeurs ne peuvent faire le poids face aux trois premiers morceaux qui ouvrent ce putain de disque ; je le déclame avec toute la mesure et la clairvoyance dont je suis coutumier. Sur "Follow The Leader" le titre, Rakim surpasse tout ce que l'ado qu'il était a pu écrire sur Paid In Full. Lucide, implacable, il décortique son propre culte au moment même où il le créée, propulse l'egotrip à des cîmes métaphysiques, manipule la poésie presque psychopathe de ses mots comme l'ADN d'une espèce menacée, impose une arrogance au goût de béton, bref : domine. A cet instant et malgré tous les MC's que vous pourrez préférer pour telle ou telle raison valable, la seule chose que vous vous dites c'est : Rakim EST le rap. Il baise les rimes, le micro, et vos enceintes, tout en vous répétant à quel point il est doué pour ça. "In this journey, you're the journal, I'm the journalist. Am I eternal or an eternalist ?" Son flow s'est solidifié et ses breaks et changements rythmiques, hier simples acrobaties, sont devenus des armes de mort. Limpide. Pénétrant. Le technicien Eric B. érige son instru la plus barbare, chromée, fatale. Un flux de samples froids et toxiques investit les baffles comme une locomotive démente tout en soudant nos tympans à leur membrane, utilise le double-canal stéréo pour zizaguer, sur un beat plus rude que celle de Rocco au petit matin printannier. "Microphone Fiend" ? TAKEN TO THE MAXIMUM, que tous les jeunôts qui se sont contentés de la version Zach de La Rocha rencontrent leur Créateur. "After twelve, I'm worse than a gremlin. Feed me hip-hop and I start trembling..." Le passage jouissif où Eric B. durçit brutalement le beat, vers 3 minutes 30, n'est pourtant qu'un simple moment de bravoure en comparaison à la décharge électrique qui suit : "Lyrics Of Fury", créature symbiotique enfantée à partir des lambeaux cadavériques de James Brown et Funkadelic par le Docteur Franken-B. Le flow abrasif de Rakim semble dompter le monstre et ses percussions enragées... à moins que ce ne soit l'inverse. Oui, Eric B. & Rakim pouvaient être rapides et crades, et quand ils l'étaient, ça chiait sévère. Vous me croyez pas ? Faites cracher ça dans la piaule à volume décent, vous verrez des faisceaux d'hélicoptères fédéraux s'agglutiner sur votre fenêtre dans les deux minutes. Follow The Leader = Paid In Full en plus puissant, en plus charismatique, en plus adulte... avec hélas huit minutes et des miettes à jeter. Parce que franchement, même mon mauvais goût tenace ne peut rien devant le fâcheux travers du DJ Eric, qui veut nous infliger son insipide soupe jazzy sur "To The Listeners" et "Beats For The Listeners", tous deux mitonnés à la sauce Headhunters... ouais pour sûr, il y a une partie non-négligeable de cet album qui craint, le quart ou pas loin, mais qu'importe : il vaut mini-minimum un score élevé, au vu de ses mortifiants sommets. Il faudrait être le plus irresponsable des tocards centristes pour chipoter. Eric B. est de toute façon capable de dérouler des instrumentaux purs d'un tout autre tonnage que ce synthétique au rabais pour se faire largement pardonner, sa maîtrise du sample est ici totale : "Eric B. Never Scared" et "Just A Beat", judicieusement acollés, sont de véritables coups de boules soniques. Con et bon. L'intro au piano de "Put Your Hands Together" est une petite merveille, belle comme un haiku - le même principe que sur "My Melody" en fait : Eric B. concentre et isole toute la mélodie de l'album - que d'autres auraient été tentés de répandre - sur quelques secondes de piano au parfum étrangement familier comme le souvenir d'enfance d'un film à l'eau de rose bouleversant dont on aurait le titre sur le bout de la langue, et les neutralise immédiatement - et brutalement - en reprenant sa séance de martelage aveugle. Frustration - Contrôle - Domination. La brutalité est une des caractéristiques de Follow The Leader, en plus de sa simplicité redoutable puisque sa formule fonctionne à plein régime : un MC + un DJ. Au summum. Beats massifs, basses goulues, funk sismique et présence microphonique surhumaine ne font qu'un. Ils forment un bloc sonore abrupt, aussi impénétrable que le diamant, et plus les écoutes maladives se répètent plus l'entreprise nous apparaît claire : une pénétration mentale. "Worse than a nightmare, you don't have to sleep a wink, the pain's a migraine every time you think - flashbacks interfere, you start to hear: The R-A-K-I-M in your ear." Carnage.

note       Publiée le lundi 12 mars 2012

partagez 'Follow The Leader' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Follow The Leader"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Follow The Leader".

ajoutez une note sur : "Follow The Leader"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Follow The Leader".

ajoutez un commentaire sur : "Follow The Leader"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Follow The Leader".

Seijitsu › lundi 10 septembre 2012 - 12:56  message privé !

Putain les deux "Listeners" plombent méchamment l'album ! C'est à se demander comment deux merdes pareilles ont atterri sur ce disque. Mais le reste oscille entre le bon et le génial ("Follow The Leader" ouch...).

Note donnée au disque :       
dimegoat › jeudi 10 mai 2012 - 08:04  message privé !

c'est bon, j'ai fait remonter la note moyenne. Mon album préféré du duo. Rakim, je pourrais l'écouter a capella, avec lui les instrus sont presque superflues.

Note donnée au disque :       
Seb de Super › mercredi 21 mars 2012 - 19:32  message privé !

Il y a aussi un petit coté Kill the Vulture sur Microphone Fiend (Extended Remix) présent sur le remaster.

Seb de Super › mercredi 21 mars 2012 - 18:32  message privé !

J'ai mis ce disque à volume décent, je sors sur mon balcon, un des mes voisin sort en courant, regarde vers moi, je regarde de l'autre coté puis je rentre chez moi. Bref j'écoute ce disque.

Raven › lundi 12 mars 2012 - 23:20  message privé !
avatar

Le remaster de 2005 a un son irréprochable