Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHouse Of Pain › Same As It Ever Was

House Of Pain › Same As It Ever Was

cd • 15 titres • 49:24 min

  • 1Back From the Dead
  • 2I'm a Swing It
  • 3All That
  • 4On Point
  • 5Runnin' Up on Ya
  • 6Over There Shit
  • 7Word Is Bond
  • 8Keep It Comin'
  • 9Interlude
  • 10Same as It Ever Was
  • 11It Ain't a Crime
  • 12Where I'm From
  • 13Still Got a Lotta Love
  • 14Who's the Man
  • 15On Point (Lethal Dose Remix)

line up

Everlast (MC), Danny Boy (MC), DJ Lethal (production)

Musiciens additionnels : DJ Muggs (production), The Baka Boys (production)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
Styles personnels
tough guy

Le hip-hop avec des grosses balloches, c'est moi. J'ai le flow rocailleux, y paraît. J'ai le sample jazzy, à ce qu'on dit. Genre lourdement, à c'qu'on raconte. Avec du gros cuivre, selon les rumeurs. Et des basses bien grasses, mais ça c'est pas une rumeur. Pas de fioritures chochottes sur le son comme tu le notes très judicieusement (et je t'en félicite), évidemment, puisque je me suis octroyé les services du fumeur de weed le plus evil de la zone, en renfort à mon poteau. Et les deux au taquet en symbiose, ça donne du brut de pomme, un shot noir mazout, torréfié et gouleyant comme une bonne vieille pinte de stout. Tu colles des dessous de bras ? Fais comme moi, porte un marcel. T'as les oreilles qui fanent ? Un petit Bushmills de derrière les faggots ; on est pas des lopettes de siffleurs de cognac tu le sais. On boit cul-sec sans en faire tout un monde, et on empoigne à la cool, on déboule torse poil s'il faut, sans se soucier de coquetteries de parlote de renois ou de conneries de skits ou de feats multiples ou je sais pas quelle babiole encore pour tourner autour du pot. Pourquoi se faire chier à tourner autour quand on peut le toltchoker direct ? On fait concis, on fait basique, on fait malabar. Bonnard. J'te colle du gros refrain hooligan facile à retenir, qu'tu puisses gueuler ça avec les copains, ou sous la douche après avoir limé ta grognasse, ou à t'envoyer en faisant tes pompes matinales. Tu la sens c't'odeur mmh?... ça cocotte la cave de bistrot pour combats clandestins. Sois chez toi dans ce boui-boui. On a tourné Jump around à l'étage, je t'invite en bas. Le flow de bibi y est favori, les cuivres poussiéreux clameurs de la foule, le beat taulier chauve et tatoué, la main à portée du fusil scotché sous le comptoir, le tout dans un smog épais de volutes de cigares, dissipé par mes punchlines en fausse patte. Paris sur cabots, boxe à mains nues, mollards au goût de sang. La vie est un ring, et mon crochet la seule philosophie qui vaille. Mes mots te tabassent tendrement la gueule, te tapent dans le dos, comme on tape son meilleur pote. Et quand je sens la larmiche poindre quand ma glotte devient amère, qu'les mauvais souvenirs remontent comme une gerbe honteuse dans la gorge, que mon groin de bouledogue se plisse de dégoût... j'ravale, parce que je suis un homme. Et j'boxe la rime, encore, toujours. Dehors c'est la nuit, c'est la pluie. Reste contre les gamos, derrière les épaules larges qui protègent. Allez fiston, sois pas timide, viens faire la bise à Tonton...

note       Publiée le jeudi 1 mars 2012

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • SEN
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Same As It Ever Was" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Same As It Ever Was".

notes

Note moyenne        9 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Same As It Ever Was".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Same As It Ever Was".

varg Envoyez un message privé àvarg

la chro déglingue comme un iron mike des grands jours, ça fait plaisir.

Reflection Envoyez un message privé àReflection

Les instrus sont vraiment géniales sur ce disque. Une ambiance unique, le coté "jazz aliénant", qui bourdonne et couine jusqu'à plus soif, ajouté au "Punch" d'Everlast (quel flow musclé !) vous avez un cocktail explosif. La chronique tape juste, pas de chichi ici, une vrai machine de guerre.

Norris Envoyez un message privé àNorris

Encore une fois, encore une fois... la chronique... enorme.

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Evidemment, on ne pouvait les passer sous silence...Même moi parfois, j'y prends plaisir ^^

vargounet Envoyez un message privé àvargounet

les instrus sont énormes dans ce skeud, moi qui aime les délire old school avec saxo criant c'est tout à fait dans le tip !

Note donnée au disque :