Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTest Dept › Beating The Retreat

Test Dept › Beating The Retreat

vinyl • 8 titres

  • 1The Fall From Light 4:31
  • 2Kick To Kill 6:11
  • 3Total State Machine 5:53
  • 4Plastic 4:48
  • 5Inheritance 3:42
  • 6Cold Witness 7:05
  • 7Sweet Sedation 4:11
  • 8Spring Into Action 4:14

enregistrement

1984 Produit par Test Dept avec G.P.Orridge, Ken Thomas et Trigger

line up

Test Dept

Musiciens additionnels : Paul "Slug" Hines (cassettes), "One-Eyed" Jack (performance), Audrey Riley (violoncelle), Fiona Thompson (harpe), FM Einheit (débris)

remarques

Il existe de nombreuses rééditions, certaines avec des variations dans la tracklist. La première édition, présentée ici, est celle en coffret 2 x 12" éditée par Phonogram (!) qui les abandonnera après avoir eu vent de leur engagement politique. Certaines rééditions CD par Some Bizarre sous le nom "Beating A Retreat" comprennent des vidéos en extra. Réédité aussi en 2008 avec une nouvelle pochette et un maxi en bonus...

chronique

Styles
indus
Styles personnels
indus percussif à gros bras

La musique adoucit les moeurs ? Pas toutes. Sous Margaret Thatcher, ce médium a surtout servi à catalyser le dégoût et l'impuissance des jeunes masses populaires via le punk, et quelques intellos par la musique industrielle. Pour autant cette dernière, sorte de vague regroupement artistique autour de Throbbing Gristle et de la question du monde moderne (Cabaret Voltaire), du parasitage et du rejet par la saturation (NON, Whitehouse, SPK) ne s'est pas contentée de fournir un défouloir à pulsions négatives ; elle s'est surtout emparée de cette haine pour sauter d'autant plus haut. Bien évidemment la question politique est au centre des opérations même si elle s'est retrouvée récupérée de manière un peu maladroite chez le groupe qui nous intéresse. Test Dept, c'est avant tout un collectif de jeunes anglais sans avenir et sans convictions qui décident de former leur groupe avec un budget zéro, et utiliseront pour instruments des percussions à base de déchets métalliques de terrain vague après quelques infructueux essais bruitistes en tous genres. Ils comprendront vite le sens de l'axiome de MacLuhan "The medium is the message" et forts de leur trouvaille sonore, s'en iront fleur au fusil au contact du difficile monde prolétaire (cf. 'Shoulder to Shoulder' enregistré avec un choeur de mineurs) et trouveront là un écho à leur hargne percussive mi-artistique mi-engagée qu'ils feront connaitre à travers de mémorables performances dans des lieux circonstanciés ; ce qui les sépare ouvertement d'Einstuerzende Neubauten auxquels on les compare souvent – à tort, malgré la participation ici de FM Einheit. Même s'ils gardent un pied dans le milieu artistique, l'autre est toujours fermement ancrée à l'Angleterre "d'en bas" pour laquelle ils battent la retraite. Formellement, on passe du rythme militaire sauvage (la première moitié de l'album, portée en apothéose par 'Kick to Kill') aux expérimentations plus subtiles, avec l'apport de cordes ou de boucles électroniques qui les rapprochent de Z'EV en plus terre à terre. S'ils se surpasseront plus tard dans la décennie notamment avec l'immense 'The Unacceptable Face of Freedom' pour ce qui est des enregistrements studio, ils marquent déjà ici le petit monde anglais au fer rouge. À défaut d'être de bons politiciens, les Test Dept étaient de sacrés fouteurs de troubles ; et c'était déjà bien suffisant dans le contexte. MOVE!

note       Publiée le mercredi 18 août 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Beating The Retreat".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Beating The Retreat".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Beating The Retreat".

Klarinetthor › dimanche 11 septembre 2016 - 07:01  message privé !

Bon eh bien amis du Dept: "La tole ondulée vibre toujours", je repete "la tole ondulée vibre toujours"

Note donnée au disque :       
saïmone › samedi 3 septembre 2016 - 19:03  message privé !
avatar

ce Test Dept reste mon préféré (le plus primal et plus crash worshipesque)

Klarinetthor › samedi 3 septembre 2016 - 13:09  message privé !

comme TG... eux aussi avaient succombé.... avec de la musique aussi statique qu'eux c'est encore pire que sur du boom boom sur lequel on a bien eté conditionné a danser.

Note donnée au disque :       
Hazincourt › samedi 3 septembre 2016 - 12:54  message privé !

voila tu as résumé "les musiciens derrière leur ordi, c'est d'un chiant" je ne supporte plus ce genre de concert, cela n'a aucun intérêt de voir un gars faire mumuse avec sa souris.

Klarinetthor › samedi 3 septembre 2016 - 12:50  message privé !

Sans doute qu'en outre de la question physique ils ne voient plus l'interet politique de faire cette musique liee a l'ouvrier industriel. Mais il est vrai que les groupes devraient peut etre se limiter a ce qu'ils savent faire, quitte a se repeter - c'est la conclusion de Mick Fish a la fin de son bouquin sur les Cabs. Plus ils ont voulus se renouveler, et rendre leur musique commerciale, et plus ils ont perdu leur public. Et en effet, les musiciens derriere leur ordi, c'est d'un chiant; ca devrait juste etre occasionnel, pour lancer un morceau,...

Note donnée au disque :