Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTRyan Teague › Coins & Crosses

Ryan Teague › Coins & Crosses

cd • 9 titres • 50:26 min

  • 1Introit 1:17
  • 2Coins & crosses 6:07
  • 3Nephesch 7:26
  • 4Tableau I 2:49
  • 5Fantasia for string orchestra 8:58
  • 6Accidia 6:25
  • 7Seven keys 5:56
  • 8Tableau II 3:28
  • 9Rounds 8:00

enregistrement

Angleterre, 2005 - 2006

line up

Rhodri Davies (harpe), Ryan Teague (guitare, programmation), Angharad Davies (violon), Hazel Fairbairn (violon), Chloe Leaper (voix), Jenny Warnes (voix), Sarah Warnes (voix), Cambridge Philharmonic Orchestra dirigé par Tim Redmond

remarques

http://www.myspace.com/ryanteaguemusic

chronique

Styles
electro

Une intro d'une minute à peine où rayonnent déjà les violons comme les éclats du soleil qui se reflèteraient sur l'eau : il n'en faut pas plus au brillant Ryan Teague pour nous ramener dans son rêve, débuté deux ans plus tôt sur "Six Preludes". Si "Coins & Crosses" est plus ambitieux, ce n'est pas seulement parce que l'anglais prend le risque de ne pas décevoir sur près d'une heure d'écoute. Il l'est aussi parce que Teague s'est donné les moyens qui lui faisaient défaut. En invitant le Cambridge Philharmonic Orchestra à prendre place sur la table d'opération, désormais à la merci de l'exercice du scalpel électronique, Teague multiplie les possibilités niveau recherche et richesse sonore. Aux violons s'ajoutent désormais la candeur des choeurs et la précision des percussions. C'est une demi-surprise que d'entendre des séquences dignes d'un Steve Reich sur la plage titulaire en ouverture. C'est bien là qu'on se dirige. C'est bien là que réside sa source, là qu'on vient terminer sa course. Comme pour "Six Preludes", "Coins & Crosses" maintient tout son intérêt pour une musique qui se déploie dans les airs, qui ne cherche à s'accrocher nulle part, si ce n'est à vivre sa vie au gré de ses pérégrinations. L'album se scinde d'ailleurs curieusement entre deux approches : la première, dans un esprit toujours respectueux de la musique, où chaque instrument a tout le loisir de développer comme bon lui semble ses mélodies ("Tableau"), sans que transparaisse un désir d'interventionnisme exacerbé (les tragiques "Fantasia for String Orchestra" ou "Accidia"). La seconde qui en est l'exact opposé ("Nephesch", "Rounds"), où la reconstruction prime dans cette quête du résultat. Dans ses moments les plus forts, il est impressionnant de se dire que Teague parvient à s'élever au rang de quelques uns plus des plus grands compositeurs contemporains dans une forme de néo-romantisme tel que pratiqué par Arvo Pärt, Samuel Barber ou Henryk Gorecki. Émouvant pour le moins.

note       Publiée le dimanche 4 avril 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Coins & Crosses".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Coins & Crosses".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Coins & Crosses".