Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoven › Witchcraft destroys minds and reaps souls

Coven › Witchcraft destroys minds and reaps souls

cd • 10 titres

  • 1Black Sabbath
  • 2The white witch of Rose Hall
  • 3Coven in Charing Cross
  • 4For unlawful carnal knowledge
  • 5Pact with Lucifer
  • 6Choke, thirst, die
  • 7Wicked woman
  • 8Dignitaries of hell
  • 9Portrait
  • 10Satanic mass

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Jinx Dawson (chant), Oz Osbourne (basse), Chris Neilsen (guitare), Rick Dürett (orgue), Steve Ross (batterie)

remarques

Sorti à l'origine comme LP chez Mercury

chronique

La fin des années 60's et ses paradoxes...Alors qu'on s'éclate en plein 'flower power', 'peace and love', méditation et autres, se développe en parallèle un goût marqué pour l'occultisme et en particulier pour le satanisme. Il suffit de voir les thématiques des films de la Hammer à cette époque et de considérer la création de formations telles que Black Widow, Black sabbath ou Coven. Ceux qui ont lu 'Les Seigneurs du Chaos' se
souviennent peut-être du passage consacré à ce groupe américain, à l'origine d'une mini controverse puisque leur bassiste se prénomme Oz Osbourne et une de leur chanson a pour titre 'Black Sabbath', or à la même époque, en Angleterre...Une tempête dans un verre d'eau puisque Ozzy et ses complices révolutionneront la
musique en posant les bases du doom metal, tandis que Coven, plus classique en terme de composition, sombrera peu à peu dans l'anonymat. Les Américains bénéficient malgré tout d'un statut culte de par le contenu ouvertement satanique de leur album,
'Witchcraft destroys minds and reaps souls' incluant en dernière piste une messe noire de près de 13 minutes (aaah, le symbolisme des chiffres), un poster montrant les membres préparant la cérémonie sur le corps nu de leur belle chanteuse;
il semblerait qu'on leur doive également l'usage du signe cornu de la main devenu si populaire chez les fans de heavy...Tous ces éléments se retourneront d'ailleurs contre eux après les meurtres commis par les illuminés de Charles Manson et leur maison de
disques, Mercury, fera retirer l'oeuvre en question des bacs. Fort bien mais la musique dans tout ça ? C'est là, l'objet de cette chronique, lui rendre quelque peu justice car cette galette inclut quelques perles, à commencer par 'Black Sabbath' qui ouvre les hostilités. Il est certain qu'en dehors de leurs thématiques occultes, les compositions de Coven ne se distinguent pas foncièrement d'une forme de rock psychédélique ou de proto-hard rock déjà en vogue à cette époque. On songe tour à tour aux Doors ('For unlawful carnal knowledge'), Alice Cooper, les Yardbirds, Black Sabbath...Quant à Jinx Dawson, elle a tout d'une Janis Joplin moins folle mais plus inquiétante et sa voix a un charisme que je trouve réellement séduisant. Mélodiquement, Coven signe donc quelques belles pièces, 'Black Sabbath' dont je parlais auparavant mais également 'The white witch of Rose Hall', 'Coven in Charing Cross' ou 'Wicked woman', alternant riffs sentis, passages bluesy, atmosphères mystiques. Les petits intermèdes occultes font sourire aujourd'hui mais pour le reste, cet album tient bien la route et on sent battre en ses sillons l'énergie sombre dont se
nourriront nombre de formations heavy metal, rock, voir même gothic rock par la suite...4,5/6

note       Publiée le vendredi 17 juillet 2009

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Witchcraft destroys minds and reaps souls".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Witchcraft destroys minds and reaps souls".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Witchcraft destroys minds and reaps souls".

Monsieur N › lundi 15 juin 2020 - 10:31  message privé !

J'adore ce morceau avec Jinx DAWSON : https://www.youtube.com/watch?v=gmOaObQymqo

Rikkit › mercredi 19 octobre 2016 - 13:25  message privé !

Mouais, j'ai vu la video de Maxwell & Co, ça m'a rappellé que Coven restait tout de meme sacrement anecdotique. Dans le cryptique et l'occulte Comus et Black Widow fonctionnent bien mieux. Et bon, pour la comparaison (pas) évidente avec Sabbath, le choix est rapidement fait.

Twilight › mardi 18 octobre 2016 - 11:35  message privé !
avatar

J'ai tenté la commande du dernier Coven, on verra bien, ça peut pas être pire que leurs albums hippies. C'est comme Black Widow, dès qu'ils ont abandonné Satan, l'inspiration a fondu totalement...

Rastignac › mardi 18 octobre 2016 - 11:12  message privé !
avatar

Oui, je parle même pas du point de vue "la politique et la musique vivent dans des compartiments étanches" ; et oui, on s'améliore tous, par exemple j'écris des chroniques de moins de trente pages maintenant. Et y a une info intéressante quand même dans son monologue, c'est que Coven joue au Roadburn l'année prochaine, ça peut être tout pourri comme tout sympa (souvenir ému de Comus joué par les papis il y a quelques années par exemple) ; je me tâte encore pour y aller, d'autant plus que le curator cette année c'est le mec de Baroness...

Dioneo › mardi 18 octobre 2016 - 10:42  message privé !
avatar

Ah oui, j'avais oublié celui sur la philo... C'est vrai que pour le coup le sujet se prêtait au bof, après je trouve que dans les trucs plus récents il(s) évite(nt) plutôt pas mal ces écueils là. (Et tiens, j'avais pas trouvé le ton professoral/prétentieux sur l'épisode NSBM... Après sur le point de vue qu'exprime le gars il y aurait sûrement moyen de discuter mais ça c'est une autre question !).

Et je vais me réécouter ce disque, tiens, ça aura eu au moins cet effet... Je me rends compte qu'en fait je l'ai peut-être bien juste effleuré ou guère plus, en fait.