Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHPJ Harvey › Is This Desire ?

PJ Harvey › Is This Desire ?

  • 1998 - Island (1 cd digipack)

cd | 12 titres | 40:35 min

  • 1 Angelene [3:34]
  • 2 The Sky Lit Up [1:52]
  • 3 The Wind [4:01]
  • 4 My Beautiful Leah [1:59]
  • 5 A Perfect Day Elise [3:06]
  • 6 Catherine [4:05]
  • 7 Electric Light [3:04]
  • 8 The Garden [4:12]
  • 9 Joy [3:40]
  • 10 The River [4:52]
  • 11 No Girl So Sweet [2:45]
  • 12 Is This Desire ? [3:25]

enregistrement

Small World Studios, Yeovil et Whitfield Studios, Londres, Angleterre, avril 1997 - avril 1998

line up

Eric Drew Feldman (claviers), Rob Ellis (batterie, programmation), Joe Gore (guitare), Mick Harvey (basse, mellotron), Pj Harvey (chant, guitare, orgue), Richard Hunt (violon)

chronique

Styles principaux
rock alternatif

J'avais été tellement dégoûté par "To Bring You My Love" que je ne voulais plus rien entendre d'elle (bein oui, je suis comme ça). Mais bon. Ça coûte quoi d'essayer ? C'est donc extrêmement méfiant que je me suis penché sur ce "Is This Desire ?", son quatrième album, déjà, tout en sachant pertinnement que je n'avais plus rien à en attendre. Le fait est que ce disque m'a totalement bluffé. Il m'a happé, et depuis lors, je n'ai jamais pu me relâcher de son emprise. Qu'on ne s'y trompe pas : cet album n'est certainement pas un retour à l'énergie sans concession de ses deux premiers efforts. Non. Ce qui est justement très étonnant, c'est qu'il se situe dans la parfaite continuité de "To Bring You My Love", avec toujours ce côté théâtral, et toujours cette ambiance pesante qui rend son univers malsain tellement attirant. Tout en gardant l'équipe de son album précédent, le batteur Robert Ellis fait un retour remarqué et remarquable, apportant sa science de l'équilibre de l'espace sonore pour un album qui en avait justement besoin. Album introverti, à l'allure confessionnelle, il est celui qui joue le plus ouvertement la carte des arrangements dépouillés à l'extrême ("The Wind", "Catherine", l'effroyable et quasi silencieux "Electric Light" et, bien sûr, la plage titre qui referme l'album), allant beaucoup plus loin et de manière beaucoup plus subtile que son prédecesseur dans les recoins inexplorées de notre mental, pour atteindre un résultat absolument sidérant et hypnotique. Les quelques moments enlevés de l'album font recours à des expérimentations électroniques de bon aloi (le très destroy "My Beautiful Leah", "Joy" et "No Girl So Sweet"), faisant du single "A Perfect Day Elise" peut-être le moment le plus prévisible de l'album, mais aussi le plus faible. "Is This Desire ?" pose une question fondamentale. Je n'en connais pas la réponse mais, en tout cas, elle me donne terriblement envie. (dimanche 14 juillet 2002)

note       

ajoutez des tags sur : "Is This Desire ?"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Is This Desire ?".

ajoutez une note sur : "Is This Desire ?"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Is This Desire ?".

ajoutez un commentaire sur : "Is This Desire ?"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Is This Desire ?".

Ramon › vendredi 9 août 2013 - 17:53  message privé !

Moins célèbre que le précédent, et pourtant...It's a perfect day, Elise !

Note donnée au disque :       
salida › vendredi 28 juin 2013 - 16:54  message privé !

15 ans déjà que cet album me suit. Un album malsain, épuré ou plutôt vidé (electric light). Mention spéciale aux arrangements électroniques, sales et tranchants, qui ont particulièrement bien passés l'épreuve du temps (et c'est peu dire que ce n'est pas la norme pour le rock des 90's...).

Note donnée au disque :       
Seijitsu › lundi 11 mars 2013 - 21:02  message privé !

C'est à cause de l'arrivée du Printemps et du com de Boumbo. Il n'avait qu'à pas parler de PJ Harvey aussi.

Note donnée au disque :       
(N°6) › lundi 11 mars 2013 - 19:19  message privé !
avatar

Toi t'as envie de baiser ce soir.

Seijitsu › lundi 11 mars 2013 - 18:23  message privé !

Première tentative de renouvellement dans la carrière de Polly et c'est une réussite. Inutile de préciser qu'il s'agit d'une musique intensément sexuelle là aussi (bon j'arrête).

Note donnée au disque :