Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWellenfeld › Fusion

Wellenfeld › Fusion

8 titres - 53:53 min

  • 1 Genesis 4:58
  • 2 Matrix 6:22
  • 3 Fusion 5:45
  • 4 Atmosphere 5:40
  • 5 Nordlicht 9:02
  • 6 Hal 7:39
  • 7 Odyssey 6:53
  • 8 Freeze 7:31

enregistrement

Enregistré aux Studios Glockenstahl, Allemagne, en 2004

line up

Detef Dominiczak et Andreas Braun : Keyboards, symthétiseurs & FX

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique berlin school
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Selon des chroniqueurs et ce qu’on peut lire sur Wellenfeld, le 2ème opus serait le plus tiède du répertoire de Wellenfeld. C’est donc avec des oreilles avisées que j’ai entrepris son écoute. Et, à moins d’avoir des trous dans les tympans, je n’ai rien trouvé de faible sur Fusion. Bien au contraire, mes oreilles ont croisé un opus qui se veut en parfaite harmonie évolutive avec Cosmic Waves. De belles percussions franches tranchent une courte ligne en fusion, aux effets sonores tordus. Le beat est sec et s’anime parmi les effets sonores, qui se moulent au sillon rythmique. Genesis offre un départ canon. Bi séquentiel, les mouvements s’entrecroisent, nourrissant une flore musicale polychrome. Sur un tempo entraînant, de multiples striures synthétiques sillonnent l’atmosphère de beaux mouvements flottants et mélodieux. Un mélange des tempos qui donne un charme unique à Genesis, l’une des pièces les plus prisées du répertoire de Wellenfeld. Un piano mélodieux, aux accords obsessifs, ouvre Matrix, qui se laisse subjuguer par des couches symphoniques lourdes qui valsent au rythme des percussions sobres. Cette symbiose offre un refrain synthétique mélodieux, qui accrochera tout au long de Matrix, qui a la particularité d’avoir deux refrains, ou deux mouvements similaires, qui s’entrecroisent à intervalle régulier. De fines notes gravitent dans une atmosphère circulaire, où d’étranges bribes vocales percent un mouvement qui crescende et explose sur un rythme lourd à la basse pesante. Fusion est un titre très animé avec un beat martelant, entrecoupé de lignes saccadées au synthé hésitant. À mi chemin entre un techno dance floor et un gros rock synth pop, Fusion est un titre qui brasse et qui prend toute sa noblesse à haut volume. Un mouvement de basse ondulant établit la base d’Atmosphere. Des notes y dansent lascivement, jusqu’à l’arrivée des percussions ‘’style down tempo‘’ qui amènent un beat suave et sensuel. Un beau titre superbement nappé de belles strates synthétiques qui sèment de beaux refrains mélodieux qui accrochent et laissent leurs empreintes sonores. Nordlicht est un titre bouillant avec un rythme punché à multi paliers. Des passages ambiants, aux superbes valses synthétiques, traversent ce titre qui cache une discrète influence de Jarre, sur les percussions et effets sonores cosmiques. De la dynamite bien agencée sur des séquences frénétiques et cascadées. Une orgue céleste ouvre Hal, qui respire sur des pulsations bourdonnantes, accompagné d’un synthé aux souffles flottants et violonés. Une séquence moulante ondule un tempo suave, suivie d’une autre ligne séquentielle qui alimente un rythme stoïque sur des strates synthétiques qui flottent à la rencontre d’un superbe passage enchanteur qui incruste un refrain mélodieux. Une superbe mélodie qui accroche. Des notes tournoient avec résonances dans un mouvement spiralé, conduisant Odyssey sur un rythme séquentiel lent, tourbillonnant. Toujours aussi mélodieux, les synthés foisonnent de striures abondantes et harmonieuses sur des séquences déviantes, aux rythmes entrecoupés de mouvements en cascades, qui relancent le beat martelant qui pourrait animer une bonne soirée techno. Un long mouvement bourdonnant ouvre Freeze. Un mouvement intermittent coule en écho, entouré de percussions métalliques et effets sonores analogues. Parallèlement, une séquence épouse cette impulsion pour se fondre à un tempo animé par de sobres percussions. Inondé de strates violonées, aux parcours lent, et d’effets sonores analogues, Freeze progresse sur un rythme animé par une belle ligne de basse et des roulements de batterie virtuelle, consolidant son emprise sur beat entraînant et déluré. Un groupe comme Wellenfeld fait du bien à entendre. C’est une musique harmonieuse qui est truffé de strates et coussins synthétiques aux milles usages; stationnaire, valsant, intriguant, charmant et, surtout, moulant. Les séquences sont rondes et juteuses, initiant des rythmes endiablés, hypnotiques ou carrément ‘’dance‘’, sur des percussions sobres. Si vous avez aimé Cosmic Waves, vous adorerez Fusion, qui est une suite tout ce qui a de plus logique.

note       Publiée le lundi 20 novembre 2006

partagez 'Fusion' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Fusion"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Fusion".

ajoutez une note sur : "Fusion"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fusion".

ajoutez un commentaire sur : "Fusion"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fusion".

Aiwass › samedi 25 novembre 2006 - 08:37  message privé !
"C’est une musique harmonieuse qui est truffé de strates et coussins synthétiques aux milles usages; stationnaire, valsant, intriguant, charmant et, surtout, moulant. Les séquences sont rondes et juteuses, initiant des rythmes endiablés, hypnotiques ou carrément ‘’dance‘’, sur des percussions sobres. " En fait je l'adore ce sacré Phaedream ! Prendre le temps et les mots pour décrire une musique qu'on affectionne avec un champ lexical pareil et des phrases aussi tarabiscotées tient du masochisme total ou de la méticulosité la plus barge qui soit (-cette chronique botte des culs, lisez-là-).