Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPlace4Tears › The silent flame

Place4Tears › The silent flame

cd • 18 titres

  • 1My private end
  • 2Riding the waves home (le grand bleu)
  • 3The call of the mermaid
  • 4Keep me back
  • 5Dream sequence (no doubt you're murdered)
  • 6Tödliche Freiheit
  • 7Lovesick (lost wishes)
  • 8Yearning
  • 9Who knows ?
  • 10Be a queen (where's the cold in your eyes ?)
  • 11The sun might come up
  • 12Illusion
  • 13Yesterday's gone
  • 14Be mine (Servus Cerberus)
  • 15September's breath
  • 16Princess Valium
  • 17The legend of the robbed fire
  • 18Tears of Avalon (feat.Sean Bowley)

enregistrement

Produit, enregistré. mixé et masterisé par Tyves Oben au Tyves Oben Records Studio, Allemagne.

line up

Tyves Oben (chant, guitare, basse, synthé, programmation, choeurs), Schuchy (guitare, choeurs), Sabine (chant, choeurs), Julia (chant, choeurs), Lars (batterie, percussions en live), Sean Bowley (chant additionnel)

remarques

le cd est fourni dans un beau packaging taille DVD
www.place4tears.com

chronique

Bien déconcertant cet album...on y croise pêle-mêle les spectres des Cocteau Twins, de Trance to the sun, une touche de Slowdive, des Cure, le tout pimenté d'expérimentations ambient...On recherche un sentiment sécurisant au travers de ces orchestrations dépouillées où volûtes de guitare tantôt profondes, tantôt plus proches d'un shoegaze à la My bloody Valentine, tourbillonnent entre les beats lents et secs de la boîte à rythmes, ces alternances de chant féminin apaisant et d'une voix masculine tantôt triste, tantôt dandy...et on n'en trouve pas réellement. On se laisse capter par la transe voluptueuse des magnifiques 'Riding the waves home', 'Love sick' ou 'Be a queen', volontairement déséquilibrée par le feeling malsain à peine perceptible des claviers froids de 'Who knows ?' ou des attaques plus musclées de 'Dream sequence'. Rien de bien alarmant dans ma description et c'est bien ça la qualité première de ce disque qui caresse, repousse, flatte, pince, passe du soft presque naïf ('The sun might come up') à la froideur faussement heavenly de 'Tödliche Freiheit' tout en restant cohérent. Ce petit jeu n'est bien entendu perceptible qu'à ceux qui écouteront d'une oreille concentrée cette progression gazeuse qui tend de plus à plus en se fondre dans le brouillard avant que le spleen de 'September's breath', proche de Trance to the sun, ne revienne dynamiser les rêves engourdis. Imaginez l'esprit de Black tape for a blue girl capturé dans un corps de sons inspirés de Cocteau Twins, Trance to the sun et My Bloody Valentine, le tout passé à la moulinette cold wave et vous aurez une très vague idée des climats de cet opus qui nous berce et nous noie à la fois. Bien déconcertant cet album mais surtout très envoûtant... 4,5/6

note       Publiée le jeudi 7 septembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The silent flame".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The silent flame".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The silent flame".