Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPeace Orchestra › S/t

Peace Orchestra › S/t

9 titres - ??:?? min

  • 1 The Man Part One (4:45)
  • 2 Meister Petz (6:16)
  • 3 Double Drums (9:22)
  • 4 Domination (8:35)
  • 5 Marakesh (6:55)
  • 6 Henry (6:05)
  • 7 Who Am I (5:57)
  • 8 Shining (5:01)
  • 9 The Man Part Two (4:21)

enregistrement

Written, performed and produced by Peter Kruder at G-Stone Studio1

line up

Peter Kruder, Chilli Bukasa (voix sur "Shining")

remarques

Artwork by Oliver Kartak

chronique

Styles
trip hop
Styles personnels
downtempo / jazz

« L’Orchestre de la paix ». En voilà un projet qui porte bien son nom. La moitié du duo Kruder & Dorfmeister ne déçoit pas avec ce superbe album de trip-hop lancinant trempé dans la soul la plus langoureuse et le dub le plus huilé. Si son comparse Dorfmeister tape dans la lounge music de luxe, le gars Kruder, lui, nous love dans de soyeuses compositions qui prennent leur temps pour nous apprivoiser, trouvant un équilibre subtil entre gimmicks omniprésents et trame mélodique variable, appuyés par une contrebasse, un piano électrique et des cuivres. « Luxe, calme et volupté », comme dirait l’autre. Le propos est clair, il suffit d’ouvrir le double LP (dont la pochette représente une cicatrice couverte d’un pansement à l’effigie du groupe) pour tomber sur une superbe photo d’une « love-in », ces partouzes organisées par les hippies des 60’s dans l’herbe tendre ! Rien de méchant, juste des gens nus et chevelus qui s’enlacent tranquillement. Venons-en au disque même. Soulevés par une batterie jazz, les deux premiers morceaux s’envolent et se déposent comme des plumes. « Meister Petz », aérien, marie à merveille les sons traditionnels et les machines, comme si jamais de séparation il n’y avait eu. « Double Drums » est très feutré, on y entend des instruments à vent, l’électronique est ici au service de sons qui seront familiers à bien des amateurs de Billie Holiday par exemple. Le luxuriant « Domination » ajoute des voix soul et nous transporte dans la moiteur d’une forêt équatoriale. « Marakesh » rebondit sur des percus Jungle qui claquent parmi une multitude de sons enchevêtrés, après une longue intro qui plante le décor. A première vue, cela ressemble à la lounge tranquille de Dorfmeister au sein de Tosca. Pourtant, à part les références exotiques, ce downtempo labyrinthique n’a pas grand-chose à voir avec son disque cousin. En fait, ce premier essai (et dernier, à ce jour) de Peace Orchestra est la bande-son idéale pour réfléchir. « Who Am I ? » le prouve, piste discrète et mystérieuse qui susurre lascivement cette question… Le magnifique « Shining » renvoie à « Sparks » de Royksopp, de par la voix Jazzy de Chilli Bukasa qui scintille dans la nuit comme une limousine à 2h du matin à Manhattan. Doté d’une intro cotonneuse et susurrée, « Henry » est le morceau le plus organique et cinématographique du disque, qui fait plus penser à la B.O. d’un quelconque James Bond qu’à Portishead. Au final, un disque complexe malgré son aspect dépouillé, long en bouche par sa non linéarité et qui ne se dévoile qu’au fil de longues écoutes…

note       Publiée le lundi 8 mai 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

lpech › jeudi 5 juillet 2007 - 17:04  message privé !
Juste magnifique Pour moi un des sommets du trip hop Au côté de Dummy et Maxinquaye
Note donnée au disque :