Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPhallus Dei › Orpheus and Eurydice

Phallus Dei › Orpheus and Eurydice

cd | 9 titres

  • 1 Eurydice dead
  • 2 The forest
  • 3 Acheron
  • 4 Queen-bee (hides amongst the dead)
  • 5 Abraxas
  • 6 Apollo's daughter speaks
  • 7 Ascent/Loss
  • 8 My vanity
  • 9 Orpheus' head

enregistrement

S-Hertogenbosch, Pays-Bas, Nijmegen, Pays-Bas, Neuss, Allemagne, de mai 1993 à mai 1995

line up

Oliver St.Lingam (chant, claviers, cassettes, effets), Amk.E. (guitare électrique, guitare sèche, flûte), Joris Huybregts (claviers, guitare sèche, accordéon, effets, arrangement des cordes), Richard Van Kruysdyk (claviers, batterie, samples, effets, cassettes), Anke Föde (violon), Sandor Caron (sampling)

chronique

Styles
ambient
gothique
Styles personnels
gothic ambient/musique funèbre

Les oiseaux chantent, tout semble tranquille et pourtant voilà que dans l'aube naissante s'élève un violon funèbre...une voix cite: 'Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les coeurs, où tous les vins coulaient. Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux.- Et je l'ai trouvée amère.- Et je l'ai injuriée...' Eurydice est morte. L'air est empli d'un souffle diffus et sombre, le violon agonisant étire sa plainte, une flûte plaintive erre comme un papillon déboussolé...Pour le poète Orphée, l'heure du deuil a sonné, sa bien-aimée n'est plus. Poursuivie par Aristée, elle a marché sur un serpent qui l'a piquée. Suivies des abeilles de ce dernier, elle est maintenant aux Enfers...Un grognement s'élève, la douleur est palpable. Orphée ne pourra vivre sans elle. 'Orpheus and Eurydice, a tragedy in nine parts', l'oeuvre la plus ambitieuse et le chef-d'oeuvre des Allemands de Phallus Dei, neuf pièces d'une beauté stupéfiante pour conter la déchéance de celui dont le talent était si immense qu'il charmait de sa musique même les bêtes sauvages...Après le prélude funèbre de la mort d'Eurydice, le voyage dans la forêt tout aussi triste avec ses nappes et sa voix qui récite le tourment et la tristesse du poète parmi les poètes, pour aboutir aux portes des Enfers et au Styx. L'atmosphère change, se fait inquiétante, un lugubre carillon bat la mesure de son écho glacial tandis que Orphée lutte pour séduire le passeur Charon afin qu'il veuille bien l'emmener aux Enfers. Aristée, assassin involontaire de Eurydice, se lamente de la perte de ses abeilles...accordéons tristes, accords de guitare quasi hispaniques, batterie lente pour une musique tragique qui conte l'épisode qui verra le fils d'Apollon, sur les conseils de l'oracle, immoler du bétail pour apaiser l'esprit d'Eurydice. Il retrouvera les carcasses pleines de ses abeilles. Avec 'Abraxas', ce sont dans les profondeurs des Enfers que l'on s'égare, nappes inquiétantes, bruits indéfinis comme des gémissements, voix lointaines...un chef-d'oeuvre de dark ambient que n'aurait pas renié Raison d'être. Récitation chuchotée sur 'Apollo's daughter speaks' sur fond de piano stressé et de volûtes de sons qui tourbillonnent. Orphée a réussi, il a obtenu le droit de ramener Eurydice parmi les vivants. Le chemin vers la lumière est périlleux ponctué d'incantations, de percussions pesantes et lentes mais le violon qui s'élève apparaît comme un guide, la lumière n'est pas si loin, l'amour triomphera...mais non ! Une trompette hispanique funèbre, des sons torturés, le ton s'emballe, Orphée se retourne pour voir si Eurydice le suit, il n'aurait pas dû, c'était la condition, la seule ! Ne pas la regarder ! Un cri, il l'a perdue, pour de bon cette fois...L'amour n'a pas vaincu. 'My vanity' est l'un des titres les moins ambient du disque, rythme hypnotique vaguement Scornien en boucles, nappes de cordes en arrière-fond, une voix sombre, sensuelle évoquant de lointains échos de Peter Steel...Un titre chanté, comme le résumé de l'inéluctable d'une tragédie jouée d'avance...c'est simple, c'est beau. Tout s'achève sur le thème funèbre du début de l'album, en plus triste encore car joué comme une messe d'enterrement pour orgue et cordes tandis que la tête d'Orphée dérive sur le fleuve Hébros, Orphée mort finalement pour avoir défié Dyonisos, Orphée dont la bouche ne cesse de chanter Eurydice. 'Orpheus and Eurydice', véritable opéra funébre baigné de l'esprit de Cocteau, Rimbaud, Dali (dont on trouve des bribes de voix samplées), sombre, sobre, sans la moindre lourdeur, la moindre note de trop, où le plus petit silence, le souffle le plus insignifiant semble calculé, pesé...On appelle ça un chef-d'oeuvre !

note       Publiée le mercredi 1 février 2006

partagez 'Orpheus and Eurydice' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Orpheus and Eurydice"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Orpheus and Eurydice".

ajoutez une note sur : "Orpheus and Eurydice"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Orpheus and Eurydice".

ajoutez un commentaire sur : "Orpheus and Eurydice"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Orpheus and Eurydice".

Wotzenknecht › vendredi 28 octobre 2011 - 10:11  message privé !

'Queen-bee (hides amongst the dead)' fait froid dans le dos...mmm... le reste est tout aussi excellent. Effectivement un côté Raison d'être/Archon Satani qui viendrait s'inviter au festin électronique liquide et nocturne...

Note donnée au disque :       
Twilight › mercredi 24 février 2010 - 19:34  message privé !
avatar

@Dariev, non pas encore...

born to gulo › mercredi 24 février 2010 - 14:45  message privé !

m'avait pas impressionné du tout, moi ... retenterai

Note donnée au disque :       
dariev stands › mercredi 24 février 2010 - 14:34  message privé !
avatar

Fichtre ! le dernier a l'air aussi excellent que sa pochette et son titre sont cheap... Le début du disque est à chavirer... tu l'as écouté twilight ?

juj › mercredi 1 février 2006 - 10:14  message privé !
ah, en voilà une idée de chro qu'elle est bonne ! magnifique album, avec cette classe, cette élégance inimitable comme toujours chez phallus dei (même dans leur moments riffus sur d'autres disques), dûe à la morgue de la voix certes mais aussi dans la composition et l'arrangement : aristocratique, limpide, d'une tristesse insondable parfaitement contenue. leur chez d'oeuvre ? je ne sais pas, ils s'en sortent plutôt sacrément bien en dark ambient trip hopesque sur la suite aussi ("natures mortes" , plus proche du side project PHD2) ...
Note donnée au disque :