Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCClearlight › Forever blowing bubbles

Clearlight › Forever blowing bubbles

10 titres - 55:25 min

  • 1/ Chanson (4:43)
  • 2/ Without Words (7:40)
  • 3/ Way (8:15)
  • 4/ Ergotrip (6:24)
  • 5/ Et Pendant Ce Temps La (4:42)
  • 6/ Narcisse et Goldmund (2:39)
  • 7/ Jungle Bubbles (2:44)
  • 8/ Sweet Absinthe (7:49)
  • 9/ Without Words [mellotron remix] (7:44)
  • 10/ Flute Aquatique (2:45)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

The Manor, Londres, Angleterre, 1975

line up

Gilbert Artman (batterie, percussions, vibraphone, maracas), Christian Boulé (guitare), David Cross (violon), Jean-claude D'agostini (guitare, flûte), Joël Dugrenot (chant, basse), Bob Boisadan (claviers, synthétiseurs), François Jeanneau (synthétiseurs, flûte, saxophone soprano), Christos Stapinopoulos (batterie, congas), Brigitte Roy (chant), Amanda (choeurs), Ann (choeurs), Bruno Verdeaux (synthétiseur), Cyrille Verdeaux (claviers, gongs, congas, synthétiseurs, mellotron, glockenspiel)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
symphonique > fusion

Sans en vendre autant que Mike Oldfield, Cyrille Verdeaux s'est taillé une réputation sur mesure par l'entremise de son majestueusement tortueux "Symphony". Au point qu'il lui donnera, lui aussi, une suite, en 1990... Mais je préfère vous parler de "Forever Blowing Bubbles" qui apparaît en 1975 ; avec son second disque, le claviériste semble vouloir démontrer qu'il est capable de tout. Même si l'on retrouve par endroits les errances planantes de son premier effort, "Forever Blowing Bubbles", déjà rien que par son habillage (sept titres oscillants entre deux et huit minutes), clame sa différence. En constituant cette fois autour de lui un groupe véritable au sein duquel on retrouve David Cross (le violon de King Crimson), Joël Dugrenot (la basse de Zao), Gilbert Artman (la batterie de Lard Free) et Jean-Claude D'Agostini (la guitare des méconnus Emmanuel Booz), rien d'étonnant à ce que Clearlight se pare désormais de couleurs fusion. "Chanson" ne trahit pas son énoncé et après une mélodie qui vous ferait revendre l'Angleterre pour une livre, le violon électrique entre en scène pour tout dévaster sur son passage. Aussi court soit-il, ce titre s'avère d'une efficacité redoutable. Peut-être le morceau qui m'emballe le plus. Puis, c'est au tour de la six cordes de s'illustrer sur "Without Words", basse et batterie sur "Way", et enfin le groupe au grand complet sur "Ergotrip". À ce stade, "Forever Blowing Bubbles" n'a plus rien d'autre à nous offrir ; des trois derniers titres, seul "Narcisse et Goldmund", conduit par Brigitte Roy, apporte un élément inattendu : une touche médiévale. La récente édition cd comprend trois voire quatre titres bonus qui tentent de prolonger la magie. Bien que tous deux signés par Cyrille Verdeaux, les albums "Symphony" et "Forever Blowing Bubbles" représentent deux approches très différentes de la musique planante vue sous le prisme de Clearlight. Les deux disques ne manquent pas d'atouts et méritent qu'on s'y attarde longuement.

note       Publiée le lundi 3 octobre 2005

partagez 'Forever blowing bubbles' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Forever blowing bubbles"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Forever blowing bubbles".

ajoutez une note sur : "Forever blowing bubbles"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Forever blowing bubbles".

ajoutez un commentaire sur : "Forever blowing bubbles"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Forever blowing bubbles".

ericbaisons › dimanche 12 juin 2011 - 23:02  message privé !

je ne connais pas ce projet majeur de Verdeaux, mais le delired cameleon family (avec Artman, Jeanneau et plein de gens) a enregistré un album trippant sous forme de jam session qui m'a paru bien agréable.